Dernière minute :

FMI : cette fois sera-t-elle la bonne ?
jeudi 6 juin 2019

Revoici "Sa Majesté" le Fonds monétaire international ! Si la délégation de cette institution de Bretton Woods fait un bon rapport sur "l'élève à problème" Kinshasa, la RDC sera pour la énième fois sous les fourches caudines du FMI.

La recette de ce "préfet" de l'orthodoxie monétaire -et donc forcément financière - est archi-connue de Congolais. Des cols blancs qui en connaissent les péripéties aux Congolais ordinaires qui en ressentent à chaque fois le contrecoup au niveau du salaire et/ou du panier de la ménagère.

Les uns et les autres ont retenu la potion magique, devenue un véritable mantra: la rigueur. La rigueur dans la gestion des finances publiques qui se traduit mécaniquement par l'assèchement de l'allocation des ressources aux secteurs sociaux.

Pendant ce temps, le pays redevient un débiteur modèle, sans pour autant obtenir la palme de redressement économique, ressentie par le Congolais lambda. De sa retraite dorée, Léon Kengo en sait beaucoup de choses. Lui, sous la férule duquel le pays avait accumulé, dans les années 80, des satisfecit du FMI, sans en tirer des dividendes en terme d'amélioration des conditions de vie de la majorité silencieuse. Bien au contraire. Pourtant, c'était la rigueur matin, midi et soir.

De ce point du vue, est-ce une bonne nouvelle que cette perspective de retour du docteur FMI ? Poser cette question, c'est déjà y répondre.

L'ennui pour le nouveau pouvoir rd congolais comme pour toutes les économies désireuses des capitaux étrangers et surtout occidentaux, c'est que le FMI a valeur de visa pour accéder au précieux graal. Sans sa caution, impossible ou presque d'être éligible aux lignes de crédit.

En rupture de programme depuis 2012, la RDC a vu nombre de robinets financiers cadenassés. Les clés étant jalousement gardées à Washington, siège des institutions de Bretton Woods.

Pour Félix-Antoine Tshisekedi qui ne fait pas mystère de son tropisme occidental ou de son pragmatisme -c'est selon-, solliciter la perfusion du FMI n'est pas une option. Mais un impératif en cohérence avec les premiers signaux de sa gouvernance.

A l'orée de son mandat, le Président s'est rendu à Washington pour prendre langue avec la patronne du Fonds. Sans se départir du "dubito ergo sum" -le fameux doute méthodique cher à Descartes - les Congolais s'interrogent: cette fois-ci sera-t-elle la bonne ? José NAWEJ
A la recherche de la carte de membre
vendredi 13 septembre 2019

Il se négocie à prix d'or par les temps qui courent. Il vaut de l'or. Il tient lieu d'assurance-travail. Il a la valeur de visa de nomination, de (...)
lire la suite
De bonnes résolutions…
jeudi 12 septembre 2019

Ça ressemble à une course à l'échalote sur le front de bonnes résolutions. Aucun ministre n'est en reste. Chacun des membres de l'équipe Ilunga y va (...)
lire la suite
Une entrée en matière sans état de grâce !
mercredi 11 septembre 2019

A chacun ses 100 jours. Après le Président Félix-Antoine Tshisekedi, c'est le tour de Sylvestre Ilunga et son Gouvernement. Le chrono tourne déjà. (...)
lire la suite
Mystère sur un discours !
mardi 10 septembre 2019

Qu'a dit le Président dimanche soir ? Inutile de se triturer les méninges .Rien de nouveau. Pas l'once d'une annonce dans le message du chef de (...)
lire la suite
Changeons pour changer !
lundi 9 septembre 2019

Avant -hier, hier et aujourd'hui, l'UDPS a comme totem " le changement ". Vu du Congolais lambda, l'alternance au sommet de l'Etat n'a de sens (...)
lire la suite
Place aux originaires de…
vendredi 6 septembre 2019

Un rituel qui a la peau dure et, à l'évidence, de beaux jours devant lui. Même sous l'ère FATSHI. C'est celui de voir les ressortissants de tel ou (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting