Dernière minute :
AYANT PRIS D’ASSAUT LE SIEGE DU PARLEMENT
Les Combattants ont fait la loi hier au Palais du peuple
mardi 11 juin 2019

• Au regard des violences enregistrées, des voix s’élèvent pour inviter le tandem Tshisekedi- Kabila à révéler à leurs bases les contours de leur deal

Journée folle, hier lundi 10 juin, au siège du Parlement congolais. Vers 11 heures, des centaines de combattants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti au pouvoir, ont fait exploser les alentours du Palais du peuple. Scandant des chansons hostiles et teintées d’injures à Mme Jeanine Mabunda, présidente de l’Assemblée nationale, la foule en colère s’est déployée sur l’ensemble du périmètre du siège du Parlement. Mais leur détermination à franchir l’hémicycle, est aussitôt dissuadée par des éléments de la Police nationale congolaise (PNC), commis à la sécurité du Palais Bourbon congolais.

Malgré cette résistance policière, les manifestants n’ont pas décoléré. Bien au contraire. Plus les minutes et les heures avançaient, plus le climat autour du Palais du peuple devenait davantage tendu. Toutes les entrées du siège du Parlement, hermétiquement fermées. Des centaines de combattants en motos, improvisent une sorte de patrouille diurne sur le périmètre du Palais. Objectif : veiller aux mouvements des députés nationaux. Cible privilégiée : Jeanine Mabunda.

JEAN-MARC KABUND HUE, Boniface Balamage agresse

Peu avant midi, Jean-Marc Kabund, président a.i de l’Udps 1er vice-Président de l’Assemblée nationale, ne se doutant de rien, tente d’accéder à l’enceinte du Palais, par l’entrée principale en face de la concession des Chinois. Mais, c’est sans compter avec une foule en irascibilité qui, visiblement, ne peut obéir qu’au mot d’ordre du seul Président de la république Félix Tshisekedi. Pour preuve, Jean-Marc Kabund, moulé dans un boubou blanc d’œuf, coiffé d’un « Moniéré » (Ndlr : sorte de képi incarné par feu Etienne Tshisekedi, très à la mode chez ses partisans), essaie d’appeler les manifestants au calme. Mais en retour, il est hué comme un vulgaire traitre. La foule n’ayant pas d’âme. C’est dans ces conditions qu’il regagne aussitôt son bureau.

Entre-temps, la situation va de mal en pis. A défaut d’atteindre directement leur cible, les manifestants s’en prennent à tout celui qui, soit entre, soit sort du Palais du peuple. Malheur aux hommes tirés à quatre épingles, parce qu’assimilés aux parlementaires. Dans ce capharnaüm, le 2ème vice-président du bureau de l’Assemblée nationale, Boniface Balamage, est physiquement agressé. Sa jeep Prado caillassée, s’en sort avec le pare-brise arrière défoncé sur l’aile droite du véhicule.

Dans l’après-midi, la tension double d’intensité. Les manifestants ont compris qu’il était bientôt la fin de la Journée et que le Palais du peuple allait se désemplir. Ils renforcent leurs positions et attendent de pieds fermes. L’heure avance. Il est 15h30. C’est la fin réglementaire de la Journée. Mais comment faire en sorte que les membres des bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat ainsi que les cadres et agents de l’Administration publique des deux chambres, soient évacués en toute sécurité ? La Police n’y réfléchit pas par deux fois.

A bord de deux pick-up, des hommes en kaki bleu foncé, tirent quelques coups de feu en l’air et font semblant de lancer une chasse aux sorcières. Ce qui permet aux manifestants de à replier jusqu’à l’autre bord du Boulevard Triomphal. C’est dans ce cafouillage que Jeanine Mabunda quitte le Plais du Palais du peuple à 15h50. Sa jeep sous escorte de deux pick-up de la Police, sort par l’espace devant la fontaine, pour déboucher sur le boulevard Triomphal. Pour leur part, les cadres et agents de l’administration publique n’ont qu’à se frayer du chemin pour se mettre à l’abri de toute agression éventuelle. Car, les bus affectés à leur transport, ne sont pas en situation d’assurer ce service. C’est finalement vers 17 heures, que la situation revient finalement au calme.

LE TANDEM FATSHI-JOSEPH KABILA FACE A L’OBLIGATION DE LA VERITE

Le Palais du peuple, cadre par essence sanctuarisé, a été désacralisé hier. Dès lors, des observateurs estiment qu’il appartient désormais, au leadership de l’Udps, de faire comprendre à la base du parti, qu’ils ont leurs députés à l’Assemblée nationale. Et que seuls ces derniers sont investis de plein pouvoir d’apporter la contradiction soit à une matière en discussion, soit à un sujet qui heurte certaines sensibilités.

Certes, on peut comprendre qu’à la suite de ce qui s’est passé le vendredi 7 juin à la Chambre basse, ait créé des frustrations dans les rangs des combattants du parti de la 11ème rue Limete. Cependant, ces derniers ne doivent pas ignorer qu’ils sont au pouvoir au plus haut sommet de l’Etat. Si chaque fois, des militants et sympathisants d’un parti ou regroupement politique lésés par la prestation d’un parlementaire, doivent envahir le peuple, on ne peut qu’imaginer la suite.

C’est ici le lieu de rappeler que lors de sa prise de pouvoir le 24 janvier dernier, Félix Tshisekedi avait pris un engagement « Je ne serai pas le Président ni d’un parti politique ni d’une ethnie ni d’une province. Je serai le Président de tous les Congolais », avait déclaré le président élu à haute et intelligible voix. S’il existe réellement une coalition entre le FCC et CACH, alors la question qui fâche présentement, devrait être discutée en amont entre les deux alliés. Hélas, tout se passe comme si le secret du confessionnal n’est encore connu des troupes de cette coalition.

Compte tenu de ce qui passé hier au Palais du peuple, des voix s’élèvent pour inviter le tandem Félix Tshisekedi-Joseph-Kabila, à dire les quatre vérités sur les contours même de cette coalition. Il y va de l’avenir et de l’harmonie des institutions du pays. Grevisse KABREL
Vundwawe au banc des accusés
mardi 25 juin 2019

* Le Premier Président du Conseil d'Etat est indexé pour s'être arrogé le pouvoir d'annuler les scrutins dans ces deux provinces. De 26 provinces de (...)
lire la suite
Jean-Pierre Bemba : " Nous allons continuer à défendre les intérêts du peuple "
lundi 24 juin 2019

* C’est en ces termes que s’est exprimé le leader du MLC lors du meeting d'hier à la Place Ste Thérèse après son retour au pays. L'ancien (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi en prière au stade des martyrs et Jean-Pierre Bemba en meeting sur " Triomphal "
vendredi 21 juin 2019

Deux événements sont annoncés pour ce dimanche 23 juin 2019 sur le même petit périmètre du " Stade des Martyrs ". II s'agit du meeting préparé de (...)
lire la suite
Samy Badibanga propose une table de réconciliation
jeudi 20 juin 2019

*Selon un communiqué de presse de Les Progressistes, cette rencontre qui serait convoquée par le chef de l'Etat réunirait les acteurs politiques, (...)
lire la suite
Chambre spéciale : vivement un timing pour les juges !
mercredi 19 juin 2019

* Face à l'impératif de la crédibilité de nos institutions et de la paix sociale, les magistrats appelés à se mettre vite au travail pour traiter les (...)
lire la suite
Enfin Fatshi s’implique, Benoît Lwamba menace !
mardi 18 juin 2019

* Reçu hier par le Chef de l'Etat, le président de la Cour constitutionnelle garantit que tous ceux qui seront rendus coupables de pot-de-vin, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Des comptes à Fatshi ? Oui, mais…

Une lapalissade qui vaut le coup : y-a-t-il un pilote dans l'avion estampillé RDC ? La réponse est oui. Mille fois oui. Il s'appelle Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. La Constitution rd (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting