Dernière minute :
APRES LES SCENES DE VIOLENCE A KINSHASA
Lubumbashi : des "combattants" de l’Udps saccagent le siège du PPRD
mercredi 12 juin 2019

* D'ores et déjà, des observateurs tirent la sonnette d'alarme et redoutent l'embrasement des villes sensibles de la RD Congo.

L'ordre public a été perturbé dans la matinée d'hier mardi 11 juin à Lubumbashi, à la suite d'une manifestation des combattants du parti Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Voulue au départ pacifique, l'expression populaire des militants et sympathisants du parti au pouvoir a basculé dans la violence.

Des sources croisées, Forum des As a appris que les manifestants ont d'abord commencé par un sit-in devant le bâtiment du 30-Juin, siège de l'Assemblée provinciale du Haut-Katanga, avant d'effectuer une descente punitive au siège provincial du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), de l'ancien président Joseph Kabila. Le bilan fait état des biens meubles soit cassés, soit emportés, et des imprimés du parti déchirés. Bref, le PPRD Lubumbashi a été littéralement mis à sac.

Par ailleurs, des sources sur place dans la capitale de l'ex-province cuprifère, jointes au téléphone par notre rédaction, expliquent que la manifestation d'hier est la suite logique de celle de lundi 10 juin au siège du Parlement à Kinshasa. " Les combattants de L'Udps déclarent manifester pour protester contre les propos "outrageants" des députés nationaux FCC, le vendredi 7 juin, à l'endroit du chef de l'Etat. "

DES EXCUSES ATTENUANTES EXIGEES AU FCC

A l'étape du Bâtiment du 30-Juin, la fédération de l'Udps/Lubumbashi a remis un mémorandum des militants du parti, à Freddy Kashoba, président de l'Assemblée provinciale du Haut-Katanga. Contacté sur place par nos confrères d'Actualité.cd, Michel Kabwe Mwamba, député provincial de l'UDPS-Lubumbashi, exige du FCC des excuses absolutoires.

"Nous sommes consternés par les propos tenus par certains députés FCC à l'endroit du chef de l'Etat. Charles Nawej, député FCC qui a traité Félix Tshisekedi d'inconscient doit s'excuser publiquement. Dans d'autres pays, pour un tel acte d'outrage, Charles Nawej serait déjà arrêté. Et, même alors sous le régime Kabila, il serait en prison en ce moment. Le FCC ne doit pas abuser de la bonne volonté et de la largesse de Félix Tshisekedi pour lui manquer du respect en tant que garant de la Nation ", déclare Michel Kabwe Mwamba, l'un des organisateurs de la manif d'hier à Lubumbashi.

Partis de plusieurs coins de la capitale provinciale du Haut-Katanga, Kisanga, Katubakenya, Matsipisha… les manifestants, dans leur procession, scandaient des slogans antipathiques contre le Président honoraire Joseph Kabila et la plateforme Front commun pour le Congo (FCC). Toutefois, les frondeurs ont été dispersés à coup de bombe lacrymogène, après avoir brûlé de pneus devant le siège de l'Assemblée provinciale.

ATTENTION A L'EMBRASEMENT

Si la démocratie rime avec la liberté d'expression et d'opinion, cette même liberté est loin d'être sans limites. Elle ne doit pas non plus se confondre avec n'importe quel comportement qui porterait les germes d'une chienlit qui déboucherait sur le dysfonctionnement des institutions. Si les militants de tous les partis politiques prétendent qu'ils peuvent se réveiller un bon matin et aller s'en prendre au siège d'une autre formation politique, plus d'un observateur pense que ce serait tout, sauf la démocratie.

Très loin de nous, l'intention de faire l'apologie de la violence. Bien au contraire. Cependant, l'histoire renseigne que les grands conflits commencent parfois par une banale querelle entre deux camps. L'escalade de la tension observée, d'abord lundi à Kinshasa et ensuite hier à Lubumbashi, ne doit pas être considérée comme un fait anodin. Lubumbashi, on le sait, n'est pas n'importe quelle ville. C'est que contrairement à Kinshasa, cette deuxième agglomération de la RD Congo est habitée par des communautés autochtones. Un saut dans l'histoire suffit pour comprendre le reste.

Parce que nul parti politique ne peut prétendre détenir le monopole de quoi que ce soit, des analystes redoutent que le fameux chaos post-électoral tant craint, risque de rattraper les Congolais maintenant. Et surtout, dans un environnement politique où le pays tarde encore à se doter d'un Gouvernement. A la lumière de ce qui s'est passé pendant les deux premiers jours de la semaine en cours, ce qu'il faut craindre, c'est la confusion généralisée, pour ne pas dire l'embrasement dans les villes sensibles de la RD Congo. Lubumbashi, on le sait, en est une.

A l'allure où vont les choses, le désordre post-électoral qu'on a cru chasser, risque de revenir au galop. A l'évidence, personne n'en tirerait profit. Le pays étant encore fragile, non seulement sur le plan politique, mais aussi sociologiquement, on éviterait alors de l'installer dans un climat de violence latente ou réelle. Etant donné que le FCC et CACH appartiennent à une même coalition, d'aucuns pensent que les contradictions entre les deux "alliés" doivent être gérées en interne. Pourvu que les deux partis jouent franc jeu! Grevisse KABREL
Tshibala : rien de grave à son arrivée hier à Paris
mardi 25 juin 2019

*A sa descente d'avion, le Premier ministre a pris la voiture de l'ambassade pour le salon VIP, alors que les deux Congolais fauteurs de trouble (...)
lire la suite
Cour constitutionnelle : les Évêques interpellent FATSHI
mardi 25 juin 2019

*Dans leur message, «Pas d’entraves au changement», les princes de l’Eglise recommandent au chef de l’Etat de redorer le blason de la Haute cour de (...)
lire la suite
Le PPRD assuré de son incontournabilité au Sénat
mardi 25 juin 2019

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, fidèle à sa tradition après chaque cycle électoral, a présenté ses sénateurs le lundi 24 (...)
lire la suite
CPI : Le jugement attendu le 8 juillet prochain
mardi 25 juin 2019

La date du 08 juillet prochain est retenue par la Chambre de première instance VI de la Cour pénale internationale pour rendre son jugement dans (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Des comptes à Fatshi ? Oui, mais…

Une lapalissade qui vaut le coup : y-a-t-il un pilote dans l'avion estampillé RDC ? La réponse est oui. Mille fois oui. Il s'appelle Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. La Constitution rd (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting