Dernière minute :

Président cherche opposition... désespérément !
mercredi 3 juillet 2019

Vivement une opposition constructive ! L'appel est du Président de la République. Félix Tshisekedi va plus loin. Il se dit disposé à contribuer à booster cette opposition si consubstantielle à la démocratie.

Ce n'est pas tout. Le chef de l'Etat verrait bien la commission économico-financière de l'Assemblée nationale être dirigée par un élu de l'opposition. Autant l'avouer sans nuances. Le fait est suffisamment rare pour être souligné. En matière de souci de transparence et de contre pouvoir, on peut difficilement faire mieux.

Tout le problème c'est que, depuis le Régime Mobutu, pouvoir et opposition n'ont jamais fait bon ménage. Ce désamour quasi ontologique, l'UDPS a une grande part de responsabilité. Ce parti politique, dont le Président a été l'archétype, a enseigné a temps et à contre temps l'évangile selon lequel le pouvoir incarne le vice et l'opposition la vertu. Un logiciel vieux comme l'UDPS, née du référentiel "Deuxième république" que le parti tshisekediste a invariablement mis à jour jusqu'à l'avènement de Fatshi aux affaires.

Les combattants ont à ce point assimilé ce chapitre qu'il s'en trouve encore des pans importants à l'Udps à ne s'être toujours pas faits à l'idée que leur formation exerce le pouvoir suprême. Même la nécessaire culture de parti de gouvernement n'a pas eu l'éclore à la 10ème rue Limete.

Il sera donc difficile pour le Président de coacher une opposition encline à prolonger ou à reproduire l'abc de la contestation, prêché par le Commandeur des opposants. Pas surprenant que Martin Fayulu remette le combat pro vérité des urnes à l'ordre du jour. Il répète, pour le coup, avec un rare talent, la leçon du Lider maximo qui était allé jusqu'à prêter serment comme "Président de la république" ! Il en est de même du boycott des institutions, recette si prisée par l'opposition.

Enfin, au cas où le chef de l'Etat parviendrait à républicaniser l'opposition, il ferait grandir la démocratie rd congolaise encore à l'état embryonnaire. Après tout, dès lors que l'opposition est constitutionnelle, l'intervention présidentielle trouverait sa justification dans l'article 69 de la Loi fondamentale. C'est cela aussi respecter et faire respecter la Constitution. José NAWEJ
Marquer et agrandir son territoire d’abord !
mardi 16 juillet 2019

Question inspirée de la sempiternelle loi de séries: après Mbusa et Matungulu, quel autre gros poisson estampillé Lamuka va-t-il tomber dans le (...)
lire la suite
Matungulu , un politicien comme les autres
lundi 15 juillet 2019

Autant le préciser tout de go. Que le Président de la république ait présenté l'un des congolais le plus qualifié dans le secteur financier pour (...)
lire la suite
Deux Premiers ministres en circulation !
vendredi 12 juillet 2019

Le sujet n'est plus de pérorer sur la déjà très longue attente du Gouvernement. Le Président a achevé de répondre dans toutes les langues que ce serait (...)
lire la suite
FCC-CACH : un parfum de transhumance
jeudi 11 juillet 2019

Le feuilleton Bahati ? Un classique de la scène politique zaïro-congolaise. " Rébellion", " autonomie d'action " ou " trahison " ; " exclusion " ou (...)
lire la suite
La CPI comme un camion anti-incendie…
mercredi 10 juillet 2019

Pas la moindre goutte de larme pour Bosco Ntaganda. Pour l'ensemble de son "œuvre" méphistophélique, ce criminel de guerre pouvait même "mériter" (...)
lire la suite
Gouvernement : la Rdc ni la Belgique, ni l’Italie
lundi 8 juillet 2019

Gouvernement ? Ça peut encore attendre. Il n'y a pas matière à urgence. Il n'y a pas péril en la demeure non plus. Garant du fonctionnement régulier (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting