Dernière minute :

FCC-CACH : un parfum de transhumance
jeudi 11 juillet 2019

Le feuilleton Bahati ? Un classique de la scène politique zaïro-congolaise. " Rébellion", " autonomie d'action " ou " trahison " ; " exclusion " ou " auto-exclusion "…Autant de mots qui font florès lorsque un ou un groupe d'acteur(s) politique(s) quittent son -leur- parti ou regroupement. La suspension de Modeste Bahati ne charrie donc rien de nouveau. Les chroniqueurs politiques congolais connaissent par cœur le scénario en cours.

Hier comme aujourd'hui, pas la peine de chercher à savoir qui a tort et qui a raison. Dans tous les cas, cet exercice n'avancera personne dans la compréhension des bisbilles politiciennes très congolaises. Pas l'once d'une contradiction idéologique. Pas le moindre début d'une divergence par rapport aux modalités de gestion de la respublica.

La réponse est à trouver dans ce qu'un vieux briscard de la politique appelle la transhumance, une variante locale du positionnement et repositionnement. Or, pour emprunter au lexique footballistique-CAN oblige- on est en plein mercato ! Le fameux marché des transferts. La grande redistribution des cartes est en cours. Le point d'orgue étant, bien évidemment, le Gouvernement. Avec ceci d'inédit que le versant nouveau du pouvoir rebat aussi ses cartes.

Dans cet attelage FCC-CACH où " le chacun pour soi et la coalition pour tous " semble l'emporter sur " le tous pour un et un pour tous " , la composante chère au tandem FATSHI-Vital a conscience du rapport de forces. Alors, dégraisser un peu le mammouth de Kingakati ou le voir dégraissé -c'est selon- ne déplairait pas à la Cité de l'UA. D'autant que Modeste Bahati trône sur une rente politique à faire pâlir d'envie.

A l'inverse, le " suspendu " à durée indéterminée -les amateurs de l'euphémisme apprécieront- est tout sauf Monsieur le Jourdain qui faisait la prose sans le savoir. Blanchi sous le harnais des années Mobutu, celui qui incarna l'autre société civile sait sentir les coups et voir le bon filon. En politique comme dans les affaires.

Pour sûr, le feuilleton Bahati cache -mal- la guerre de parts de marché politiques que se livrent à fleuret moucheté, il est vrai, les deux blocs coalisés. José NAWEJ
Marquer et agrandir son territoire d’abord !
mardi 16 juillet 2019

Question inspirée de la sempiternelle loi de séries: après Mbusa et Matungulu, quel autre gros poisson estampillé Lamuka va-t-il tomber dans le (...)
lire la suite
Matungulu , un politicien comme les autres
lundi 15 juillet 2019

Autant le préciser tout de go. Que le Président de la république ait présenté l'un des congolais le plus qualifié dans le secteur financier pour (...)
lire la suite
Deux Premiers ministres en circulation !
vendredi 12 juillet 2019

Le sujet n'est plus de pérorer sur la déjà très longue attente du Gouvernement. Le Président a achevé de répondre dans toutes les langues que ce serait (...)
lire la suite
FCC-CACH : un parfum de transhumance
jeudi 11 juillet 2019

Le feuilleton Bahati ? Un classique de la scène politique zaïro-congolaise. " Rébellion", " autonomie d'action " ou " trahison " ; " exclusion " ou (...)
lire la suite
La CPI comme un camion anti-incendie…
mercredi 10 juillet 2019

Pas la moindre goutte de larme pour Bosco Ntaganda. Pour l'ensemble de son "œuvre" méphistophélique, ce criminel de guerre pouvait même "mériter" (...)
lire la suite
Gouvernement : la Rdc ni la Belgique, ni l’Italie
lundi 8 juillet 2019

Gouvernement ? Ça peut encore attendre. Il n'y a pas matière à urgence. Il n'y a pas péril en la demeure non plus. Garant du fonctionnement régulier (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting