Dernière minute :

FCC-CACH : un parfum de transhumance
jeudi 11 juillet 2019

Le feuilleton Bahati ? Un classique de la scène politique zaïro-congolaise. " Rébellion", " autonomie d'action " ou " trahison " ; " exclusion " ou " auto-exclusion "…Autant de mots qui font florès lorsque un ou un groupe d'acteur(s) politique(s) quittent son -leur- parti ou regroupement. La suspension de Modeste Bahati ne charrie donc rien de nouveau. Les chroniqueurs politiques congolais connaissent par cœur le scénario en cours.

Hier comme aujourd'hui, pas la peine de chercher à savoir qui a tort et qui a raison. Dans tous les cas, cet exercice n'avancera personne dans la compréhension des bisbilles politiciennes très congolaises. Pas l'once d'une contradiction idéologique. Pas le moindre début d'une divergence par rapport aux modalités de gestion de la respublica.

La réponse est à trouver dans ce qu'un vieux briscard de la politique appelle la transhumance, une variante locale du positionnement et repositionnement. Or, pour emprunter au lexique footballistique-CAN oblige- on est en plein mercato ! Le fameux marché des transferts. La grande redistribution des cartes est en cours. Le point d'orgue étant, bien évidemment, le Gouvernement. Avec ceci d'inédit que le versant nouveau du pouvoir rebat aussi ses cartes.

Dans cet attelage FCC-CACH où " le chacun pour soi et la coalition pour tous " semble l'emporter sur " le tous pour un et un pour tous " , la composante chère au tandem FATSHI-Vital a conscience du rapport de forces. Alors, dégraisser un peu le mammouth de Kingakati ou le voir dégraissé -c'est selon- ne déplairait pas à la Cité de l'UA. D'autant que Modeste Bahati trône sur une rente politique à faire pâlir d'envie.

A l'inverse, le " suspendu " à durée indéterminée -les amateurs de l'euphémisme apprécieront- est tout sauf Monsieur le Jourdain qui faisait la prose sans le savoir. Blanchi sous le harnais des années Mobutu, celui qui incarna l'autre société civile sait sentir les coups et voir le bon filon. En politique comme dans les affaires.

Pour sûr, le feuilleton Bahati cache -mal- la guerre de parts de marché politiques que se livrent à fleuret moucheté, il est vrai, les deux blocs coalisés. José NAWEJ
F comme Fatshi et comme "Force humble"
mardi 17 septembre 2019

A la "force tranquille" - formule magique- lancée par le publiciste français Jacques Séguéla pour la campagne de François Mitterrand en 1981, Félix- (...)
lire la suite
D’un FATSHI à un autre sur la Grand-Place !
lundi 16 septembre 2019

Connu longtemps sur la place de Bruxelles comme " fils de ", Félix-Antoine Tshisekedi retrouve la Belgique avec une casquette des plus (...)
lire la suite
A la recherche de la carte de membre
vendredi 13 septembre 2019

Il se négocie à prix d'or par les temps qui courent. Il vaut de l'or. Il tient lieu d'assurance-travail. Il a la valeur de visa de nomination, de (...)
lire la suite
De bonnes résolutions…
jeudi 12 septembre 2019

Ça ressemble à une course à l'échalote sur le front de bonnes résolutions. Aucun ministre n'est en reste. Chacun des membres de l'équipe Ilunga y va (...)
lire la suite
Une entrée en matière sans état de grâce !
mercredi 11 septembre 2019

A chacun ses 100 jours. Après le Président Félix-Antoine Tshisekedi, c'est le tour de Sylvestre Ilunga et son Gouvernement. Le chrono tourne déjà. (...)
lire la suite
Mystère sur un discours !
mardi 10 septembre 2019

Qu'a dit le Président dimanche soir ? Inutile de se triturer les méninges .Rien de nouveau. Pas l'once d'une annonce dans le message du chef de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting