Dernière minute :
A LA TRIBUNE DE LA 73EME SESSION DU COMITE POUR L’ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION A L’EGARD DE LA FEMME A GENEVE
Julienne Lusenge pour la criminalisation de la violence domestique et du viol conjugal en RDC
jeudi 11 juillet 2019

La situation de la femme congolaise a été au menu de la 73ème session du Comité pour l'élimination de toute forme de discrimination à l'égard de la femme, ouverte depuis le mardi 9 juillet à Genève. Prenant la parole au nom de 152 organisations dont sa propre ong "Solidarité Féminine pour la paix et le développement intégral" (SOFEPADI), Julienne Lusenge a appelé le gouvernement congolais à adopter des lois criminalisant la violence domestique et le viol conjugal.

Cette activiste de droits des femmes a relevé que l'absence des dispositions pénales spécifiques contre la violence domestique et le viol conjugal empêche les victimes d'obtenir justice.

S'agissant de la participation politique des femmes, Julienne Lusenge appelle l'Exécutif national de la RDC à veiller à ce que la gent féminine soit réellement prise en compte dans les processus électoraux et à harmoniser la loi électorale avec les objectifs de la loi sur la parité afin que les femmes puissent participer aux élections.

La présidente de "SOFEPADI" a, par ailleurs, fait savoir que la violence sexuelle augmente dans les provinces touchées par le conflit et dans tout le pays. Selon elle, les auteurs sont les membres des groupes armés, des services de sécurité et des civils. "L'impunité persiste et lorsque les coupables sont poursuivis, les juges prononcent des peines trop légères par rapport à ce que prévoit la loi", déplore Julienne Lusenge.

Qui pis est, dit-elle, les victimes ne reçoivent aucune réparation". Ainsi, cette activiste de défense des droits de la femme estime que le gouvernement devrait renforcer les mesures adoptées, mener des enquêtes approfondies et poursuivre les auteurs de ces violences afin de mettre un terme à l'impunité.

"Aujourd'hui, les violences sexuelles sur les femmes et les filles dépassent le cadre des conflits et se retrouvent dans leur vie quotidienne", dénonce-t-elle.

A ce sujet, Julienne Lusenge a évoqué le cas particulièrement odieux, d'une écolière de 13 ans victime d'un viol collectif en mai dernier par ses condisciples à Kinshasa. Elle a indiqué que les 7 jeunes garçons auteurs de ce viol, avaient prémédité leur forfait dès lors qu'ils ont drogué la victime et diffusé les images sur les réseaux sociaux, laissant la jeune fille et sa famille traumatisées.

Malgré l'horreur des faits, la justice a uniquement condamné l'un des auteurs à une peine de 5 ans, contre un autre frappé d'une amende transactionnelle de 10.000 dollars. Tous les 5 autres ont été relaxés. Et à ce jour, l'affaire est en appel. "Mais nous craignons que l'unique condamné soit soustrait à la justice", craint Julienne Lusenge. Ce cas illustre l'impunité des auteurs des crimes de violences sexuelles, la corruption et les barrières d'accès à la justice pour les victimes, martèle la Patronne de SOFEPADI.

Compte tenu du tollé soulevé par le cas de cette écolière, elle demande au gouvernement d'accorder la plus grande attention à cette affaire et de s'assurer que les auteurs de ce viol collectif et planifié soit poursuivis et condamnés afin d'envoyer un message clair de lutte contre l'impunité à toute la nation.

Outre cette culture d'impunité, Julienne Lusenge ajoute que le manque d'infrastructures et de services de base au niveau local accroît la vulnérabilité des femmes et des filles à la violence sexuelle. Elle évoque, par exemple, le fait pour ces dernières de parcourir des longs trajets dans des zones reculées pour chercher de l'eau ou du bois de chauffe.

"Nous recommandons que le gouvernement s'engage à fournir des infrastructures nécessaires et des services de base dans les domaines où ils font défaut afin de prévenir et lutter contre la violence sexuelle", conclut-elle. Mathy MUSAU
Bolingani, Alingba, Bokolo, Ango-Ango : les cours se dispensent normalement
vendredi 15 novembre 2019

La gratuité de l'enseignement de base décrétée par le chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, ne cesse d'alimenter la polémique au sein de plusieurs écoles (...)
lire la suite
Tshangu : le deuxième "gong" supprimé dans plusieurs écoles catholiques
vendredi 15 novembre 2019

La "grève" des enseignants des écoles conventionnées catholiques du district de la Tshangu s'avère imminente. C'est ce que témoigne la timidité (...)
lire la suite
Le collège Saint Raphaël et l’Institut Bakandja paralysés
vendredi 15 novembre 2019

A Saint Raphaël à Limete tout comme à l'Institut Bakandja au quartier Immo Congo à Kalamu, la grève des enseignants des écoles catholiques est (...)
lire la suite
Gratuité : vivement un dialogue social Gouvernement-gestionnaires
vendredi 15 novembre 2019

* D'ores et déjà, plus d'un observateur demande aux partenaires extérieurs de concrétiser leurs promesses d'appui financier à cette mesure pour (...)
lire la suite
36 policiers et 23 militaires arrêtés pour état d’ébriété
jeudi 14 novembre 2019

36 policiers et 23 militaires ont été arrêtés pour abandon de poste, état d'ébriété, vagabondage et tracasseries au cours des patrouilles mixtes menées à (...)
lire la suite
Des auditeurs du Sud du Golfe de Guinée à l’école de " la recherche et du sauvetage en mer "
jeudi 14 novembre 2019

Regroupés à l'Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) à Abidjan, en Côte-d'Ivoire, une vingtaine d'auditeurs venus de 8 pays du (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting