Dernière minute :

Malgré les progrès remarquables réalisés depuis 1994, des millions de femmes et de filles n’ont toujours pas bénéficié des promesses
vendredi 12 juillet 2019

Le Fonds des Nations Unies pour la Population(UNFPA) a organisé hier jeudi 11 juillet à Kinshasa une cérémonie commémorative à l'occasion de la journée Mondiale de la Population célébrée le 11 juillet de chaque année. Cette date du 11 juillet marque un double anniversaire, CIPD+25 et UNFPA50 c'est-à-dire le 50ème anniversaire de la création de l'UNFPA et le 25èmeanniversaire de l'adoption du Programme d'Action historique de la conférence internationale sur la population et le développement(CIPD).

La Journée Mondiale de la Population a été célébrée cette année sous le thème "25 ans de la CIPD : accélérer les promesses ", en cohérence avec le thème général du sommet de Nairobi. De même, le rapport sur l'état de la population Mondiale édition 2019 porte sur " Une tâche inachevée. La poursuite de l'acquisition des droits et des choix pour tous". La cérémonie a eu lieu à l'INPESS.

Au cours de son speech, le représentant résidant de l'UNFPA le Dr. Sennen Hounton a rappelé que cette conférence est considérée comme l'une des plus importantes jamais organisée au niveau mondial en ce sens qu'elle a transformé la manière dont les pays ont commencé à traiter les problèmes de population et de développement durable en plaçant les besoins et les aspirations de chaque être humain au centre du développement durable. L'accès universel à la santé et aux droits en matière de sexualité et de procréation est devenu la pierre angulaire des nouveaux programmes de population dans le monde. Et le programme d'Action de la CIPD a réaffirmé que tous les couples et tous les individus ont le droit fondamental de décider librement et de manière responsable du nombre et de l'espacement de leurs enfants et de disposer des informations, de l'éducation et des moyens nécessaires.

ACCELERER LES PROMESSES CIPD 25

Selon Dr Sennen, plus de 200 millions de femmes et de filles veulent retarder ou empêcher leur grossesse mais n'en ont pas les moyens. Et ce sont les femmes et les filles les plus pauvres, les membres des communautés autochtones, rurales et marginalisées et les personnes handicapées, qui sont confrontés aux plus grandes lacunes dans les services. Il est temps d'agir maintenant, de manière urgente, pour que chaque femme et chaque fille puisse exercer ses droits. Avec plus de d'options contraceptives, elles peuvent prospérer en tant que partenaires égaux du développement durable. Le coût de l'inaction est tout simplement trop élevé , plus de femmes et de filles meurent, plus de grossesses non désirées, plus d'avortements non sécurisés, plus de filles enceintes honteuses de l'école, le potentiel des individus et des sociétés est gaspillé, Poursuit Sennen.

Pour clore, malgré les progrès remarquables réalisés depuis 1994, des millions de femmes et de filles n'ont toujours pas bénéficié des promesses de la CIPD. C'est pourquoi l'année 2019, qui marque le vingt-cinquième anniversaire de cet événement sera cruciale pour le travail que nous réalisons en faveur des femmes et des filles dans le monde et l'événement marquant de cet anniversaire sera le sommet de Nairobi sur la CIPD25 : accélérer les promesses, qui se tiendra au Kenya du 12 au 14 novembre 2019. Le sommet réunira de nombreux gouvernement, des acteurs du secteur privé et de la société civile, ainsi que des partenaires communautaires, afin de faire progresser la mise en œuvre du programme d'action eu égard aux objectifs de développement durable aux niveaux international, régional, national et local. A l'UNFPA, nous travaillons avec des pays et des partenaires pour réaliser le monde que nous avions imaginé il y'a 25ans et nous sommes résolument en faveur de la réalisation de trois résultats transformateurs d'ici 2030, notamment zéro besoin non satisfait en matière de planification familiale, zéro décès maternel évitable enfin éliminer la violence sexiste et les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines, conclut-il.

UNE SAGE-FEMME POUR 20000

Pour sa part, le ministre du Budget et ad intérim du ministre du Plan, Pierre Kangudia, reconnait que le taux de mortalité maternelle en RDC est malheureusement de 846 décès maternels ou 100 mille naissances vivantes selon l'enquête démographique de 2014, environ 3 femmes décèdent chaque heure de suite de complications liées à la grossesse, sur près de 3.000.000 d'accouchements chaque année plus d'un million de grossesses sont des grossesses non désirées et 500.000 d'entre elles sont des grossesses à risque. Selon la même source 80% des accouchements sont assistées par un personnel de santé qualifié même si certaines provinces telles que l'Equateur et l'ex Katanga sont en retard avec 64%. Le pays connait une énorme insuffisance des sages femmes, en effet la norme de l'OMS fixe la ration acceptable en une sage femme pour chaque mille habitant tandis qu'en RDC malheureusement c'est une sage femme pour 20.000 habitants.

Pour atteindre les objectifs du développement durable, il est indispensable de renforcer notre engagement en faveur de respect du droit et de choix pour tous et de réaliser l'ensemble du programme d'action et en tant que ministre du budget j'ai donné des instructions aux équipes qui sont en train de travailler pour le budget 2020 de mettre l'accent sur les dépenses aux pauvres, c'est pour justement lutter contre ce fléau qui mine la marche en avant de la République Démocratique du Congo, je sais que nous y arriverons et nous devons y arriver, a déclaré Kangudia. Tricya MUSANSI
Les organisations chefs de file remercient le Gouvernement pour la négociation de l’Accord de financement
vendredi 16 août 2019

Le consortium des organisations paysannes chefs de file du projet d'Appui au secteur agricole du Nord-Kivu (PASA-NK) remercie l'Exécutif (...)
lire la suite
Ebola : l’Unicef recense 1.380 orphelins des victimes de l’épidémie
vendredi 16 août 2019

L'UNICEF et ses partenaires ont enregistré 1.380 orphelins qui ont perdu soit un parent, soit les deux à cause d'Ebola, depuis le début de (...)
lire la suite
La réforme du secteur foncier s’impose
vendredi 16 août 2019

Le ministère des Affaires foncières avec l'appui du Royaume des Pays-Bas, de la MONUSCO et de l'ONU-HABITAT a réuni les experts des ministères (...)
lire la suite
Des parents d’élèves attendent désespérement des banques commerciales, l’octroi de crédits scolaires
vendredi 16 août 2019

Une lenteur s'observe dans différentes banques commerciales de Kinshasa dans l'opération d'octroi de crédits scolaires aux parents. A pratiquement (...)
lire la suite
Le SECOPE appelé à produire un fichier des enseignants réellement pris en charge par le Trésor public
vendredi 16 août 2019

Les membres de la Direction du Service de contrôle et de paie des enseignants (SECOPE) sont appelés à produire un fichier de paie conforme aux (...)
lire la suite
Tshangu : les autorités municipales déplorent l’insuffisance des moyens en leur disposition
jeudi 15 août 2019

L'opération Kinshasa Bopeto, initiée par le Gouverneur de la ville Gentiny Ngobila, est effective dans le district de la Tshangu. Les agents (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

JKK n’est pas que Président honoraire

Spécialistes ès renforcement des capacités, au secours ! Il y a urgence. Il y a même péril en la demeure. Si vous n'intervenez pas à temps, un nombre important de Congolais va périr par manque de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting