Dernière minute :
COURSE AU PERCHOIR DU SENAT
Georges Eric Makangu : une alternative pour une diplomatie parlementaire garantie
lundi 15 juillet 2019

Au Sénat congolais, l'heure est aux préparatifs de l'élection de sept membres du Bureau définitif. Après que la Cour constitutionnelle a déclaré conforme à la Constitution, le Règlement intérieur de cette chambre haute du Parlement, les sénateurs ainsi que le personnel administratif du sénat, attendent impatiemment la décision du président de l'actuel Bureau provisoire, convoquant l'élection du bureau définitif.

Secret de polichinelle, les différents postulants sont bien connus. Depuis le week-end, le Front commun pour le Congo (FCC), ne fait plus aucun mystère quant à son ticket. Mais à côté des candidats de la plateforme chère au Président honoraire Joseph Kabila, figure d'autres prétendants au perchoir du Sénat. Cas du Sénateur Georges Erick Makangu. En tout cas, au sortir de la courte plénière de vendredi dernier, le nom de cet élu de la province du Bas-Uélé, issue du démembrement de l'ex-Province Orientale, a arraché la vedette des échanges entre sénateurs dans les couloirs.

Sans vouloir heurter certaines sensibilités politiques, un groupe de sénateurs FCC témoigne que leur collègue Georges Erick Makangu, présente le profil nécessaire pour enfiler l'étoffe de Président de la Chambre haute du parlement. Ceux qui côtoient ce jeune sénateur, affirment qu'il aligne des valeurs cardinales éprouvées.

"Homme intègre et modéré" pour les uns, "homme conciliateur et humble " pour les autres, ce licencié en Relations internationales réunit donc tous les atouts, pour diriger le Sénat. " Son regard d'égal envers nous, ses collègues sénateurs, est une véritable fortune pour une paix en interne ", déclare serein, un membre de cette chambre, contacté le vendredi 12 juillet, au sortir de la salle des Conférences internationales.

UNE CANDIDATURE SYNONYME DE GAGE D'HARMONIE INTERINSTITUTIONNELLE

Parlant de leur collègue Georges Erick Makangu, le week-end dernier, un autre groupe de sénateurs, présente ce dernier comme une alternative pour une diplomatie parlementaire garantie. Pour ne pas dire efficace et efficiente. Non sans raisons. La première, selon l'un de ces sénateurs qui a requis l'anonymat, est que leur alter ego, candidat à la Présidence de la Chambre haute, offre des gages de l'harmonie interinstitutionnelle.

Sur le même registre, un autre élu des élus, argue formellement que l'élan imprimé par la passation civilisée de pouvoir, le 24 janvier dernier au sommet de l'Etat ne doit, sous aucun prétexte, s'estomper à quelque niveau de la gestion de la République.

"Dans le contexte actuel de notre pays, nos populations n'ont pas besoin de dirigeants inutilement conflictuels et parfois, imbus d'eux-mêmes. Au moment où nous nous apprêtons à élire les membres du Bureau définitif de notre prestigieuse institution, nous sénateurs, endossons une lourde responsabilité devant l'histoire de notre pays. Au jour d'aujourd'hui, d'aucuns savent que la mission d'un sénateur ne se limite pas que sur le vote de lois et le contrôle de l'Exécutif national. C'est dire qu'en plus des deux fonctions traditionnelles (législative et administrative), dévolues à tout Parlementaire, un Sénateur est appelé à effectuer des missions en dehors des frontières nationales. Ceci suppose qu'au niveau de la présidence du Sénat, par exemple, nous avons l'obligation de placer un speaker n'ayant aucun précédent fâcheux avec des instances judiciaires étrangères. Sinon, on verrait mal, un diplomate en poste à Kinshasa, accorder des visas aux sénateurs, sur la base d'un ordre de mission dûment signé par un président de notre chambre qui ne serait pas en odeur de sainteté avec des chancelleries occidentales", soutient sur un ton sec, un sénateur.

Pour tout dire, cet élu de la ville province de Kinshasa conclut qu'un mauvais choix au perchoir de leur institution, pourrait s'avérer un véritable danger, quant au fonctionnement de celle-ci, aussi bien sur le plan interne qu'externe. "Nous sommes donc invités à voter utile, pour ne pas regretter plus tard", renchérit le même sénateur.

Dans la même veine, un autre sénateur se réclamant du FCC, soutient haut et fort que la plénière devra éviter de tomber dans le piège des candidats fourbes et affairistes. Il entend par-là, des prétendants aux apparences séminaristes, mais qui privilégient leurs intérêts égoïstes au détriment de ceux de l'Etat. Et donc, de tous les Congolais. " Nous sommes une chambre des sages. Et, cette sagesse devra nous guider lors du futur choix des membres du Bureau définitif de notre Chambre. Principalement en ce qui concerne le choix du Président de notre institution", conclut le même sénateur.

Cependant, le sénateur Georges Erick Makangu que nous avons contacté hier au téléphone, s'est refusé à tout commentaire, indiquant que le moment était inopportun. Toutefois, il rappelle que le vote attendu à la présidence du Sénat, est un vote de pairs et que le jeu démocratique, tel qu'il le souhaite, se jouera en toute transparence. Grevisse KABREL
La descente sur terrain de Muabilu et Makelele arrête net la spoliation de l’immeuble abritant les services de CNM-TNT
vendredi 13 décembre 2019

Depuis les pertes en vies humaines et autres dégâts causés par les dernières pluies diluviennes qui se sont abattues sur Kinshasa, la vie du ministre (...)
lire la suite
La CENI évalue à 300 millions USD l’organisation des élections locales, urbaines et municipales
vendredi 13 décembre 2019

Le discours du président Felix-Antoine Tshisekedi sur la nécessité de la tenue des élections locales, urbaines et municipales fait couler de l'eau (...)
lire la suite
Fayulu rentre à Kinshasa ce dimanche
vendredi 13 décembre 2019

Le porte-étendard de Lamuka à la présidentielle du 30 décembre 2018, Martin Fayulu, rentre à Kinshasa ce dimanche 15 décembre via l'aéroport de (...)
lire la suite
PPRD : Shadary inspecte l’installation des animateurs des Ligues communales des jeunes de Kinshasa
vendredi 13 décembre 2019

Après l'installation du comité national de la ligue des jeunes du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, PPRD, conformément aux (...)
lire la suite
La famille Mwando réclame ses 95 mille euros
vendredi 13 décembre 2019

"Les obsèques de Charles Mwando Nsimba n'ont jamais été prises en charge par le gouvernement", dit Christian Mwando Nsimba. "L'Assemblée nationale (...)
lire la suite
Kinshasa : le Projet d’édit 2020 présenté par le Gouv Ngobila chiffré à 545,83 USD
vendredi 13 décembre 2019

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a présenté, mercredi 11 décembre, à l'Assemblée provinciale, le projet d'édit budgétaire (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting