Dernière minute :

La diplomatie d’Ebola
jeudi 8 août 2019

Ebola rappelle aux officiels rd congolais et rwandais ce que les peuples frontaliers de Goma et Rubavu (Gisenyi) connaissent par cœur : "unis par le sort".

Une fois la courte séquence "fermeture de la frontière" passée, la réalité s'est vite invitée sur la table des décideurs rwandais. A savoir que le malheur qui frappe Goma est comparable à la case du voisin qui brûle. Si rien n'est fait, les flammes se propagent et c'est tout le village qui prend feu !

En l'espèce, les équations au quotidien des Rd Congolais et Rwandais lambda sont si imbriquées que si Goma est grippée, Gisenyi en ressent naturellement le contrecoup et vice-versa. Cette sagesse africaine tirée du principe de réalité a sans doute inspiré la bipartite RDC-Rwanda au niveau des ministres de la Santé de deux pays très voisins.

Voilà qu'au lieu de diviser, Ebola unit deux pays qui n'ont pas toujours été en bonne intelligence. Un euphémisme pour ne pas en rajouter. Ebola administre une leçon de coexistence pacifique bien plus pertinente que des tomes de géopolitique sur les relations entre la RDC et le Rwanda.

Aux officiels congolais et rwandais -plus les seconds et leurs sponsors que les premiers- de se rendre à l'évidence que le sort de deux pays est à ce point lié que la paix n'est pas une option, mais un impératif existentiel. Les guerres d'invasion, de rapine et les rébellions business y afférentes ne sauraient, par conséquent, procurer l'assurance-vie au Rwanda. Ni à l'Ouganda. Ce ne sont même pas des palliatifs, mais plutôt des leurres.

Seule une coopération dans le respect de la souveraineté de chaque pays est porteuse de sécurité, de paix et de prospérité pour tout le monde. Aussi horriblement dévastatrice qu'elle soit, la maladie à virus Ebola aura eu le mérite de donner un coup de pouce aux relations entre les deux Etats. Bonjour la diplomatie d'Ebola!

Reste que la dynamique enclenchée par Kinshasa et Kigali devrait s'étendre à tous les pays des Grands-lacs. Ebola se moquant éperdument de frontières. José NAWEJ
Premier grand oral à l’Hémicycle
vendredi 13 décembre 2019

C'est un rituel républicain. Un exercice très protocolaire. Très révérencieux même. Députés et Sénateurs sagement assis pour écouter le chef de l'Etat. (...)
lire la suite
Chasser les locales, elles reviennent au galop
jeudi 12 décembre 2019

Des élections locales ? Tout le monde en ressent la nécessité. En commençant par le chef de l'Etat. Le Président a dit hier dans toutes les langues (...)
lire la suite
Pas de fétichisme autour de 10 milliards USD
mercredi 11 décembre 2019

On ne peut pas reprocher à notre "Fatshi national" de manquer d'ambition. On ne peut pas lui faire grief de rêver grand. On ne peut pas non plus (...)
lire la suite
Le vieux spectre des messages présidentiels
mercredi 4 décembre 2019

Pas besoin d'audimat pour affirmer qu'hier soir les Congolais avaient leurs yeux rivés sur la télévision nationale. Et pour cause. Ils attendaient (...)
lire la suite
Lobo : un cas d’école
mardi 3 décembre 2019

Que de leçons à tirer du cas "Lobo"! Dans ce pays en panne de vertu, l'arrestation d'un proche du Président pour usurpation de pouvoir sonne comme (...)
lire la suite
MONUSCO : quid du vox populi… ?
lundi 2 décembre 2019

Entre la "voix du peuple" et celle des Princes, Leila Zerrougui a tranché. Elle entend les premiers sans les écouter. Elle écoutera les seconds et (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Bientôt la pluie de vivres frais venus… d’ailleurs

Ça sent les fêtes. Du moins, pour ceux dont le nez est en capacité de les sentir. Et les yeux en situation de les voir venir. N'importe comment, d'un point de vue strictement calendaire, les fêtes (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting