Dernière minute :

L’Est en mode " statu quo "
mardi 13 août 2019

Pas le moindre début d'effet FATSHI à l'Est. Du moins jusqu'ici. Pour le coup, paraphraser le général belge Janssens en constatant qu'avant l'avènement de Félix Tshisekedi égale après l'entrée en fonction de celui-ci, ne serait pas excessif. En particulier dans le Grand Nord où la comptabilité macabre de morts continue.

Le Président a promis des moyens conséquents lors de la récente réunion du Haut commandement militaire élargie aux patrons de services de sécurité. Bonne résolution. L'argent étant le nerf de la guerre. Hier comme aujourd'hui. Ici comme ailleurs.

Il est aussi question de relever enfin les unités en place depuis des années et y envoyer des troupes fraîches. Décision frappée du sceau du bon sens. Autant pour des raisons psychologiques-le nécessaire déclic- que pour des considérations opérationnelles.

Le problème c'est que dans cet Est compliqué pour emprunter " l'Orient compliqué " du Général De Gaulle, les deux mesures ne suffisent pas. Même si on y ajoute la promesse de campagne du candidat CACH comme d'ailleurs du prétendant Lamuka à la magistrature suprême d'installer l'Etat -major de l'Armée dans la partie orientale du pays et de s'y installer.

L'instabilité dans l'Est avec sa kyrielle de groupes armés est plutôt comparable à de la fièvre. C'est archi-connu, on ne fait pas baisser la température en cassant le thermomètre. Le drame des Kivu et des régions avoisinantes procède d'un dessein géostratégique autant que géopolitique de certaines puissances pour qui la RDC doit demeurer ce vaste comptoir où l'on peut puiser à volonté et à vil prix les ressources naturelles. En l'affaiblissant et, au besoin, en le saucissonnant, l'on rendrait cette entreprise aussi aisée que pérenne.

Pour arriver à cette fin, quoi de plus " pratique " que de sous -traiter ce projet par ceux des voisins qui ont des velléités territoriales sur les Kivus ? Quoi de plus " pratique " aussi que de provoquer des rébellions business comme pour accréditer le caractère congolo-congolais de la crise. C'est donc à la racine qu'il faut remonter pour espérer mettre un terme au calvaire des populations congolaises habitant l'Est du pays.

En clair, la réponse réside dans une approche holistique qui intègre les vraies rasions du cycle de guerres-tueries- occupations qui endeuille les Kivu, l'Ituri…depuis un peu plus de deux décennies. Un paradoxe-révélateur ?- pour finir : deux décennies après l'arrivée de la très coûteuse MONUC muée en MONUSCO, les groupes armés dont les sinistres ADF continuent à faire couler le sang. Là aussi, ça sent du… général Janssens. José NAWEJ
La culture d’abord !
mardi 15 octobre 2019

Sylvestre Ilunga a tranché. Place du cinquantenaire au cœur du cœur de Kinshasa, ce sera le Centre culturel et artistique d'Afrique centrale. Tout (...)
lire la suite
Plusieurs deuils dans le deuil
lundi 14 octobre 2019

Comment ne pas partager la douleur qui étreint les familles et autres proches des disparus du crash de l'Antonov 72 affrété par la Présidence de la (...)
lire la suite
En attendant le projet de budget
vendredi 11 octobre 2019

Question du week-end : que font nos députés et sénateurs ? Réponse teintée d'euphémisme : pas grand-chose. Le Palais du peuple est en mode "service (...)
lire la suite
Prêt à mourir pour l’Est...
jeudi 10 octobre 2019

Serment ou aveu? La déclaration du Président peut sonner l'un comme l'autre, l'un et l'autre et l'un ou l'autre. Tout dépend à la fois du chef de (...)
lire la suite
Un Président et un Cardinal "honoraires" !
mercredi 9 octobre 2019

Autant le confesser tout de go : "comparaison n'est pas raison ". Et de fait, on ne compare que ce qui est comparable. N'empêche. On ne peut (...)
lire la suite
Une présence, un message
mardi 8 octobre 2019

Impossible de ne pas décrypter la présence de la speaker de la Chambre au Vatican à l'occasion de la création de Mgr Fridolin Ambongo comme (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting