Dernière minute :
GREVE A L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE DE KISANGANI
Le personnel soignant et administratif réclament le départ du médecin directeur
mardi 13 août 2019

Il s'observe depuis hier lundi 12 août une grève sèche à l'Hôpital général de référence de Makiso-Kisangani, dans la province de la Tshopo. Les médecins et tout le personnel administratif de cet établissement hospitalier réclament le départ immédiat du Docteur Matthieu Bafoa Lotombe, médecin directeur de cet hôpital.

Selon une source locale contactée par actualité.cd, le médecin responsable de l'Hôpital général de référence de Kisangani est accusé , notamment, de mauvaise gestion et de détournement d'une importante somme. Un médecin traitant contacté affirme que l'Hôpital général de référence de Kisangani manque actuellement de tous les matériels de travail ainsi que d'intrants médicaux nécessaires.

" Vous ne pouvez pas vous imaginer qu'actuellement cet hôpital manque quasiment de tout. Ce, dans l'indifférence des autorités qui nous dirigent. Pire, c'est qu'elle minimise nos revendications pourtant fondées", a fustigé Mateus Kanga, médecin prestant au sein de cet hôpital.

MEPRIS DU SOCIAL DES TRAVAILLEURS

" En tant que la plus grande institution sanitaire de la province de la Tshopo, l'Hôpital général de référence de Kisangani ne doit pas se trouver dans cet état. Il doit être géré de façon à lui permettre dejouer pleinement son rôle dans cette province. Pour n'avoir pas été écouté, malgré nos multiples actions, nous avons décidé, ce lundi 12 août, d'observer une grève sèche. C'est une façon pour nous, de réclamer le départ de notre médecin directeur, le docteur Matthieu Bafoa", a-t-il ajouté.

Dans un mémorandum adressé au médecin chef de zone de santé de Kisangani en date du 1er juillet 2019, le syndicat du personnel de l'hôpital général de référence Makiso-Kisangani retient plusieurs griefs à charge du médecin directeur Matthieu Bafoa Lotombe.

Les médecins et le personnel de cet établissement de santé publique fustigent le mépris du social des travailleurs par le médecin directeur. Ils l'accusent en même temps de gestion précaire et opaque de l'hôpital, d'abus du pouvoir, de sabotage du staff médical et de détournement des fonds revenant à l'hôpital.

DES ACTIONS DE GRANDE ENVERGURE ANNONCEES

Au-delà de la grève, les médecins et le personnel de l'Hôpital général de référence de Kisangani promettent de mener des actions de grande envergure jusqu'à obtenir le départ du médecin directeur.

Interrogé au sujet de cette grève par nos confrères d'acatualités.cd, le docteur Matthieu Bafoa Lotombe accuse les médecins et le personnel administratif de son hôpital de troubler la quiétude des malades.

"Ce n'est pas une grève. C'est juste une révolte, une rébellion au sens propre du terme. Quelqu'un qui a prêté serment ne peut pas agir de cette façon-là. Je n'ai jamais vu un médecin en train de siffler, ni un infirmier saboter un malade en criant à côté de lui. Ils sont ici, dans l'enceinte de l'hôpital, en train de siffler, de cadenasser les bureaux, de bloquer les couloirs en criant, sans tenir compte des malades. Ce n'est pas professionnel de leur part", a-t-il déploré.

LE MEDECIN DIRECTEUR SE DIT SEREIN

"Nous avons été avec le ministre provincial de la Santé, j'ai essayé d'expliquer les faits. Une commission a été mise en place et elle a fait son travail. Il y a actuellement une commission de l'Assemblée provinciale en cours. J'attends sereinement le résultat de cette enquête", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Le problème des grévistes c'est de me voir partir. S'il y a mégestion, ce n'est pas le problème d'un individu mais d'un comité de gestion qui ne fait pas bien son travail. Ils me pointent du doigt, je ne sais pour quelle raison. Je suis en train d'attendre le rapport de la commission ad hoc. Je suis prêt à accepter toute décision qui sera prise", a conclu le médecin directeur de l'hôpital général de référence de Kisangani. Orly-Darel NGIAMBUKULU
Les organisations chefs de file remercient le Gouvernement pour la négociation de l’Accord de financement
vendredi 16 août 2019

Le consortium des organisations paysannes chefs de file du projet d'Appui au secteur agricole du Nord-Kivu (PASA-NK) remercie l'Exécutif (...)
lire la suite
Ebola : l’Unicef recense 1.380 orphelins des victimes de l’épidémie
vendredi 16 août 2019

L'UNICEF et ses partenaires ont enregistré 1.380 orphelins qui ont perdu soit un parent, soit les deux à cause d'Ebola, depuis le début de (...)
lire la suite
La réforme du secteur foncier s’impose
vendredi 16 août 2019

Le ministère des Affaires foncières avec l'appui du Royaume des Pays-Bas, de la MONUSCO et de l'ONU-HABITAT a réuni les experts des ministères (...)
lire la suite
Des parents d’élèves attendent désespérement des banques commerciales, l’octroi de crédits scolaires
vendredi 16 août 2019

Une lenteur s'observe dans différentes banques commerciales de Kinshasa dans l'opération d'octroi de crédits scolaires aux parents. A pratiquement (...)
lire la suite
Le SECOPE appelé à produire un fichier des enseignants réellement pris en charge par le Trésor public
vendredi 16 août 2019

Les membres de la Direction du Service de contrôle et de paie des enseignants (SECOPE) sont appelés à produire un fichier de paie conforme aux (...)
lire la suite
Tshangu : les autorités municipales déplorent l’insuffisance des moyens en leur disposition
jeudi 15 août 2019

L'opération Kinshasa Bopeto, initiée par le Gouverneur de la ville Gentiny Ngobila, est effective dans le district de la Tshangu. Les agents (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

JKK n’est pas que Président honoraire

Spécialistes ès renforcement des capacités, au secours ! Il y a urgence. Il y a même péril en la demeure. Si vous n'intervenez pas à temps, un nombre important de Congolais va périr par manque de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting