Dernière minute :

L’entrepreneuriat et le piège de l’endettement
mercredi 14 août 2019

(Par l’Evangéliste Colin NZOLANTIMA)

Plusieurs conférences ont été organisées ces derniers jours sur l'entrepreneuriat, aussi bien des femmes que des jeunes. Des propositions ont été faites aux agriculteurs qui pourront jouer un rôle déterminant dans le développement du pays. Mais, un problème majeur s’est posé: le risque de sombrer dans le piège de l’endettement.

Le développement, on le sait, passe inexorablement par l’agriculture. Ce secteur englobe la production, la transformation, l'évacuation de tous les produits, ainsi que la commercialisation. La concurrence déloyale des produits importés du fait des nombreux accords de partenariat internationaux préjudicie les producteurs locaux.

Plusieurs entrepreneurs rencontrés se plaignent, en effet, de leur incapacité à rembourser les dettes, de la perte de certains avoirs, du recours à d'autres sources de revenus (vente de certains patrimoines) pour s'acquitter de leurs emprunts.

LES STRATEGIES D'ENDETTEMENT AUX ENTREPRENEURS

A chacune de différentes étapes, des obstacles majeurs se présentent. Une seule proposition : le recours à l'emprunt et au cautionnement. C'est ainsi que plusieurs organismes offrent des stratégies de financement. Ils proposent leurs services pour "marchandiser" l'argent et maximiser leurs portefeuilles au détriment des créanciers.

En Afrique, la Zone de Libre Echange s'étalant de l'Egypte à l'Afrique du Sud, serait un lieu de grande compétition pour toutes les entreprises. S’il n’y a pas un encadrement judicieux, des drames sociaux seront déplorés dans les prochaines années.

LA FAILLITE DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL

Ces services ne tiennent pourtant pas compte du contexte international et de l'environnement. Ces agences, au lieu d'améliorer les conditions de ce secteur, contribuent énormément à la paupérisation de ses acteurs. Le coût des services de la dette, les conseils des experts, l'accompagnement des producteurs, les taux d'intérêt usuriers… ne peuvent pas permettre aux agriculteurs de sortir de ce cercle vicieux de la pauvreté.

Les différents experts ne pensent qu'à la rentabilité financière, à la maximisation des rentrées financières. Aucune analyse objective n'est faite.

En effet, des analyses faites par plusieurs experts et relayées par certains médias, nous relatent que le volume mondial des dettes publiques et privées s'élève à plus de 900.000 milliards de USD ; tandis que la valeur de l'économie réelle est d'environ 80.000 milliards de USD.

Si ces dettes n'ont pas pu être remboursées, comment des paysans et des producteurs ruraux pourront-ils rembourser les prêts obtenus, sur base des hypothèques. Ils risquent d’être spoliés pour défaut de paiement.

Il est vrai que certains nous exhibent des entreprises crédibles, remboursant leurs créances. Malheureusement, l'honnêteté intellectuelle devrait nous pousser à l'incidence de ce coût financier dans le prix de revient et dans le prix de vente. D'où, l'inflation. Le pouvoir d'achat de la population est alors affecté.

L’APPORT DE LA BCE ET LA RESERVE FEDERALE

En Europe et aux Etats-Unis, la faillite et l'insolvabilité de la majorité des secteurs économiques ont obligé les banques centrales (Federal Reserve) à recourir à la planche à billets, au rachat des créances douteuses, à financer des entreprises à des taux zéro pour relancer les activités afin d’éviter un cataclysme généralisé.

A titre illustratif, la Banque Centrale Européenne (BCE) a injecté environ 1500 milliards d'euros au courant de l'année 2017 au taux de 0.625%. C'est ainsi que d'autres sources de financement sont de plus en plus recherchées.

LES FAILLITES PROGRAMMEES

Nos différentes agences de financement ne tirent pas la leçon de la crise internationale. Nous copions naïvement toutes les théories qui nous sont proposées à cause de notre cupidité, de notre avidité, de notre égoïsme, de notre manque de compassion…

Si nos spécialistes et experts avaient un peu de compassion pour leurs compatriotes, certaines propositions n'auraient même pas effleuré leurs pensées. C'est la reformation de leaders économico-financiers qui est désormais en cause.

Il faudrait un vrai débat intellectuel et non émotionnel. Dans ce débat, les titres et les fonctions devraient disparaitre pour une vraie discussion sur le fond et non sur des théories qui ne sont que des "copier-coller" sans une critique scientifique. Malheureusement, c'est le drame des "intellectuels ".

Les théories de Keynes ont été appliquées dans plusieurs pays, avec les conséquences actuelles, mais il n'y a jamais eu de repentance pour corriger. Les différents experts qui, dans leurs analyses, ont entrainé des faillites et spolié des familles, ne se sont pas excusés. Mais, ces organisations financières n'ont jamais accepté de partager la faillite et les pertes.

Les entrepreneurs sont attirés par ce gain rapide proposé par les rapports d'analyse, le fameux business plan. La cupidité aveugle et empêche toute évaluation saine et objective. Les mêmes suggestions sont également faites à d'autres nations et entreprises, qui se battront avec vous sur le marché local et international, mais ouvert à toutes les concurrences.

C'est une situation des dupes. Chaque nation essaie d'offrir plusieurs types d'avantages pour réduire les coûts de revient et rendre leurs produits plus compétitifs par des subventions, des exonérations, la défiscalisation.

DU DISCERNEMENT DANS LA PRISE DE DECISON

Nous vous prions, vous les futurs entrepreneurs, de faire attention à toutes les propositions de financement provenant de différentes sollicitations, sous prétexte d'améliorer les conditions financières de vos activités et de vous permettre de devenir une grande société qui améliore son chiffre d'affaires.

Nous vous conseillerons de demander à ces organisations financières, si elles ont confiance en vos projets de relances économiques, d'être aussi des partenaires du projet en acceptant de partager avec vous le profit sulfureux qu'ils ont dégagé théoriquement. Mais surtout, de ne pas engager votre patrimoine personnel.

Comme cela a été évoqué sur Radio France Internationale, dans «Echo d'ici et d'ailleurs», le Vice-Président de la Banque d'Angleterre aurait dit que la crise va durer encore environ vingt ans. Ne pensons pas que nous serons exemptés de la faillite.

LA SAGESSE DE NOS PARENTS

Souvent, nos sages du village nous donnent des solutions limpides qui confondent les différentes théories économiques. Comme le disait l'honorable Kiakwama Kiakiziki Gilbert, lorsqu'il fut Ministre de l'Economie, quand une décision devait être prise au sein de son ministère, il allait poser la question à sa mère. Celle-ci n'avait pas beaucoup étudié, mais c'est elle qui ramenait la décision à sa plus simple expression pour résoudre les besoins réels de la population.

Notre génération pense réinventer la roue. Nous sommes déconnectés de la sagesse et de la connaissance de nos aînés. Et nous nous sommes acculturés en oubliant nos valeurs.

CONCLUSION

La production agricole mondiale baisse, alors que la population mondiale est en hausse. Il est vrai que les nations font de grandes productions. Malheureusement, les terres sont souvent polluées suite à l'utilisation abusive d’engrais chimiques qui, eux, détériorent la qualité.

La pollution des terres, suite à l'industrialisation à outrance des villes, et la déforestation y sont pour beaucoup.

L'Afrique, quand bien même qu'on parle de retard de développement, les terres ont été préservées vierges et restent les réserves du monde et de la préservation contre les effets de serre.

Malheureusement, ce sont les soi-disant experts et intellectuels qui sont en train de brader et contribuer à la détérioration des conditions de vie.

Il est temps que chacun y réfléchisse. Nous sommes dans un bateau sur le point de chavirer. Soit nous travaillons d'un commun accord pour ne pas couler, soit chacun cherche à se sauver du naufrage avec la conséquence que tout le monde se noie.
Nord-Kivu : cinq jours de campagne de vaccination contre le choléra
jeudi 31 octobre 2019

Le ministre congolais de la Santé, Eteni Longondo, a procédé hier mercredi 30 octobre, au lancement de la campagne de vaccination contre le choléra (...)
lire la suite
L’UNFPA renforce la formation des sages-femmes
jeudi 31 octobre 2019

Dans le cadre des stratégies de lutte contre la maladie à virus Ebola, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) vient d'innover avec (...)
lire la suite
Ebola : Dr Muyembe annonce pour bientôt la vaccination conjointe à Goma et Gisenyi
jeudi 31 octobre 2019

La République démocratique du Congo est en passe de maitriser la 10ème épidémie de la fièvre hémorragique d'Ebola. C'est ainsi qu'elle s'apprête à (...)
lire la suite
"La Turquie a fait preuve de détermination pour l’application de l’accord de Sotchi sur la Syrie"
jeudi 31 octobre 2019

Le ministère turc de la Défense a affirmé, mardi, que la partie turque a fait preuve de la détermination nécessaire pour l'application de l'accord (...)
lire la suite
Presse : Le Maroc et la Chine envisagent de développer des partenariats innovants
jeudi 31 octobre 2019

RABAT, 29 octobre (Xinhua) -- Le directeur adjoint du Bureau de l'information du Conseil des affaires d'Etat de la Chine, Guo Weimin, s'est (...)
lire la suite
Le Maroc prend part à Kampala au 4eme Dialogue judiciaire de l’Union africaine
jeudi 31 octobre 2019

Kampala- Le quatrième Dialogue judiciaire, un évènement biennal de l'Union africaine, a ouvert ses travaux, mercredi à Kampala en Ouganda, avec la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Des larmes pour l’opposition parlementaire

Misère de l'opposition parlementaire et opposition parlementaire de la misère ! Un tantinet excessif ? Assurément. Mais plus qu'un simple jeu de mots, une bien triste réalité. A en pleurer plutôt (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting