Dernière minute :

Place aux originaires de…
vendredi 6 septembre 2019

Un rituel qui a la peau dure et, à l'évidence, de beaux jours devant lui. Même sous l'ère FATSHI. C'est celui de voir les ressortissants de tel ou tel autre coin du pays organiser des réceptions à l'occasion de la nomination de l'un de leurs au Gouvernement. Ou plus généralement à un poste de responsabilité au sein de l'appareil d'Etat.

On y est. C'est la haute saison. Des représentants de certaines communautés ethniques ont déjà donné le ton. On est parti pour un véritable carnaval. Les ressortissants de…ou les originaires de…seront à l'honneur. Le nombre particulièrement élevé de ministres fera que la séquence "réjouissances " sera longue et…populaire. Pas moins de 65 réceptions en perspective !

Le modus operandi est presqu'invariablement le même. Entre deux verres, un discours fait de mêmes éléments de langage. Remerciement au chef de l'Etat, à l'autorité morale du CACH, du FCC ou de l'UNC et, dans une certaine mesure, au Premier ministre pour "avoir élevé un digne fils" du territoire, de la province, de la tribu… au rang de ministre. D'autres renchérissent en soulignant que "c'est la toute première fois depuis l'indépendance" que telle entité compte un membre au Gouvernement.

Dans l'assistance, il n'est pas rare de voir des convives penser déjà au coup d'après. A savoir, le cabinet du ministre. Quand on n'est pas soi-même postulant, on caresse l'espoir de voir "Son Excellence" prendre un parent dans son équipe.

Ce phénomène s'est accentué avec le vent des élections qui fait que nombre de ministres se faisant élire dans leur fief sociologique. Il devient quasi logique voire quasi naturel que le promu puise le gros de sa garde rapprochée dans son espace ethnique ou linguistique. Ou alors dans son parti politique généralement marqué par les origines du ministre-autorité morale. Bonjour le népotisme, le tribalisme, le régionalisme et le clientélisme !

Pour autant, on ne saurait empêcher les originaires de telle ou telle localité du pays de se réjouir de la nomination de l'un de leurs. Mais pour légitimes qu'elles soient, ces réjouissances ne devraient pas reléguer au second plan le fait qu'un ministre a vocation à gérer l'ensemble de la République. Et donc à être au service du Congo et de tous les Congolais. C'est le principal. José NAWEJ
Plus qu’un simple rituel, un devoir mémoriel
mercredi 15 janvier 2020

Les Congolais ont fini par connaître par cœur le déroulé des commémorations des 16 et 17 janvier. C'est juste pour des raisons protocolaires que… le (...)
lire la suite
Gare à la balkanisation de fait !
mardi 14 janvier 2020

Pas un seul centimètre carré du territoire rd congolais ne sera aliéné. Comme ses prédécesseurs, Félix-Antoine Tshisekedi n'est pas soluble dans la (...)
lire la suite
La salubrité, une affaire de tous, par tous et pour tous
lundi 13 janvier 2020

Au seuil de cette décennie, une bonne résolution que les Kinois peuvent légitimement prendre en chœur et faire chorus pour la concrétiser. Il s'agit (...)
lire la suite
100 jours, une fausse note appelée ODEP
vendredi 10 janvier 2020

Le "programme de cent premiers jours " restera un marqueur du début de l'ère FATSHI. Le successeur de JKK ne s'est pas privé de frapper les esprits (...)
lire la suite
L’UNIKIN ou miroir du pays ?
jeudi 9 janvier 2020

Condamner les actes de vandalisme perpétrés, deux jours durant, à l'UNIKIN relève du minimum syndical. Tant personne de sensé ne peut applaudir ces (...)
lire la suite
L’intérêt hier comme aujourd’hui
mardi 7 janvier 2020

Un zeste de politique étrangère. Encore que le bras de fer entre les Etats-Unis et l'Iran fait courir un risque non seulement au Moyen-orient, mais (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Le mérite du tocsin d’Ambongo

Balkanisation ? Pas l'ombre d'un scoop. Le stratagème que le Cardinal Ambongo dénonce aujourd'hui est vieux comme le cycle de guerres d'agression et de rapine contre la RDC. Ses confrères-icônes du (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting