Dernière minute :
VENUS DES GROUPES ARMES DANS TOUTE LEUR DIVERSITE
Service national : 4.000 anciens rebelles en formation à Kayoyo
mardi 10 septembre 2019

* "Le Chef de l'Etat sait que vous êtes ici et il m'a envoyé, non seulement pour vous rendre visite, mais aussi et surtout, pour vous apporter son assistance afin d'améliorer vos conditions de vie pendant toute la période de formation", rassure le Général Jean-Pierre Kasongo.

Environ 4.000 anciens rebelles sont confiés au Service national, piloté par le général Jean-Pierre Kasongo Kabwik, pour une formation au centre Kayoyo, ouvert au sein du Centre pilote Mzee Laurent-Désiré Kabila de Kanyama Kasese, dans la province du Haut-Lomami. Selon la source qui a livré cette information hier à Forum des As, les 4.000 anciens rebelles proviennent de groupes armés dans toute leur diversité. A savoir les Mai-Mai, les Kamwina Nsapu et les hommes du fameux commandant " Buffle ", venus de l'ex-province de l'Equateur.

A en croire la source, il s'agit des groupes armés qui ont délibérément levé l'option de déposer les armes en vue de leur réinsertion dans la société. D'où, le qualificatif " rendus" collés à ces anciens rebelles que le général Jean-Pierre Kasongo, commandant du Service national considère, non sans raison, comme des enfants prodigues. Rien donc de péjoratif !

Par ailleurs, les éléments d'information parvenus hier mardi à la rédaction de Forum des As renseignent qu'aussitôt qu'ils ont déposé les armes, les 4.000 anciens hommes des troupes des groupes armés ont été cantonnés à la base militaire de Kamina. C'est donc là qu'ils ont pris le train pour leur destination finale. A savoir Kanyama, siège du Centre pilote Mzee Kabila depuis plusieurs années.

A leur descente d'avion, les 4000 " élèves " admis à l'école de formation du Service national ont été accueillis par le colonel Basile Ngoy, directeur de cabinet du commandant du Service national le général Jean-Pierre Kasongo, à la tête d'une délégation officielle partie de Kinshasa. La parade d'accueil a été personnellement dirigée par le numéro 1 du centre pilote Mzee Laurent-Désiré Kabila de Kanyama Kasese. Après son mot de bienvenue, le colonel Bashonga a expliqué aux nouveaux pensionnaires du Centre de Kanyama Kasese qu'ils y étaient pour la formation. Ce, avant de les exhorter à se sentir chez eux.

Par ailleurs, cet officier supérieur des Forces armées de la Rd Congo (FARDC) n'a pas cherché de mots pour rassurer les 4.000 anciens rebelles de ne pas se considérer comme des détenus. Loin s'en faut ! Étant donné que toutes les activités au centre pilote Mzee Laurent-Désiré Kabila sont paramilitaires, le colonel Bashonga a souligné avec insistance que la discipline sera observée dans toute sa rigueur.

" LE CHEF DE L'ETAT SAIT QUE VOUS ETES ICI "

Immédiatement après la cérémonie d'accueil, les " rendus ", tout heureux et confiants, ont été directement acheminés au centre d'entrainement à Kayoyo, situé à 18 Km de Kanyama, chef-lieu du territoire de Kanyama, dans la province du Haut-Lomami.

Des sources renseignent que peu avant la bienvenue, le directeur de cabinet du Commandant du Service national, à la tête de la délégation venue de Kinshasa, a rendu visite au premier contingent des "rendus " internés à Kayoyo. C'est donc là que les Kinois ont été émerveillés par le travail de transformation du premier groupe de ces anciens rebelles, en passe de réinsertion. Tous, apprend-t-on, avaient le moral au zénith et donnaient les gages de véritables bâtisseurs formés en très peu de temps. La maîtrise des chants rimait avec celle de la devise du bâtisseur. Preuve irréfutable de l'intensité de l'encadrement reçu.

A en croire nos sources, le temps fort de la visite du premier contingent des " rendus " à Kayoyo a été le lancement officiel de la formation, par le Général Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service national. " Le Chef de l'Etat sait que vous êtes ici et il m'a envoyé, non seulement pour vous rendre visite, mais aussi et surtout, pour vous apporter son assistance afin d'améliorer vos conditions de vie pendant toute la période de formation", a déclaré le numéro 1 du Service national. Et d'ajouter : " Vous êtes ici sur décision de l'autorité suprême. Nous allons vous former selon son désir. A la fin de la formation, il lui reviendra de décider de votre destination."

Le deuxième moment mémorable a été la remise à chacun des 4.000 anciens rebelles, d'un kit d'accueil composé d'un matelas, d'une couverture, d'assiettes, de gobelets, de savons, de pâte dentifrice, de papiers hygiéniques, de glycérine, du rasoir et de tenue de bâtisseur.

En ce qui concerne les moyens nécessaires pour assurer l'encadrement de ces " rendus ", le Général Jean-Pierre Kasongo Kabwik, fort de son expérience en la matière, a fait remarquer qu'on ne devrait pas attendre que tout soit réuni pour commencer. En d'autres termes, il faut commencer avec les moyens disponibles. " On risque de ne rien faire s'il faut attendre que tous les moyens soient réunis. Il faut faire avec ce qu'on a ", a-t-il conseillé, rappelant qu'à l'arrivée du premier groupe de rendus, sur le site Kayoyo, il n'y avait rien. " Les rendus n'avaient où mettre la tête. Tout a changé et tout ira en changeant "

UN NOUVEAU PARADIGME

Dans son adresse à la presse sur place, le général Kasongo s'est déclaré heureux de réaliser le travail de conversion d'anciens rebelles en bâtisseurs. Aussi, a-t-il insisté sur le fait qu'il faudrait désormais, faire les choses autrement. C'est-à-dire tester un nouveau paradigme sur fond de rupture totale avec l'ancienne pratique. Celle qui faisait que les anciens rebelles étaient intégrés dans l'armée et aussitôt qu'ils étaient sur le terrain, ils regagnaient la rébellion.

L'histoire renseigne que la RD Congo s'est constitué une tradition de recyclage des groupes armés. La plus grande opération en cette matière aura été celle connue après le dialogue intercongolais organisé en 2002 à Sun City en Afrique du sud. A l'époque, le pays fut divisé en quatre administrations dont trois avaient dirigées par des rebelles. Ainsi, pour créer une seule armée nationale, il y a eu mixage ; brassage, intégration… des groupes armés dans l'armée nationale. Cette pratique était en passe de devenir une tradition quelque peu acceptée par tous pour intégrer l'armée nationale.

Cependant, il s'est avéré que ceux qui étaient intégrés dans l'armée hier, regagnaient les groupes armés en vue d'un nouveau brassage. C'est donc toute la conséquence néfaste de cette pratique. Fort de cela, le Gouvernement a pensé cette fois-ci, faire mieux les choses et autrement. C'est la nouvelle expérience qui est tentée actuellement avec plus ou moins 4000 anciens rebelles confiés au Service national pour une formation à Kayoyo, au centre pilote Mzee Laurent-Désiré Kabila de Kanyama Kasese.

La tâche est immense et les objectifs, légitimes. Encadrer plus de 4000 anciens rebelles n'est guère une tache de thé. Cela exige des moyens à la hauteur des ambitions. D'ores et déjà, plus d'un estime qu'une chose est d'encadrer ces anciens hommes de troupes. Mais une autre (la plus importante ?) est de trouver un métier capable de permettre à ces derniers de s'épanouir dans leur nouvelle vie en société. Grevisse KABREL
Un coup fourré contre Shadary !
mardi 11 août 2020

* D'extincteur archiconnu de l'incendie Kamwina Nsapu, voilà l'ex-VPM en charge de l'Intérieur dépeint en pyromane". On marche sur la tête Un zeste (...)
lire la suite
Marches pour Kamerhe : l’UNC gagne son pari
lundi 10 août 2020

*En première ligne, les enfants du Dircab du chef de l'Etat ont défilé parmi les manifestants pour exiger qu’on relâche leur père Les rues de (...)
lire la suite
Matata Ponyo balise la voie à l’émergence de la RDC
vendredi 7 août 2020

* Pour l'ancien Premier ministre, ce Bulletin économique est une " boîte à idées " tournée vers le progrès. L'ancien Premier ministre, Augustin Matata (...)
lire la suite
L’absence de Mabunda, Thambwe et Ilunga suscite des questions
jeudi 6 août 2020

* D'ores et déjà, des observateurs jugent que ces Hauts juges entament leur mandat sur fond de tension entre les deux pôles de l'Exécutif, à savoir (...)
lire la suite
Deux juges refusent leur nomination à la Cour de Cassation
mercredi 5 août 2020

* Par ailleurs, 64 Hauts magistrats ont prêté serment hier devant le Président de la république au Palais de la Nation. Sur les soixante-six hauts (...)
lire la suite
BCC : les raisons de l’appréciation du franc congolais
lundi 3 août 2020

* Dans un entretien exclusif hier à "Forum des As", Jean-Louis Kayembe, Directeur général en charge de la politique monétaire et des opérations (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Dialogue, façon convergences parallèles

Quand il officiait la très longue messe de sa carrière, voici près de trois décennies, Laurent Monsengwo Pasinya a sorti ces mots : " convergences parallèles ". Vu du landerneau politique (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting