Dernière minute :

A une non question, pas de réponse Monsieur le Président !
jeudi 19 septembre 2019

" Etes-vous une marionnette de Joseph Kabila ? " Faudrait-il que le chef de l'Etat se sente dans l'obligation de répondre systématiquement et même systémiquement à cette question qui n'en est pas une ? La réponse est non. Trois fois non.

Répondre passerait, en effet, pour une preuve par l'absurde qu'il y aurait un problème. Pis, se mettre à aligner des " preuves d'autonomie " a - paradoxalement - pour effet d'accréditer, voire de légitimer cette thèse farfelue d'un Président sur la défensive en train de démontrer que lui c'est lui. Comme s'il pouvait être l'autre ! C'est-à-dire son prédécesseur. Comme s'il pouvait en être autrement.

Hier en Belgique -de bonne foi - le premier des Congolais a, une fois de plus, cru devoir réfuter avec forces arguments cette désormais récurrente " question-allégation ". Alors qu'il suffit pour tous les proches du Président de renvoyer ces " questionneurs -censeurs " à la Constitution pour passer à autre chose. Le chef de l'Etat n'a même pas une seconde à perdre sur ce " sujet ". Puisqu'il est Président de la république dans le cadre de la loi fondamentale rd congolaise. Laquelle institue un régime semi présidentiel qui prévoit -comme en France - un cas de figure selon lequel le chef de l'Etat peut ne pas disposer de la majorité à l'Assemblée nationale .Et c'est le cas de Félix-Antoine Tshisekedi.

Devrait-il s'asseoir sur la Constitution et demeurer seul maître à bord comme gage de son " indépendance " vis-à-vis de son devancier direct ? Un pronuciamiento -version civile- digne d'une république bananière. En plus, La " non question " en…question charrie du mépris. On voit mal un chef d'Etat non africain être soumis à pareille interrogation qui frise même un interrogatoire.

De deux choses l'une. Ou Le Président exerce son pouvoir conformément au texte fondateur de l'Etat ou alors il s'érige en nouvel " homme fort ". Avec le risque évident d'embrasement du pays.

Il paraît que les donneurs de leçon de démocratie s'accommodent plutôt bien de pays africains abonnés ad vitam aeternam à l'instabilité avec son lot de scénarios-catastrophes. Voire d'horizons eschatologiques. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres. En l'occurrence, ce chaos organisé et entretenu dans l'Est. Un fonds de commerce pour tous ceux pour qui la chienlit en RDC est plus rentable que l'ordre. José NAWEJ
La culture d’abord !
mardi 15 octobre 2019

Sylvestre Ilunga a tranché. Place du cinquantenaire au cœur du cœur de Kinshasa, ce sera le Centre culturel et artistique d'Afrique centrale. Tout (...)
lire la suite
Plusieurs deuils dans le deuil
lundi 14 octobre 2019

Comment ne pas partager la douleur qui étreint les familles et autres proches des disparus du crash de l'Antonov 72 affrété par la Présidence de la (...)
lire la suite
En attendant le projet de budget
vendredi 11 octobre 2019

Question du week-end : que font nos députés et sénateurs ? Réponse teintée d'euphémisme : pas grand-chose. Le Palais du peuple est en mode "service (...)
lire la suite
Prêt à mourir pour l’Est...
jeudi 10 octobre 2019

Serment ou aveu? La déclaration du Président peut sonner l'un comme l'autre, l'un et l'autre et l'un ou l'autre. Tout dépend à la fois du chef de (...)
lire la suite
Un Président et un Cardinal "honoraires" !
mercredi 9 octobre 2019

Autant le confesser tout de go : "comparaison n'est pas raison ". Et de fait, on ne compare que ce qui est comparable. N'empêche. On ne peut (...)
lire la suite
Une présence, un message
mardi 8 octobre 2019

Impossible de ne pas décrypter la présence de la speaker de la Chambre au Vatican à l'occasion de la création de Mgr Fridolin Ambongo comme (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting