Dernière minute :

Leçon dans l’hommage à Jacques Chirac
mardi 1er octobre 2019

Rideau sur les journées d'hommage à Jacques Chirac. Pays traversé par des contradictions idéologiques-pluralisme oblige-, la France a su parler le même langage naturellement dans une même langue. Les médias dans leurs diversités ont amplifié l'hommage à l'ancien Président de la république décédé le jeudi 26 septembre. Un vent d'unanimisme -ou presque- a soufflé sur l'Hexagone. Un moment de consensus national.

Vu d'Afrique post-La Baule, difficile de ne pas constater que la nécessaire démocratie est parfaitement soluble dans la cohésion nationale. Comme cela n'a échappé à personne que dans l'épreuve, les Français ont su faire chorus pour écrire une nouvelle page de leur "récit national".

Là réside toute la leçon que les Africains devraient tirer de la séquence "hommage à Jacques Chirac". Les vieilles nations démocratiques savent, en effet, faire le distinguo entre le pays et les querelles partisanes , l'intérêt national et les intérêts paroissiaux , la patrie et le parti.

Les premiers l'emportant systématiquement et systémiquement sur les seconds. Pour emprunter à notre "Ya Tshitshi" national, on dirait: "le pays d'abord".

En Afrique en général et en RDC en particulier, au nom d'une démocratie mal assimilée, les élites confondent "allègrement" les enjeux existentiels du pays avec les intérêts nombrilistes de telle ou telle autre faction politique. Sous Kabila père et fils, l'on a entendu des opposants nier que la RDC-leur propre pays -était agressée ! D'autres étaient même sur le point de monter dans les chars des agresseurs pour accéder au pouvoir !

Lorsque le Gouvernement d'alors dénonçait le terrorisme " islamiste " et en appelait à un large front contre les forces négatives, le gros de l'opposition et ses succursales estampillées "Société civile" se sont vautrés dans un autisme d'emprunt, façon politique de l'autruche. Ou encore " circulons, il n'y a rien à voir ".

Voilà qu'aujourd'hui, la frange de l'opposition aux affaires voit ce qu'elle se refusait à voir hier. Pourtant depuis une vingtaine d'années, la tragédie dans l'Est de la RDC devrait interpeller et convoquer le patriotisme de tout Congolais. En commençant par l'élite politico-intellectuelle. Ou ce qui en tient lieu. Car, c'est l'avenir du pays dans ses frontières internationalement reconnues qui est non en jeu, mais en danger. Pour cette cause-là, point de place pour des guérillas fratricides ou encore des querelles byzantines.

Puisse l'union nationale - le temps de l'épreuve - administrée par le peuple français inspirer tous ceux qui sous les tropiques congolaises ont toujours préféré leurs partis à leur patrie. José NAWEJ
Aller au-delà de l’affichage
mardi 17 mars 2020

A n'en point douter. La session ordinaire de mars a accouché de son premier grand moment dès son seuil. Il s'agit de la présence dans l'Hémicycle (...)
lire la suite
Le QG de l’UDPS en confinement !
lundi 16 mars 2020

Il n'y a plus âme -ou presque- qui vive au siège de l'UDPS. A part des policiers et autres agents de sécurité. D'ordinaire animé, le "saint des (...)
lire la suite
Halte au vaudeville !
vendredi 13 mars 2020

Faut-il faire de tout matière à vaudeville ? Non. Parce qu'on ne peut pas rire de tout. Même au pays de Mangobo. Même si le rire, fait office (...)
lire la suite
Covid-19 : vivement l’union sacrée !
jeudi 12 mars 2020

Union sacrée ? Le concept a été à ce point galvaudé sous les tropiques rd congolaises que plus grand monde n'y croit. Union nationale ? La formule est (...)
lire la suite
8 mars, le pagne et ce qui va avec…
lundi 9 mars 2020

Le 8 mars avec forces pagnes de circonstance est de retour ! Et…tout ce qui va avec. Le meilleur, à savoir les communications sur le thème du (...)
lire la suite
L’homme propose, … corona dispose
vendredi 6 mars 2020

Patatras ! Voilà notre monde réglé comme une montre suisse de plus en plus déréglé ! Voilà la planification, véritable religion des temps modernes, en (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Ilunga comme ses devanciers

Fin d'un vrai faux suspense. Ilunga Ilunkamba n'aura pas été cette exception qui confirme la règle. L'actuel locataire de l'avenue Roi Baudouin dans la très chic Gombe est dans le collimateur de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting