Dernière minute :

Budget : qui dit mieux ?
mercredi 2 octobre 2019

Tout ça pour ça ? Peut mieux faire. Un léger mieux. La plus belle femme ne peut donner que ce qu'elle a. Voilà résumée- avec le risque de caricaturer- la polémique sur le projet de budget, estimé à 7 milliards de dollars américains, que le Gouvernement Ilunga va présenter et défendre à la Chambre.

Qui dit vrai ? Bien malin saura trancher ce débat. D'autant que dans ce pays, chacun voit midi devant sa porte. En particulier, depuis les années Transition, tout le monde est devenu spécialiste en tout. Y compris sur une question hyper technique comme celle du budget. Quitte à prendre des libertés avec les chiffres. Quitte à croire qu'il suffit d'étaler sa démagogie de bon sentiment pour que la réalité économique change. Et que des dizaines de milliards de dollars tombent dans l'escarcelle de l'Etat.

Longtemps abonné voire scotché à l'opposition, l'UDPS, devenue parti présidentiel, n'était pas avare de chiffres. Au nom de la magie du "changement radical", à Limete, on avait la faiblesse de croire que les choses allaient tout aussi radicalement changer du tout au tout, façon "et la lumière fut"!

Sans céder à une espèce d'optimisme béat, ni sombrer dans une espèce de pessimisme de rigueur, il y a lieu de lire les 7 milliards de prévision budgétaire à l'aune des paramètres macro-économiques qui sont les nôtres. Le budget reflétant la santé économique d'un pays .Comme dans une relation dialectique, l'environnement économique influant sur la taille du budget.

A partir de là, pas besoin d'être un crack en économie pour comprendre que toutes choses restant égales par ailleurs, l'épaisseur du projet de loi des finances n'est ni négligeable, ni costaud non plus dans l'absolu. En l'occurrence, pour un pays dont le budget tourne généralement autour de 5 milliards de dollars, en ce compris les appuis extérieurs, 7 milliards peuvent sonner comme un léger mieux. Encore faudrait-il connaître la hauteur des ressources propres et la part des apports extérieurs.

Peut mieux faire ? Assurément. Mobilisation tous azimuts des régies financières, antidote au coulage des recettes, régime amaigrissant pour les institutions de l'Etat et leurs animateurs …

Au-delà de ces palliatifs à court terme, c'est tout le paradigme économique hérité du Régime Mobutu qu'il convient de changer. En l'espèce, diversifier l'économie, notamment en faisant de l'agriculture la priorité des priorités. Depuis le Maréchal-Président, tout le monde le chante, mais personne ne le fait. José NAWEJ
La culture d’abord !
mardi 15 octobre 2019

Sylvestre Ilunga a tranché. Place du cinquantenaire au cœur du cœur de Kinshasa, ce sera le Centre culturel et artistique d'Afrique centrale. Tout (...)
lire la suite
Plusieurs deuils dans le deuil
lundi 14 octobre 2019

Comment ne pas partager la douleur qui étreint les familles et autres proches des disparus du crash de l'Antonov 72 affrété par la Présidence de la (...)
lire la suite
En attendant le projet de budget
vendredi 11 octobre 2019

Question du week-end : que font nos députés et sénateurs ? Réponse teintée d'euphémisme : pas grand-chose. Le Palais du peuple est en mode "service (...)
lire la suite
Prêt à mourir pour l’Est...
jeudi 10 octobre 2019

Serment ou aveu? La déclaration du Président peut sonner l'un comme l'autre, l'un et l'autre et l'un ou l'autre. Tout dépend à la fois du chef de (...)
lire la suite
Un Président et un Cardinal "honoraires" !
mercredi 9 octobre 2019

Autant le confesser tout de go : "comparaison n'est pas raison ". Et de fait, on ne compare que ce qui est comparable. N'empêche. On ne peut (...)
lire la suite
Une présence, un message
mardi 8 octobre 2019

Impossible de ne pas décrypter la présence de la speaker de la Chambre au Vatican à l'occasion de la création de Mgr Fridolin Ambongo comme (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting