Dernière minute :

Des lunettes politiquement teintées pour lire la Constitution
vendredi 1er novembre 2019

Autant de juristes qu'il y a des loges politiques. Autant de constitutionnalistes qu'il y a des écuries dans le microcosme politique kinois. Le Congo-Zaïre est ainsi fait que chacun voit midi devant sa porte. Ou même selon l'état de son ventre. Un célèbre observateur de la scène politique rd congolaise avait trouvé une formule : " la politique du tube digestif".

La perspective -évoquée par un Kabiliste pur sucre - de voir le Président honoraire se représenter en 2023 donne déjà lieu à une kyrielle de réactions. Des juristes sortent du bois. La même Constitution est lue très différemment. Voire contradictoirement. Chacun y va de son interprétation. Jusqu'aux experts ès droit constitutionnel.

Qui dit le droit ? Qui le dévoie ? Une question récurrente en terre congolaise. Dans la transition post-24 avril 1990 comme dans celle post-Sun City et plus récemment au crépuscule du second mandat de Joseph Kabila, il y eut quantité de clashes autour de la lecture des dispositions constitutionnelles.

Le hic, c'est que dans la plupart des temps, la Constitution est lue avec des verres politiquement teintées. Et du coup, ce qui aurait pu constituer autant d'arguments d'autorité -façon Aristote l'a dit- devient sujet à caution. Car, il suffit d'enlever leurs toges à nombre de docteurs en droit -fût-ce constitutionnel, pour retrouver l'homo politicus congolais. Du pouvoir d'hier et/ou d'aujourd'hui ou de l'Opposition. Ou même de cette société civile aux relations incestueuses avec la classe politique, toutes chapelles confondues.

Et la Cour constitutionnelle dans tout ça ? Même cette haute cour n'échappe pas au sectarisme ambiant. Ses arrêts sont rarement -c'est un euphémisme- jugés à l'aune du droit, mais du ressenti. Selon que le verdict a pour effet de conforter tel ou tel autre camp. Cela donne une appréciation à géométrie variable. Il en sera de même sur la polémique naissante sur la probable candidature du " Raïs ".

Trêve de projection inconsidérée tout de même. Le quinquennat en cours n'en est qu'à ses débuts. Les Congolais en attendent des réponses à leurs soucis basiques archi- connus. 2023, ce n'est pas demain la veille. José NAWEJ
Le sommet de Londres vu de RDC
lundi 20 janvier 2020

A chaque grande ou moyenne puissance son sommet avec l'Afrique. Ce lundi 20 janvier, c'est au tour de la Grande-Bretagne d'organiser sa (...)
lire la suite
Plus qu’un simple rituel, un devoir mémoriel
mercredi 15 janvier 2020

Les Congolais ont fini par connaître par cœur le déroulé des commémorations des 16 et 17 janvier. C'est juste pour des raisons protocolaires que… le (...)
lire la suite
Gare à la balkanisation de fait !
mardi 14 janvier 2020

Pas un seul centimètre carré du territoire rd congolais ne sera aliéné. Comme ses prédécesseurs, Félix-Antoine Tshisekedi n'est pas soluble dans la (...)
lire la suite
La salubrité, une affaire de tous, par tous et pour tous
lundi 13 janvier 2020

Au seuil de cette décennie, une bonne résolution que les Kinois peuvent légitimement prendre en chœur et faire chorus pour la concrétiser. Il s'agit (...)
lire la suite
100 jours, une fausse note appelée ODEP
vendredi 10 janvier 2020

Le "programme de cent premiers jours " restera un marqueur du début de l'ère FATSHI. Le successeur de JKK ne s'est pas privé de frapper les esprits (...)
lire la suite
L’UNIKIN ou miroir du pays ?
jeudi 9 janvier 2020

Condamner les actes de vandalisme perpétrés, deux jours durant, à l'UNIKIN relève du minimum syndical. Tant personne de sensé ne peut applaudir ces (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting