Dernière minute :

"Wewa" : séparer le bon grain de l’ivraie
mercredi 6 novembre 2019

Autant le confesser tout de go. Les déjà célèbres "Wewa" sont la parfaite illustration de ce qu'est devenue la RDC depuis les années Mobutu. Un pays où la débrouillardise est reine. Le fameux système D. Ou encore l'article 15. De ce point de vue, personne ne saurait jeter la moindre pierre à ces compatriotes qui ont su trouver un créneau pour survivre, eux et leurs dépendants. Ces conducteurs des motos seraient d'autant moins à plaindre qu'en même temps qu'ils s'avèrent d'excellents supplétifs au transport classique, ils permettent au client de descendre devant son domicile.

Ce n'est pas tout. Grâce aux taxis-motos, même les coins reculés sont desservis. Surtout à Kinshasa, ville tentaculaire où le périmètre de circulation des taxis s'est réduit depuis des lustres comme peau de chagrin.

Seulement voilà, l'actualité charrie de plus en plus le côté moins vertueux de ces conducteurs des motos. Certes, on peut comprendre que les "wewas" expriment leur colère chaque fois que l'un des leurs est fauché par un policier ou par un véhicule. Mais, de là à développer une espèce de propension à se faire justice, notamment en perturbant l'ordre public ou en brûlant des biens publics comme le bus de transport en commun , il y a un grand pas à ne pas franchir.

Sinon, bonjour la chienlit! Comme cela a été le cas avant hier à Mont-Ngafula et la semaine dernière dans la commune de Kinshasa.

A chaque fois, c'est par des scènes dignes d'émeutes que les "wewa" ont réagi à la mort d'un de leurs camarades. Des réactions qui sonnent comme un pied de nez à l'autorité de l'Etat. L'Etat étant, selon le sociologue allemand Max Weber, seul détenteur du monopole de la violence légitime.

Le risque, si cette "autoprise en charge" continue est de voir Kinshasa transformer à la longue en un vaste espace de non droit avec des conséquences autrement plus graves.

Déjà dans certains quartiers les Kulunas dictent leur loi face au recul ou à l'absence de l'Etat. Qu'adviendrait-il si les "wewa" arrivaient eux aussi à prendre le dessus sur l'Etat ?Sans céder à la tentative de jeter le bébé avec l'eau du bain, des voix s'élèvent pour que vite l'on recense tous les motocyclistes. Histoire de séparer le bon grain de l'ivraie. Il est minuit moins cinq. José NAWEJ
Nouveau pouvoir ou pouvoir syncrétique ?
jeudi 7 novembre 2019

Ce n'est pas le titre d'une thèse de doctorat. Ni d'un traité des sciences politiques. Encore moins d'un essai. C'est plutôt un constat de (...)
lire la suite
"Wewa" : séparer le bon grain de l’ivraie
mercredi 6 novembre 2019

Autant le confesser tout de go. Les déjà célèbres "Wewa" sont la parfaite illustration de ce qu'est devenue la RDC depuis les années Mobutu. Un pays (...)
lire la suite
FATSHI- JKK : le pays d’abord !
mardi 5 novembre 2019

Félix-Antoine Tshisekedi et Joseph Kabila, en tenue décontractée sur leurs terres de N'sele. L'image en elle-même vaut message. Et la photo, (...)
lire la suite
Attention, le chrono est en marche !
lundi 4 novembre 2019

Annoncé à plusieurs reprises, le projet de budget n'a toujours pas atterri sur le bureau de l'Assemblée nationale. Peut-être ce lundi. Ou demain (...)
lire la suite
Des lunettes politiquement teintées pour lire la Constitution
vendredi 1er novembre 2019

Autant de juristes qu'il y a des loges politiques. Autant de constitutionnalistes qu'il y a des écuries dans le microcosme politique kinois. Le (...)
lire la suite
Des larmes pour l’opposition parlementaire
jeudi 31 octobre 2019

Misère de l'opposition parlementaire et opposition parlementaire de la misère ! Un tantinet excessif ? Assurément. Mais plus qu'un simple jeu de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting