Dernière minute :

Nouveau pouvoir ou pouvoir syncrétique ?
jeudi 7 novembre 2019

Ce n'est pas le titre d'une thèse de doctorat. Ni d'un traité des sciences politiques. Encore moins d'un essai. C'est plutôt un constat de l'alchimie politique telle qu'elle résulte de la coalition CACH-FCC. En somme, un accord de gouvernement entre le nouveau Président, fort de son élection à la tête de l'Etat, et son prédécesseur du haut de son écrasante majorité dans les deux chambres du Parlement ainsi que dans la quasi-totalité des assemblées provinciales.

Un pactole politique qui fait qu'il est inapproprié de parler en terme d'ancien et nouveau pouvoir. Car, si Félix-Antoine Tshisekedi incarne le nouveau pouvoir, Joseph Kabila n'en incarne pas moins les deux. C'est-à-dire l'ancien et le nouveau, façon "le roi est mort, vive le roi ! ".

Autant UDPS- parti présidentiel par excellence - rime enfin avec impérium, autant le PPRD n'a pas cessé d'être sous les lambris et ors des palais de la République et dans les cabinets douillets du Gouvernement. Hier, la Majorité Présidentielle (MP) était aux commandes de presque toutes les provinces, même cas de figure aujourd'hui pour le FCC qui renvoie à la même kabilie.

Comme le "partage équitable et équilibré" du pouvoir a la peau dure, les entreprises publiques et la diplomatie ne vont pas échapper à cette pratique héritée des années Transition. Maintenant que les mises en place au sein du Portefeuille sont sur la table, pas besoin d'une boule de cristal pour prédire que le bloc kabiliste aura sa part dans ce jackpot attendu par toutes loges du… "nouveau pouvoir" .Pas non plus besoin d'être prestidigitateur pour prophétiser la présence significative des hommes de l'ancien Raïs dans la communauté des ambassadeurs à venir.

Dépouillée de sa dimension péjorative, la boutade de Ya Mungul-ancien gouverneur de Kinshasa- selon laquelle le véhicule est le même, on a juste changé le chauffeur n'est pas loin du cas de figure post-élections décembre 2018.

Que les thuriféraires, aux matamores, aux fous du roi, aux extrémistes, aux plus royalistes que le roi et même aux "professeurs" de service de tous les bords se gardent de danser plus vite que la musique. "A mal nommer les choses, on ajoute au malheur du monde", écrivait Albert Camus.

La vérité, c'est qu'en l'occurrence en fait de nouveau pouvoir, il y a un pouvoir syncrétique, fruit du deal entre deux hommes : Félix-Antoine Tshisekedi et Joseph Kabila. José NAWEJ
Dialogue, façon convergences parallèles
mardi 11 août 2020

Quand il officiait la très longue messe de sa carrière, voici près de trois décennies, Laurent Monsengwo Pasinya a sorti ces mots : " convergences (...)
lire la suite
Reprise des cours ou pas : Entre deux maux
lundi 10 août 2020

Pour une lueur d'espoir, c'en est une. En cette saison sèche, un vent de normalisation souffle sur l'enseignement rd congolais. Ce lundi 10 août (...)
lire la suite
Et voici le "dauphin" de feu le dauphin !
vendredi 7 août 2020

Par définition, on ne peut rien contre un cas de force majeure. Ni l'éviter, encore moins l'inviter. On ne peut que le subir. Et faire contre (...)
lire la suite
RDC-USA : une bonne nouvelle, mais…
jeudi 6 août 2020

L'offre militaro-sécuritaire de la première puissance planétaire en la matière ne se refuse pas. Surtout lorsqu'on s'appelle RDC, pays post-conflit (...)
lire la suite
Franc congolais : chronique d’un scénario archi connu
mercredi 5 août 2020

Plus qu'un léger mieux pour le franc congolais par rapport au dollar américain. Rien de nouveau sous le soleil rd congolais. Appréciation de " (...)
lire la suite
2023 c’est après demain, et aujourd’hui ?
mardi 4 août 2020

A celles et ceux qui souffriraient d'amnésie, un rappel. Nous sommes en 2020. Début 2019, un nouveau Président de la république et une majorité (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting