Dernière minute :
A LA SUITE DES BAVURES DEPLOREES A KINSHASA ET A KOLWEZI
La coalition FCC-CACH risque de passer à côté de l’essentiel de son mandat
mardi 12 novembre 2019

Destruction des portraits de Joseph Kabila à Kinshasa, incendie des effigies du président de la République Félix Tshisekedi à Kolwezi dans la province du Lualaba…Les derniers développements de l'actualité politique en RDC inquiètent plus d'un Congolais.

Du moins ceux qui aspirent à vivre des lendemains meilleurs, différents de ceux que tout Congolais regrette d'avoir vécus il y a quelques années. Mais lorsque le FCC (Front commun pour le Congo) et CACH (Cap pour le changement), par des militants et autres fanatiques trop zélés interposés, se mettent à privilégier l'accessoire, il y a risque qu'ils finissent par se faire hara-kiri. Car ce sont eux qui sont au pouvoir et donc comptables de la gestion du pays.

Après le feuilleton de la paternité de la gratuité de l'enseignement de base, celui de la destruction méchante des effigies des deux leaders phares de la coalition crève l'actualité. En multipliant les couacs, les frictions, les chamailleries, les flèches enflammées, bref, les occasions du divorce, le FCC et CACH sèment des doutes, des inquiétudes dans le cœur de plus de 80 millions de Congolais qui attendent de la coalition des résultats concrets sur le front de l'amélioration des conditions de vie.

Au lieu de mutualiser leurs ressources, leur compétence, leurs expertises, leurs expériences au profit de l'intérêt général pour répondre valablement aux nombreuses attentes du peuple congolais. Ceux qui, à la faveur des élections, ont décidé de ''former un front pour ce pays'' et de ''prendre la direction du changement'' se complaisent à se chamailler.

Le risque que la coalition court est, au mieux, de passer à côté de l'essentiel, c'est-à-dire répondre favorablement aux attentes de la population ; au pire, de conduire le pays vers une situation insurrectionnelle, chaotique, surtout au regard de la tournure que commence à prendre leur guéguerre marquée par des actes de vandalisme.

Des scènes qui sont parties de la capitale congolaise où des effigies de l'ancien président de la République Joseph Kabila ont été arrachées et brûlées, avant d'atteindre le summum à Kolwezi, chef-lieu de la province du Lualaba où, en guise de représailles des scènes de Kinshasa, des effigies du président de la République Félix Tshisekedi ont été également profanées avec le feu.

Que de tels actes soient posés par les militants d'une autre formation politique qui ne soit pas aux affaires, cela pourrait passer. Encore que même de l'opposition, un parti politique a vocation à prêcher le civisme. Mais que ce soit l'UDPS, par ses combattants interposés, qui le commette, il y a lieu de se poser des questions. Pourquoi l'UDPS se comporte en opposant, alors qu'elle est au pouvoir ?.

Pour qui connaît les réalités sociologiques de ce pays, on peut bien craindre le risque que ces chamailleries cycliques se muent en ce qu'on doit craindre le plus : des affrontements intercommunautaires. Ce qui ne serait dans l'intérêt de personne, en commençant par la coalition au pouvoir.

Des conflits intercommunautaires qui ont laissé des plaies encore béantes dans ce pays que bien des Congolais ne sont pas près d'oublier. Un cadre du FCC, numéro 1 de la province où les effigies du Président Félix Tshisekedi ont été brûlées, de surcroît un des acteurs politiques ayant vécu les conséquences de ces affrontements meurtriers, a eu à rappeler les affres de tels affrontements..

Retentissant comme le chant lugubre d'un oiseau de mauvais augure, les événements de Kinshasa et de Kolwezi doivent interpeller tous ceux qui en sont concernés. Pour que ceux qui ont réellement prise sur les franges extrémistes des partisans des uns et des autres puissent lancer des appels au calme, mais aussi et surtout, montrer le danger que font courir au pays les agissements de ceux qui, sous le couvert d'attachement à tel ou tel leader politique, sapent en réalité le fondement de la coalition, c'est-à-dire du pouvoir. Kléber KUNGU
L’Université de Kinshasa : "colline du savoir, colline des transactions
vendredi 10 janvier 2020

(Par le Pr Bernard Mumpasi Lututala) RESUME La crise que traverse l'université congolaise depuis plusieurs décennies est bien connue par ceux qui (...)
lire la suite
Didier Kitima bin Ramazani aux arrêts
vendredi 10 janvier 2020

L'ancien ambassadeur de la République démocratique du Congo au Japon, Didier Kitima Bin Ramazani a été arrêté mercredi 8 janvier au ministère des (...)
lire la suite
Fini les vacances, le Gouvernement reprend du service ce vendredi 10 janvier
vendredi 10 janvier 2020

Fini les vacances des membres du gouvernement après le séminaire gouvernemental tenu à Zongo au Kongo Central. Le 1er Ministre Sylvestre Ilunga (...)
lire la suite
Le VPM Tunda rassuré du soutien de la France
vendredi 10 janvier 2020

Le vice-premier ministre, ministre de la Justice et garde des sceaux, Me Célestin Tunda Ya Kasende, a eu un tête-à-tête hier avec l'ambassadeur de (...)
lire la suite
L’ARMP écarte la Société LT CIMEX pour usage de faux
vendredi 10 janvier 2020

La Société LT Cimex ne livrera pas de jeeps aux membres du Gouvernement. La vice-primature en charge des Infrastructures et Travaux publics l'a (...)
lire la suite
Les meilleurs managers nommés par Félix Tshisekedi : Daudet Laya Sinsu et Lucien Bonyeme Ekofo sortent du lot
jeudi 9 janvier 2020

Préambule Votre agence de sondage " Echos d'Opinion " s'est penché sur des personnalités qui se sont distinguées l'année passée. Pour cette session, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

100 jours, une fausse note appelée ODEP

Le "programme de cent premiers jours " restera un marqueur du début de l'ère FATSHI. Le successeur de JKK ne s'est pas privé de frapper les esprits dès l'entrée en matière. Application intégrale des (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting