Dernière minute :
DE RETOUR AU PAYS CE VENDREDI
Jean-Marc Kabund devant un dilemme cornélien
jeudi 21 novembre 2019

* Le Président intérimaire de l'UDPS va-t-il présenter les excuses exigées par la frange majoritaire de la Majorité parlementaire ou s'arc-bouter sur la posture radicale de la "base" du parti ?

Jean-Marc Kabund, Président intérimaire de l'UDPS et 1er Vice-Président de l'Assemblée nationale, regagne Kinshasa demain vendredi 22 novembre, après une mission officielle à Kigali où il a participé aux travaux de la 38ème session de l'Assemblée parlementaire paritaire (APP) Afrique Caraïbe et pacifique-Union européenne. C'est l'annonce faite dans son compte facebook, par le Secrétaire général ad intérim du parti présidentiel, Augustin Kabuya, qui appelle à une forte mobilisation des combattants de l'Udps, pour accueillir Jean-Marc Kabund à l'aéroport international de N'Djili.

Cependant, le retour du Président intérimaire de l'Udps au bercail, intervient dans un contexte politique particulier, marqué par des tensions entre les deux plateformes de la coalition au pouvoir. A savoir le Front commun pour le Congo (FCC) de l'ancien Président Joseph Kabila et Cap pour le changement (CAP) de l'actuel Chef de l'Etat Félix Tshisekedi. A la base de ce climat malsain se trouvent les incidents survenus le 10 novembre à Kolwezi, dans la province du Lualaba, où les effigies de Joseph Kabila et de Félix Tshisekedi avaient été brûlées. Depuis, les rapports entre le FCC et son partenaire CACH devenaient de plus en plus tendus.

Dans une déclaration faite le dimanche 10 novembre, Jean-Marc Kabund avait aussitôt annoncé la suspension des discussions entre le FCC et CACH. Ce, disait-il jusqu'à nouvel ordre. "Joseph Kabila n'est plus Président de la République. Si de manière spontanée, la population a pu brûler ses effigies, ce n'est pas sous la responsabilité de l'Udps pour qu'en contrepartie les effigies du Président de la République puissent être brûlées sur instruction de qui que ce soit, cadre du PPRD tel que nous l'avons vu avec les drapeaux du PPRD. Nous avons suspendu les négociations jusqu'à nouvel ordre", avait déclaré Jean-Marc Kabund.

Comme si cela ne suffisait pas, le président ad intérim de l'Udps était encore revenu à la charge, dans sa déclaration du 12 novembre, à l'occasion de la commémoration de la journée dite de la Base, célébrée au siège national du parti à Kinshasa. "Soyons en alerte maximale ! Parfois nos partenaires se comportent en partenaires, parfois en adversaires (...) Je suis sérieux. Je ne veux intimider personne. Prochainement, je ne parlerai pas comme ça. Que ce soit la dernière fois que nos partenaires nous sous-estiment", avait déclaré avec des dents serrées, Jean-Marc Kabund, devant une foule importante de combattants chauffés, qui l'attendaient ce jour-là depuis plusieurs heures au siège du parti.

Par ailleurs, s'adressant au FCC, même sans l'avoir cité nommément, Jean-Marc Kabund avait rappelé qu'"en Angola et en Afrique du Sud, les anciens Chefs d'Etat et leurs entourages, connaissent des ennuis judiciaires depuis qu'ils ont quitté le pouvoir. Il ne faut pas que certaines bêtises et certaines blagues nous poussent à aller fouiner dans le passé".

On rappelle qu'à la suite de de ces propos du président provisoire du parti tshisekediste, les bonzes du FCC n'avaient pas attendu longtemps pour réagir. Dans la soirée du même mardi 12 novembre, la conférence des présidents de regroupements et partis politiques membres de cette plateforme avait déclaré "condamner avec fermeté, les propos qualifiés d'outranciers, provocateurs, irresponsables, diffamatoires et injurieux à l'égard de son Autorité morale et de l'ensemble de ses membres. Propos de nature à plonger le pays dans une grave crise politique et institutionnelle, dont il ne mesure pas les conséquences par manque de maturité politique(…) Le FCC demeure saisi de cette question et promet d'y réserver des suites appropriées sur le plan institutionnel".

UN DILEMME CORNELIEN

A la suite de leur réunion du samedi 16 novembre pour faire le point sur des récentes altercations entre les militants du FCC et ceux du CACH ainsi que sur des propos subséquents de Jean-Marc Kabund qu'ils ont qualifiés d'incendiaires, les députés nationaux FCC ont exigé à ce dernier de présenter des excuses publiques aux députés nationaux et à la Nation congolaise tout entière. Ces élus ont accusé Jean-Marc Kabund de violation délibérée de l'article 121, al. 2-4 du Règlement intérieur de leur Institution.

La question qui se pose est celle savoir si le président intérimaire de l'Udps sera soluble dans cette demande des députés du FCC, qui semble être une façon de laver le linge sale en famille. Autrement dit, Jean-Marc Kabund va-t-il présenter les excuses que lui exige cette frange majoritaire de la Majorité parlementaire ? Pas facile à priori. Pas non plus impossible.

De l'avis des analystes, ce n'est pas un Jean-Marc Kabund, Premier vice-Président de l'Assemblée nationale, qui s'est adressé le 12 novembre aux combattants de l'Udps. Plutôt, un Kabund leader et cadre d'un parti politique. En cette qualité, il voulait ainsi donner des gages de radicalisme à la base. Hélas que son discours n'ait pas du tout été du goût de l'autre camp qui s'est senti lésé.

Par ailleurs, les mêmes observateurs estiment que tout le problème est lié à la double casquette de Jean-Marc Kabund, à la fois 1er vice-Président de La Chambre basse du Parlement et Président provisoire du parti présidentiel. Par rapport à la question essentielle posée, à savoir si Jean-Marc Kabund fera amende honorable ou pas, plus d'un analyste anticipe pour dire que ce dernier sera devant une situation embarrassante. "Ne pas le faire, énerverait davantage le camp FCC qui risquerait de faire prévaloir son option de résolution de la question par des mécanismes institutionnels dont ils détient seul le secret", soutient un analyste dépassionné.

Par ailleurs, le même observateur estime que si Jean-Marc Kabund présentait les excuses publiques à l'hémicycle, tel que le lui demandent les députés FCC, il risquera alors de se mettre à dos, la base de l'Udps, très en effervescence permanente depuis le début de l'escalade des violences verbales et physiques, observées ces derniers temps au sein de la coalition.

Toutefois, d'aucuns estiment que Jean-Marc Kabund ne peut pas ne pas présenter les excuses à ce bloc majoritaire de la Majorité parlementaire FCC-CACH. "Il y va aussi bien, de l'intérêt de la coalition au pouvoir que celui de la Nation ", conclut un observateur. Grevisse KABREL
L’Université de Kinshasa : "colline du savoir, colline des transactions
vendredi 10 janvier 2020

(Par le Pr Bernard Mumpasi Lututala) RESUME La crise que traverse l'université congolaise depuis plusieurs décennies est bien connue par ceux qui (...)
lire la suite
Didier Kitima bin Ramazani aux arrêts
vendredi 10 janvier 2020

L'ancien ambassadeur de la République démocratique du Congo au Japon, Didier Kitima Bin Ramazani a été arrêté mercredi 8 janvier au ministère des (...)
lire la suite
Fini les vacances, le Gouvernement reprend du service ce vendredi 10 janvier
vendredi 10 janvier 2020

Fini les vacances des membres du gouvernement après le séminaire gouvernemental tenu à Zongo au Kongo Central. Le 1er Ministre Sylvestre Ilunga (...)
lire la suite
Le VPM Tunda rassuré du soutien de la France
vendredi 10 janvier 2020

Le vice-premier ministre, ministre de la Justice et garde des sceaux, Me Célestin Tunda Ya Kasende, a eu un tête-à-tête hier avec l'ambassadeur de (...)
lire la suite
L’ARMP écarte la Société LT CIMEX pour usage de faux
vendredi 10 janvier 2020

La Société LT Cimex ne livrera pas de jeeps aux membres du Gouvernement. La vice-primature en charge des Infrastructures et Travaux publics l'a (...)
lire la suite
Les meilleurs managers nommés par Félix Tshisekedi : Daudet Laya Sinsu et Lucien Bonyeme Ekofo sortent du lot
jeudi 9 janvier 2020

Préambule Votre agence de sondage " Echos d'Opinion " s'est penché sur des personnalités qui se sont distinguées l'année passée. Pour cette session, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

100 jours, une fausse note appelée ODEP

Le "programme de cent premiers jours " restera un marqueur du début de l'ère FATSHI. Le successeur de JKK ne s'est pas privé de frapper les esprits dès l'entrée en matière. Application intégrale des (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting