Dernière minute :

Etre ensemble sans vraiment l’être
jeudi 21 novembre 2019

Avant même la fin de la séquence "examen du projet de budget" au Parlement, les Congolais notent que la Majorité FCC-CACH a su faire chorus. Pas la moindre fausse note dans la symphonie parlementaire des coalisés. De cœur avec son Gouvernement, la Majorité a déclaré en chœur recevable le projet de loi des finances pour l'exercice 2020.

A moins que le sol ne se dérobe sous nos pieds, le Premier ministre Ilunga et son équipe devraient clôturer leur reste du tour de piste dans les deux hémicycles nichés au Palais du peuple comme ils l'ont entamé. C'est-à-dire sans anicroche sur le fond. Belle et bonne illustration de la solidité de la coalition FCC-CACH dans les travées de la Chambre. Et un peu plus tard dans celles de la Haute assemblée.

Sans être nécessairement sacrée, cette union contraste nettement avec les tensions récurrentes au niveau de la base de deux principaux partis de la coalition. Les peuples de l'UDPS et du PPRD se rentrent davantage dedans qu'ils ne soutiennent leur gouvernement. Et par- delà, leur pouvoir. Ce qui devrait être, pourtant, la principale tâche des uns et des autres. Car, aussi bien le parti tshisekediste que la formation kabiliste sont comptables de la gestion du pays.

Ce grand écart que symbolise à lui tout seul le Premier vice-Président de l'Assemblée et…Président intérimaire de l'UDPS. L'homme étant obligé de prendre des libertés avec le ton, la logique et l'esprit de la coalition pour parler le même langage que la "base". Du côté PPRD aussi, des snipers sous prétexte de riposte n'hésitent pas à tirer sur le "partenaire" dans l'alternance.

Un paradoxe à très large spectre. Méconnaissance par les "troupes" de deux commandants en chef des tenants et aboutissants de l'accord de coalition. Ou du deal parce que c'en est un. Difficulté pour l'UDPS de faire sa mue après plus de trois décennies d'opposition devenue comme seconde nature.

Symétriquement, mal de vivre de certains barons de la kabilie habitués à évoluer sous les ors et lambris des palais de la République ainsi que dans les cabinets feutrés. Et, par-dessus-tout, l'horizon 2023 auquel chacun pense tout bas matin, midi et soir.

Mises ensemble ces contradictions forment un sacré cocktail qui explique le fameux "être ensemble sans l'être vraiment". Avec le risque que cette ambivalence pollue, parasite l'action du Gouvernement. José NAWEJ
L’UNIKIN ou miroir du pays ?
jeudi 9 janvier 2020

Condamner les actes de vandalisme perpétrés, deux jours durant, à l'UNIKIN relève du minimum syndical. Tant personne de sensé ne peut applaudir ces (...)
lire la suite
L’intérêt hier comme aujourd’hui
mardi 7 janvier 2020

Un zeste de politique étrangère. Encore que le bras de fer entre les Etats-Unis et l'Iran fait courir un risque non seulement au Moyen-orient, mais (...)
lire la suite
Le mérite du tocsin d’Ambongo
lundi 6 janvier 2020

Balkanisation ? Pas l'ombre d'un scoop. Le stratagème que le Cardinal Ambongo dénonce aujourd'hui est vieux comme le cycle de guerres d'agression (...)
lire la suite
Cessons de vieillir sans grandir
vendredi 3 janvier 2020

Le seuil de l'année sied aux bonnes résolutions. Il ne saurait donc en être autrement pour 2020. Allez ! Et si collectivement la RDC -comme pays et (...)
lire la suite
Année de la clarification
mardi 31 décembre 2019

Félix-Antoine Tshisekedi n'a pas tort de placer 2020 sous le signe de l'action. Tant les Congolais ont déjà tout entendu au point de souffrir (...)
lire la suite
2019 rime avec alternance… malgré tout
lundi 30 décembre 2019

Vu de RDC, difficile de ranger 2019 dans la catégorie "une année comme les autres". L'année qui s'achève dans moins de 48 heures restera à jamais (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting