Dernière minute :
A LA SUITE DE LA REACTION DE L’UDPS SUR L’AFFAIRE KABUND
Va-t-on vers une crise radicalisée au sein de la coalition ?
vendredi 22 novembre 2019

* D'ores et déjà, des analystes estiment que seule l'implication de Félix Tshisekedi et de Joseph Kabila saurait calmer la tempête.

"Jean-Marc Kabund va-t-il présenter les excuses publiques à la Nation et aux députés nationaux, telle que le lui exigent les députés du Front commun pour le Congo (FCC) ?" C'est la question essentielle que Forum des AS s'est posée dans un Eclairage publié dans son édition d'hier jeudi 21 novembre. A la suite du communiqué de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Forum des As a la réponse à cette interrogation.

Dans ce communiqué de presse signé le mercredi 20 novembre Augustin Kabuya, secrétaire général ad intérim du parti, l'Udps n'y va pas avec le dos de la cuillère. Elle dément formellement les propos que le FCC a qualifiés d'irresponsables, d'incendiaires, de diffamatoires et d'injurieux, imputés à Jean-Marc Kabund, 1er vice-Président de l'Assemblée nationale doublé, de la casquette de président intérimaire de l'Udps. Bien plus. Le parti au pouvoir dit mettre au défi, quiconque lui brandirait la moindre preuve vidéo ou audio desdites allégations.

Par ailleurs, Augustin Kabuya précise que ce n'est pas un Jean-Marc Kabund, 1er Vice-Président de l'Assemblée nationale qui s'est adressé le 12 novembre à la base de l'Udps. Plutôt, le Président ad intérim du parti. Et donc, "rien à voir avec le poste de 1er vice-Président de la Chambre basse du Parlement qu'il (ndlr: Jean-Marc Kabund) occupe-non pas comme un cadeau-mais du fait de la coalition FCC-CACH". Tout le problème semble résider là. Il s'agit-là d'un conflit sémantique que le sociologue français Jean Stoetzel résout dans sa théorie sur les "Rôles et les statuts".

L'OMBRE DE L'IMPASSE?

Sortir le communiqué de presse de l'Udps, de son contexte, on trouverait bien du prétexte pour le comprendre. Et, le contexte est justement celui où l'écrasante majorité de la Majorité parlementaire FCC-CACH, exige des excuses - absolutoires - à Jean-Marc Kabund qui regagne Kinshasa ce vendredi 22 novembre. Par rapport à cette exigence de plus de 300 députés FCC sur les 500 qui composent la Chambre basse du Parlement, la suite réservée par l'Udps est sans équivoque. Et, on n'a pas besoin de porter de lunettes à double foyer pour lire et comprendre l'esprit et la lettre du communiqué sus-évoqué. C'est que pour Augustin Kabuya,-par métonymie l'Udps- Jean-Marc Kabund ne présentera pas d'excuses !

D'ores et déjà, plusieurs analyses perçoivent au travers du communiqué de presse de l'Udps, l'ombre de l'impasse. "A la faveur de cette contre-réaction du parti au pouvoir au sommet de l'Etat, va-t-on droit vers une crise radicalisée au sein de la coalition FCC-CACH?" "Les députés FCC vont-ils abdiquer après ce communiqué d'Augustin Kabuya qui sonne comme une mise au point ?" Voilà, un échantillon de questions parmi tant d'autres, qui taraudent l'opinion à Kinshasa, après la communication de l'Udps.

Subsidiairement au questionnement précédent, une autre question qui se pose est celle de savoir à qui profiterait la crise au sein de la coalition FCC-CACH ? En tout cas, pas au Président Félix Tshisekedi. Ici, la crainte est de voir les députés FCC quitter l'hémicycle, au cas où Jean-Marc Kabund refuserait de présenter des excuses que lui exigent ses collègues de l'autre bord politique. Au cas où ce serait cela, la conséquence serait que l'Assemblée nationale ne pourrait plus réunir le quorum requis pour organiser ses plénières. Et, dans un contexte politique précis où le Parlement a entamé l'examen du projet de Budget 2020, un départ éventuel des députés FCC, aurait également comme répercussion (fâcheuse ?), l'arrêt justement, de l'analyse de ce projet de loi de Finances, présentement en étude à la Commission ECOFIN de l'Assemblée nationale.

Compte tenu des conséquences négatives qui résulteraient d'une crise consécutive à un éventuel mécontentement des députés FCC à la Chambre basse, d'aucuns estiment que l'implication personnelle de Félix Tshisekedi dans cette affaire s'avère indispensable. Ainsi, ensemble avec Joseph Kabila, Autorité morale de la plateforme "lésée", les deux pourront jouer au sapeur-pompier, chacun dans son camp.

LE PRECEDENT CHARLES NAWEJ

Rien de nouveau sous le soleil. Hier jeudi, un observateur a fait remarquer que l'Udps est à ce jour, ce que le FCC a été au mois de juin dernier dans l'"affaire" Charles Nawej, accusé en son temps d'outrage au Chef de l'Etat Félix Tshisekedi. L'opinion se rappelle que le pays tout entier a failli s'embraser. Loin de nous l'intention de remuer le couteau dans une plaie cicatrisée depuis près de six mois. Plutôt, un rappel qui vaut la peine pour amener les uns et les autres à comprendre que l'humanité, comme le disait Karl Marx, ne créé que des des problèmes qu'elle peut résoudre.

Et, par rapport au député Charles Nawej, celui-ci ne s'était jamais senti diminué, en regrettant ses propos, avant de demander pardon au Chef de l'Etat et à toute la nation. Dans une communication le 15 juin 2019, écrivait : "Je viens par la présente manifester mes plus profonds regrets et solliciter le pardon de Son Excellence Monsieur le Président de la Republique et de tout le peuple congolais suite au grave malentendu des propos tenus au sein de l'Assemblée Nationale. Rien, ni personne ne peut justifier une atteinte à la plus haute instance de notre pays, c'est pourquoi, je regrette sincèrement être à l'origine de cette entame dans notre cohésion nationale, et réitère la demande de pardon de notre Nation".

Explorant la voie de la sagesse, le député FCC Charles Nawej ne voulais pas que ceux qui avaient des agendas cachés pour déstabiliser le pays, se servent de ses propos pour concrétiser leurs plans. "C'est pourquoi, je ne voudrais pas que des personnes utilisent ma faute pour asseoir des agendas incompatibles à ma démarche et à celle de ceux qui me sont proches. En renouvelant mon serment d'engagement patriotique et mes hommages les plus déférents au chef de l'Etat, je ne peux qu'implorer son pardon et solliciter la clémence du peuple", conclut Charles Nawej

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, des observateurs estiment que le cas Charles Nawej devrait servir de jurisprudence aux cadres de l'Udps. "Si un élu du FCC s'était fait amende honorable, telle qu'exigé par les élus du Parti présidentiel, ce n'était pas une faiblesse. Plutôt, un acte de grandeur pour préserver l'intérêt supérieur de la Nation. Aujourd'hui qu'un député l'Udps, de surcroit 1er vice-président de l'Assemblée nationale, se retrouve pratiquement dans une situation similaire, ça ne sert à rien de s'arc-bouter sur des postures qui frisent un certain orgueil. Jean-Marc Kabund gagnerait, en présentant les excuses que lui exigent ses collègues du FCC", déclare sous couvert de l'anonymat, un acteur politique contacté hier au téléphone. Grevisse KABREL
Félix Tshisekedi et Boni Yayi assistent aux funérailles de la belle sœur de Sassou Nguesso
mercredi 16 septembre 2020

* Compatissante, Olive Lembe, épouse du président honoraire de la RDC, a aussi été aperçue à la messe d'action de grâce organisée à la cathédrale Notre (...)
lire la suite
Les militaires et policiers interdits de se promener avec leurs armes en dehors des heures de service
mercredi 16 septembre 2020

Le porte-parole des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), le lieutenant général-major Léon Richard Kasonga, a annoncé lundi à (...)
lire la suite
Mini sommet de Goma : l’ambassadeur d’Ouganda confirme la présence de Yoweri Museveni
mercredi 16 septembre 2020

Yoweri Museveni sera présent au Mini sommet que compte organiser la RDC le dimanche 20 septembre à Goma, dans la province du Nord-Kivu. Le (...)
lire la suite
Gilbert Kankonde et Zhu Jing préoccupés par la sécurité des ressortissants et entreprises chinois en RDC
mercredi 16 septembre 2020

Le Vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur, sécurité et affaires coutumières, Gilbert Kankonde Malamba, a échangé avec l'ambassadeur (...)
lire la suite
Des investisseurs australiens se proposent d’instaurer l’industrie verte
mercredi 16 septembre 2020

Un groupe d'investisseurs australiens, intéressés par l'industrie verte, a été reçu par le chef du gouvernement central, Sylvestre Ilunga, le mardi 15 (...)
lire la suite
Le Palais du peuple sous haute surveillance ce jour
mardi 15 septembre 2020

* C'est l'une des rétombées des rencontres croisées, d'une part, entre le Premier ministre et les présidents de deux chambres du Parlement et, de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Les réformes électorales - à l’aune de l’énigme parlementaire

Réformes électorales ? Tout le monde ou presque en parle. Quantité d'initiatives sont nées à cette fin. La plus médiatisée étant celle pilotée par le Groupe de 13 personnalités politiques et de la (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting