Dernière minute :

Beni : ça sent du déjà fait…
mardi 26 novembre 2019

Ce n'est pas la première fois que les terroristes ougandais des ADF massacrent les populations civiles à Beni et dans la région.

Ce n'est pas non plus la première fois que le Pouvoir rd congolais bat le rappel des étoiles galonnées pour organiser la riposte. Ce n'est pas non plus la première fois que les forces onusiennes dans une dialectique qui leur est propre trouvent des excuses à leur inaction.

Quand ils n'invoquent et n'évoquent pas leur mandat, les soldats de la paix accusent en des termes diplomatiques les FARDC de ne les avoir pas associés à leur croisade contre les groupes armés.

Ce n'est pas non plus la première fois qu'une opération conjointe FARDC-MONUSCO est annoncée en vue de traquer les forces négatives. Dans le cas d'espèce les ADF qui écument Beni et ses environs sur fond de tueries. Enfin, ce n'est pas la première fois que les Congolais descendent dans la rue pour crier leur colère ou exprimer leur dépit. C'est selon.

Reste que la tragédie, elle, se poursuit. Des Congolais sont massacrés. En dehors des condamnations de principe, pas grand-chose n'est actionné à l'international pour mettre un terme aux menées terroristes dans l'Est dont Beni est devenu l'épicentre. Dans ce vaste monde où seul l'intérêt commande, la logique de guerre dans l'Est congolais semble encore plus rentable que la dynamique de paix.

Dans ce fatras de conflits vieux de près d'un quart de siècle, le business en est, hélas, la trame, le fil conducteur. Du gros business dicté par des considérations géostratégiques pour certains Etats et leurs technostructures tentaculaires dont les multinationales. Du business pour certains pays voisins de la RDC pour qui le statu quo est un fonds de commerce pour se servir à moindre frais en RDC et surtout légitimer leur pouvoir du tout sécuritaire. Du business enfin pour tous ces groupes armés locaux avatars des rébellions…affairistes qui vivent de la confusion ambiante. Avec la complicité de certains hauts placés tapis dans l'ombre.

On est bien dans le cas de figure mortifère "no war, no business". A moins d'un réveil citoyen de grande ampleur, bien malin qui pourrait parier sur une happy end dans cet Est rd congolais abonné de force -plus au propre qu'au figuré- aux tueries. José NAWEJ
Bientôt la pluie de vivres frais venus… d’ailleurs
vendredi 29 novembre 2019

Ça sent les fêtes. Du moins, pour ceux dont le nez est en capacité de les sentir. Et les yeux en situation de les voir venir. N'importe comment, (...)
lire la suite
Beni vaut bien une union sacrée
jeudi 28 novembre 2019

Une union sacrée ? Pourquoi pas ? Pas pour la conquête ou la conservation du pouvoir. Pas non plus pour des postures politiciennes. Mais, pour la (...)
lire la suite
Après la pluie...
mercredi 27 novembre 2019

Une grosse pluie et nous voilà dans le réel. Une flotte sur Kinshasa suffit, en effet, pour voir émerger la face - mal- cachée de l'iceberg kinois. (...)
lire la suite
Beni : ça sent du déjà fait…
mardi 26 novembre 2019

Ce n'est pas la première fois que les terroristes ougandais des ADF massacrent les populations civiles à Beni et dans la région. Ce n'est pas non (...)
lire la suite
Dans la fournaise des institutions provinciales
lundi 25 novembre 2019

Si ce n'est pas un dilemme cornélien, ça y ressemble fortement. Comment trouver le juste milieu entre l'intervention dans le fonctionnement des (...)
lire la suite
Attendait Jeep désespérément
vendredi 22 novembre 2019

La gratuité ? Nombre d'Evêques en connaissent la saveur. Depuis les années Mobutu, une jurisprudence qui ne dit pas son nom a élu domicile au (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Etre ensemble sans vraiment l’être

Avant même la fin de la séquence "examen du projet de budget" au Parlement, les Congolais notent que la Majorité FCC-CACH a su faire chorus. Pas la moindre fausse note dans la symphonie (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting