Dernière minute :

Bientôt la pluie de vivres frais venus… d’ailleurs
vendredi 29 novembre 2019

Ça sent les fêtes. Du moins, pour ceux dont le nez est en capacité de les sentir. Et les yeux en situation de les voir venir. N'importe comment, d'un point de vue strictement calendaire, les fêtes de fin d'année approchent. A grands pas. Inexorablement. Le compte à rebours ayant déjà commencé.

Avec les festivités, un vieux paradigme que les autorités zaïro-congolaises recyclent invariablement. A savoir l'importation massive de riz et de vivres frais. Les fameux surgelés. Cela va de l'inévitable chinchard -Mpiodi en langue kinoise- au poulet en passant par quantité d'abats et autres queues, pattes, cous de bêtes dont le nec plus ultra est consommé ailleurs !

Comme chaque année à pareil moment depuis des lustres, le gros de devises est affecté aux importations de la " bouffe ". Une pluie de tonnes et de tonnes de vivres va tomber sur Kinshasa et, plus généralement, sur toutes les grandes villes de la RDC.

Haute saison pour les spéculateurs de tout acabit. Du pain béni pour les gros importateurs principaux bénéficiaires du statu quo ! Heureux le peuple qui consomme ce qu'il ne produit alors qu'il a tout pour produire ce qu'il consomme ! Et la qualité en plus.

Perpétuée à quelques exceptions près par les dirigeants qui se succèdent, cette tradition maintient le pays dans la dépendance alimentaire. Illusoire dans ces conditions d'assurer et d'assumer le souverainisme.

C'est là que le bât blesse. Voilà un pays excessivement gâté par le Créateur ou la nature -c'est selon - mais qui reste abonné aux importations des produits dont il regorge potentiellement en abondance.

Un pays baigné continuellement par l'eau. Ou pour être plus correct, un pays qui baigne dans l'eau et qui n'a pas à forcer les vannes du ciel pour voir se déverser la flotte.

Un pays où tout ou presque pousse… naturellement et dont les immenses terres arables sont encore vierges. Quelqu'un aurait ajouté que les poissons y meurent de vieillesse. Formule un tantinet caricaturale, il est vrai, mais qui veut tout dire.

Reste à espérer que la résolution phare pour l'année prochaine soir "la production locale d'abord". Encore faudrait-il aller au-delà du slogan. José NAWEJ
Et voici le "dauphin" de feu le dauphin !
vendredi 7 août 2020

Par définition, on ne peut rien contre un cas de force majeure. Ni l'éviter, encore moins l'inviter. On ne peut que le subir. Et faire contre (...)
lire la suite
RDC-USA : une bonne nouvelle, mais…
jeudi 6 août 2020

L'offre militaro-sécuritaire de la première puissance planétaire en la matière ne se refuse pas. Surtout lorsqu'on s'appelle RDC, pays post-conflit (...)
lire la suite
Franc congolais : chronique d’un scénario archi connu
mercredi 5 août 2020

Plus qu'un léger mieux pour le franc congolais par rapport au dollar américain. Rien de nouveau sous le soleil rd congolais. Appréciation de " (...)
lire la suite
2023 c’est après demain, et aujourd’hui ?
mardi 4 août 2020

A celles et ceux qui souffriraient d'amnésie, un rappel. Nous sommes en 2020. Début 2019, un nouveau Président de la république et une majorité (...)
lire la suite
2 août, devoir de mémoire oblige
lundi 3 août 2020

" Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir ". Vu de RDC, cette citation du Maréchal (...)
lire la suite
FCC-CACH à l’épreuve du " corona-social "
jeudi 30 juillet 2020

Pas besoin de se triturer les méninges pour comprendre le mot "crise". Pas la peine non plus de polémiquer sur ce que la majorité silencieuse vit (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Réformes électorales : oui, mais…

Comme Paris valait bien une messe, les réformes électorales en RD Congo valent bien un consensus ? Cent fois oui. L'appel du 11 juillet de 12 personnalités politiques et sociales, n'est pas, de ce (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting