Dernière minute :
FIER DE VOIR LE CARDINAL AMBONGO SUR SES TRACES
Fayulu en croisade contre la balkanisation de la RDC
lundi 6 janvier 2020

* Déterminé à défendre la cause de ses compatriotes, le leader de la Dynamique pour la vérité des urnes confirme la marche du 17 janvier.

Une année après l'élection présidentielle du 30 décembre 2018, Martin Fayulu Madidi, l'un de trois principaux candidats à ce scrutin, se lance désormais dans la croisade contre la balkanisation de la République démocratique du Congo. Venant de boucler son périple au Nord-Kivu, et particulièrement à Beni où il a passé sa Noël aux côtés des populations meurtries, le porte-étendard de ''la Dynamique pour la Vérité des urnes'' est aujourd'hui aux anges. Heureux d'apprendre que le Cardinal Fridolin Ambongo vient de lui emboîter le pas en fustigeant les visées hégémonistes du Rwanda, de l'Ouganda et du Burundi qui, selon lui, déversent déjà leurs populations à l'est du pays. A ''Forum des As'', Martin Fayulu se dévoile à travers cet entretien à bâtons rompus.

Visage de proue de la plateforme Lamuka, qui incarne aujourd'hui l'Opposition au pouvoir de Félix Tshisekedi, celui qui continue de se considérer comme le vainqueur des élections du 30 décembre 2018 estime le moment propice pour défendre bec et ongle la souveraineté et l'intégrité territoriale de la RDC, en péril. Populaire dans plusieurs provinces du pays, et particulièrement au Nord-Kivu où il a battu campagne au crépuscule de l'année 2018, Martin Fayulu prend la défense de ses compatriotes de l'Est, en proie à plusieurs incursions des groupes armés diligentés par les pays voisins.

"Le combat contre la balkanisation de la RDC est la lutte ultime pour la survie du pays en tant que nation", confie-t-il à ''Forum des As'', au cours d'un entretien exclusif accordé au quotidien de la 11ème Rue Limete le samedi 4 janvier 2020 dans sa somptueuse concession de l'hôtel Faden House, aux abords du Fleuve Congo, dans la commune de la Gombe.

Considérant que cette résidence est jusque-là ''le siège provisoire du Président élu'', en attendant de prendre possession de son bureau à la Cité de l'Union africaine, Martin Fayulu se dit réconforté par la récente position prise par le Cardinal Ambongo qui, comme lui, n'a pas hésité à hausser le ton pour décrier l'agression répétée de la RDC et la transplantation des populations des pays voisins dans des territoires désertés par des autochtones, en proie aux attaques armées des milices qui pullulent dans la région.

UNE MARCHE POUR CONTRER LA BALKANISATION DE LA RDC

C'est d'ailleurs pour défendre l'intégrité territoriale de la RDC et faire échec au plan de balkanisation du pays que le joker de la coalition Lamuka à la présidentielle de 2018 annonce une grande marche sur l'ensemble du territoire national le vendredi 17 janvier prochain. La date n'est pas du tout anodine, d'autant qu'elle rappelle l'assassinat de Patrice Emery Lumumba, ce nationaliste congolais qui a combattu, au péril de sa vie, la balkanisation du Congo.

A ''Forum des As'', le président de l'Ecidé assure qu'il ne reculera devant aucune pression tant interne qu'externe. Frondeur, audacieux, Martin Fayulu affirme avoir déjà failli laisser sa peau lors de la marche du 19 septembre 2016 contre l'éventuel 3ème mandat de Joseph Kabila. Il est donc loin de douter de sa capacité de faire bouger la rue pour barrer la route aux tenants de la balkanisation de la RDC.

JAMAIS ETE CONTACTE PAR JOSEPH KABILA APRES LE SCRUTIN

Aux dires du chantre de ''la Vérité des urnes'', les institutions actuelles qui, à ses yeux, s'avèrent illégitimes, ne pourront mettre fin à la tragédie de l'est. C'est dans cette optique que Martin Fayulu exhume son plan de sortie de crise. Sa recette pour résoudre la crise de légitimité, née, selon lui, des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales du 30 décembre 2018. Ce plan prévoit, en effet, des élections anticipées dans deux ans, précédées par la réforme de la Centrale électorale (CENI) et de la Cour constitutionnelle.

Résolu à corriger des erreurs fallacieuses qui se sont glissées dans l'opinion à propos des résultats des urnes, Fayulu donne sa version des faits. Il rejette, de prime abord, ''sa prétendue rencontre avec Joseph Kabila avant la publication des résultats de l'élection présidentielle'', jurant n'avoir jamais été contacté directement par le Président honoraire de la RDC.

Martin Fayulu reconnait toutefois que la représentante du Secrétaire général de l'ONU en RDC lui avait proposé de rencontrer le Président honoraire. Il souligne cependant avoir accepté de rencontrer le chef de l'Etat sortant en dehors de son quartier général de Kingakati qui n'est pas, souligne-t-il, un bureau officiel. En fin de compte, sa prétendue rencontre avec le Président Joseph Kabila n'avait finalement pas eu lieu, martèle-t-il.

FAYULU, LE PREFERE DE FATSHI A LAMUKA

Le leader de l'ECIDé révèle s'être déplacé au Congo Brazzaville avant la publication des résultats pour rencontrer le président Sassou Ngouesso qui avait également reçu les autres candidats à la présidentielle du 30 décembre. Notamment Emmanuel Shadary du FCC et Félix Tshisekedi du CACH.

Revenant sur sa désignation comme candidat commun de l'opposition à Genève en Suisse, Martin Fayulu assure que, faute de consensus entre les principaux candidats de l'opposition restés en lice, la Fondation Kofi Annan était obligée d'organiser le vote pour départager Félix Tshisekedi , Vital Kamerhe, Martin Fayulu et Freddy Matungulu.

"En dépit de la motion de Moïse Katumbi pour protester contre l'élimination de Félix Tshisekedi, son candidat préféré au premier tour, le fils de l'opposant historique avait pris acte du résultat du vote", rappelle Martin Fayulu. Au deuxième tour, soutient-il, Fatshi a voté pour lui face à Matungulu.

Convaincu qu'il incarne aujourd'hui le changement, Martin Fayulu tâche de consolider sa base dans le Congo profond. Kinshasa n'étant pas le Congo. C'est dans ce contexte qu'il s'est rendu dans l'ex-province de Bandundu où il a fêté la Saint Sylvestre.

L'occasion a été propice pour ce leader d'haranguer des foules à Kikwit, Masimanimba…. C'est aux termes de ce séjour qu'il est revenu avec sa suite le vendredi 3 janvier à Kinshasa pour poursuivre sa grande bataille contre la balkanisation de la RDC. Eric WEMBA
Et si l’on optait pour une journée unique pour célébrer Mzee Kabila et Lumumba ?
mercredi 15 janvier 2020

*La proximité calendaire, l'identité du combat et la conjoncture socio-économique plaident pour l'institution d'une date commune. Faudra-t-il (...)
lire la suite
M. Fayulu :"le 17 janvier, nous allons marcher, quoiqu’il arrive"
mardi 14 janvier 2020

*Le porte-étendard de LAMUKA appelle à l'organisation d'une conférence internationale sur les risques de partition de la RDC. Le président (...)
lire la suite
Pierre Lumbi saisit Félix Tshisekedi
lundi 13 janvier 2020

* Dans sa lettre adressée au Chef de l'Etat, ce sénateur du Sud-Kivu juge inappropriée, injuste et disproportionnée, la sanction collective et (...)
lire la suite
Place à l’arbitrage
vendredi 10 janvier 2020

*En sa qualité de président de la Commission interministérielle ad hoc constituée notamment par le Premier ministre, le VPM Tunda Ya Kasende a lancé (...)
lire la suite
ODEP dénonce la mauvaise gestion du programme de 100 jours
jeudi 9 janvier 2020

* En cause, la réévaluation du coût (de 304 millions à plus de 2 milliards Usd), la surfacturation, la prédominance des marchés de gré à gré ... * (...)
lire la suite
Voici la liste de conservateurs et chefs de division
mardi 7 janvier 2020

De nouveaux conservateurs et chefs de divisions des circonscriptions foncières de Kinshasa viennent d'être désignés soit affectés. Dans un arrêté (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Plus qu’un simple rituel, un devoir mémoriel

Les Congolais ont fini par connaître par cœur le déroulé des commémorations des 16 et 17 janvier. C'est juste pour des raisons protocolaires que… le protocole d'Etat continue à publier le programme de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting