Dernière minute :

L’UNIKIN ou miroir du pays ?
jeudi 9 janvier 2020

Condamner les actes de vandalisme perpétrés, deux jours durant, à l'UNIKIN relève du minimum syndical. Tant personne de sensé ne peut applaudir ces violences et destructions méchantes.

Mais, une fois que l'on a condamné arrive le moment de se poser des questions. De bonnes questions.

Comment peut-on en arriver là sur un site universitaire ? Comment la jeunesse, avenir de la Nation, peut-elle sombrer dans des incivilités d'une ampleur mortifère et donc mortelle ?

Sigmund Freud et quantité de psychanalystes trouveraient une explication dans la bestialité enfouie dans tout homme. Serait-ce pour autant suffisant comme réponse ? Bien sûr que non. Pour le coup, essentialiser les scènes de violences des lundi et mardi sur le site universitaire de l'UNIKIN serait réducteur. Voire un tantinet caricatural.

Ces actes de vandalisme à la pelle ressemblent plutôt à un miroir qui renvoie brutalement à la figure ce qu'est devenue la société rd congolaise. Et surtout l'avenir brouillé qui se profile à l'horizon si aucune éclaircie n'apparait dans le ciel sombre rd congolais.

Sans une politique volontariste de redressement tous azimuts des secteurs moteurs de la société dont l'encadrement de la jeunesse, il serait illusoire de s'attendre à autre chose qu' au spectacle offert par des " étudiants " et sans doute surtout des jeunes infiltrés des quartiers malfamés qui environnent l'UNIKIN. Plutôt que de continuer à verser des centaines de mètres cubes de larmes ou encore de songer à des palliatifs de l'instant, il convient plutôt de s'interroger sur les réponses structurelles à donner à ces signaux inquiétants. Car, ce qui s'est passé sur la " Colline inspirée " pourrait bien se dérouler, mutatis mutandis, dans n'importe quelle université ou grande école du pays.

Les violences de l'UNIKIN sont comme un thermomètre qui indique l'accès de fièvre. Elle-même étant le symptôme d'une maladie. C'est donc au mal originel qu'il convient de s'attaquer. Et non se limiter à ses manifestations.

De ce point de vue, les tensions du début de la semaine sur la plus grande université du pays, sonnent comme à la fois un coup de semonce et une interpellation. Aux dirigeants du pays d'en prendre l'exacte mesure. José NAWEJ
Plus qu’un simple rituel, un devoir mémoriel
mercredi 15 janvier 2020

Les Congolais ont fini par connaître par cœur le déroulé des commémorations des 16 et 17 janvier. C'est juste pour des raisons protocolaires que… le (...)
lire la suite
Gare à la balkanisation de fait !
mardi 14 janvier 2020

Pas un seul centimètre carré du territoire rd congolais ne sera aliéné. Comme ses prédécesseurs, Félix-Antoine Tshisekedi n'est pas soluble dans la (...)
lire la suite
La salubrité, une affaire de tous, par tous et pour tous
lundi 13 janvier 2020

Au seuil de cette décennie, une bonne résolution que les Kinois peuvent légitimement prendre en chœur et faire chorus pour la concrétiser. Il s'agit (...)
lire la suite
100 jours, une fausse note appelée ODEP
vendredi 10 janvier 2020

Le "programme de cent premiers jours " restera un marqueur du début de l'ère FATSHI. Le successeur de JKK ne s'est pas privé de frapper les esprits (...)
lire la suite
L’UNIKIN ou miroir du pays ?
jeudi 9 janvier 2020

Condamner les actes de vandalisme perpétrés, deux jours durant, à l'UNIKIN relève du minimum syndical. Tant personne de sensé ne peut applaudir ces (...)
lire la suite
L’intérêt hier comme aujourd’hui
mardi 7 janvier 2020

Un zeste de politique étrangère. Encore que le bras de fer entre les Etats-Unis et l'Iran fait courir un risque non seulement au Moyen-orient, mais (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Le mérite du tocsin d’Ambongo

Balkanisation ? Pas l'ombre d'un scoop. Le stratagème que le Cardinal Ambongo dénonce aujourd'hui est vieux comme le cycle de guerres d'agression et de rapine contre la RDC. Ses confrères-icônes du (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting