Dernière minute :

La salubrité, une affaire de tous, par tous et pour tous
lundi 13 janvier 2020

Au seuil de cette décennie, une bonne résolution que les Kinois peuvent légitimement prendre en chœur et faire chorus pour la concrétiser. Il s'agit d'œuvrer pour la salubrité de la ville-capitale. Il y a urgence. Car, d'un problème routinier de voirie urbaine, l'insalubrité à Kinshasa devient un impératif de santé publique. Il y va de la vie de plus de dix millions d'âmes.

Les Kinois, toutes classes sociales confondues, se voyant dans l'obligation d'aspirer à longueur de journée des odeurs nauséabondes. N'étant pas logés à la même enseigne, pour paraphraser le fabuliste Jean de La Fontaine, tous n'en mourront pas, mais tous seront frappés.

Le Gouvernement central aurait-il enfin pris l'exacte mesure de la dangerosité de ces immondices qui bordent les principales artères de la capitale ? Tout porte à croire que oui. La question a été abordée en Conseil des ministres présidé par le chef de l'Etat en personne. Sur papier, des mesures ont été prises. Vivement des actes durant cette année de l'action.

Au niveau provincial, le Gouverneur a dû remonter les bretelles des bourgmestres. Il leur a rappelé que l'opération Kinshasa- Bopeto- n'est pas morte.

Bien évidemment, tous les regards accusateurs se tournent vers le numéro 1 de la ville-province. La victoire ayant cent pères et la défaite étant orpheline.

Certes, comme chef de l'Exécutif provincial et parent de l'initiative "Kin-Bopeto", le Gouverneur Ngobila a sa part de responsabilité dans ces difficultés à l'allumage. Mais, il serait réducteur de faire porter le chapeau au seul maire de Kinshasa. Tant il est archi-connu que l'assainissement d'une ville tentaculaire comme Kinshasa ne saurait reposer sur le seul pouvoir provincial. Du moins dans l'état actuel de la trésorerie de la Ville.

En plus, la croisade contre l'insalubrité dans la capitale ne saurait être le fait d'une opération mensuelle avec force caméras. Assainir Kinshasa devrait rentrer dans les mœurs. Ce n'est pas d'une énième opération que la mégapole congolaise a besoin. Mais, c'est d'une cure quotidienne de salubrité. Comme cela se fait dans toutes les grandes villes à travers le monde.

La lutte contre l'insalubrité n'est donc pas que l'affaire de l'Hôtel de ville. A ce propos, une citation devenue célèbre de John Fitzgerald Kennedy peut inspirer tous les Kinois, du premier au dernier : " Ne vous demandez pas ce que votre pays fait pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays ". José NAWEJ
L’horizon 11 milliards s’éloigne…
mercredi 19 février 2020

Il n'y a pas que la "vérité des urnes" que l'on mange à toutes les sauces en RDC. Il y a la vérité des chiffres qui s'invite à la table des Rd (...)
lire la suite
La speaker de la Chambre en terrain miné
mardi 18 février 2020

Kinshasa n'est pas le Congo. La speaker de la Chambre l'a bien compris. Elle qui effectue une virée dans l'Est de la RDC. Cet Est de tous les (...)
lire la suite
Le pragmatisme anglo-saxon
lundi 17 février 2020

Chassé- croisé diplomatique vendredi dernier à la résidence de JKK à Gombe. Des missi dominici très anglo-saxons se sont succédés chez " Raïs ". (...)
lire la suite
Pas bon la soustraction et la division.
vendredi 14 février 2020

Les 4 opérations en arithmétique ? Addition, soustraction, multiplication et division. Pas besoin de faire une plongée dans les années "école (...)
lire la suite
Les mauvais signaux chassent les bons
jeudi 13 février 2020

Hier, la très attentiste Amérique s'est signalée par un investissement privé en présence du chef de l'Etat. Bonne nouvelle. Depuis peu, de plus en (...)
lire la suite
Enième retour sur la scène internationale
mercredi 12 février 2020

Pourquoi bouder notre plaisir quand la RDC est élue -par acclamation comme c'est quasiment la règle - à la première vice-présidence de l'Union (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting