Dernière minute :

Le parler vrai depuis Londres
mardi 21 janvier 2020

En politique, le parler cru n'est pas toujours -c'est un euphémisme- une vertu. Idem pour le franc parler ou le parler vrai. Ici comme ailleurs, les professionnels de la politique sont abonnés au "politiquement correct", ce langage qui épouse le dicton selon lequel toute vérité n'est bonne à dire…en public. Ou lorsqu'il faut la dire, le filtre est de rigueur.

Blanchi sous le harnais de l'UDPS où le parler cru face au pouvoir faisait florès, Félix-Antoine Tshisekedi- devenu Président- ne s'est pas encore totalement mis au régime de cette espèce de loi d'airain. Peut-être même ne veut-il pas y souscrire. Au nom d'une certaine idée de la vérité à propos de laquelle le philosophe Nietzsche écrit : "Nous ne croyons pas que la vérité reste encore vérité quand on lui enlève ses voiles".

A travers le monde, on trouve quand même des hommes et des femmes politiques qui prennent des libertés avec les codes de communication en vogue. En France, l'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard- décédé en 2016- était connu pour son parler vrai. Pas sûr que cette "qualité" dans l'absolu lui ait toujours été politiquement rentable.

Lorsqu'à Londres, le chef de l'Etat rd congolais évoque l'éventualité d'une dissolution de l'Assemblée nationale, il exprime sans doute ce qu'il pense. Libre à lui. Mieux, tout à son honneur.

Mais, était-il politiquement indiqué de s'exprimer ainsi à haute et intelligible voix? Et en plus, en lingala facile ? Autrement dit, est-ce que le contexte politique doublé de la situation dans la région de Beni se prêtait à des tels propos ? Et ce, sachant que ce que l'on dit publiquement dépend de ce qu'entend l'auditoire.

N'aurait-il pas été opportun pour le Président de charger l'un de ses nombreux lieutenants de brandir -à sa place- l'épouvantail de la dissolution ? Quitte à le recadrer par la suite au cas où le discours aurait fait des vagues. Mais, le message serait déjà passé. Et le spectre de la liquidation du Parlement avec.

Mutatis, mutandis, sur le dossier "Banyamulenge" qui dans l'imaginaire collectif est intimement lié -à tort ou à raison- à la donne rwandaise. Sans aller jusqu'à exhumer le débat toxique et même mortifère sur la nationalité des populations rwandophones dans les Kivus , le Président aurait peut-être fait œuvre utile en ne répétant pas que les compatriotes de Minembwe sont des Congolais . Puisqu'ils le sont, le (re)proclamer sonne comme une preuve par l'absurde qu'il y a un problème de nationalité. Et l'actualité de la "balkanisation" fait le reste.

Et last but not least, que dire du "bic rouge" contre d'éventuels ministres "rebelles" ? Des membres du Gouvernement qui n'obéiraient pas au chef de l'Etat ? Comble de paradoxe annoncé à la ville et au monde par le…Président lui-même.

Les propos du numéro 1 rd congolais au bord de la Tamise charrient les limites, mieux le revers du parler cru en politique. José NAWEJ
Place aux faiseurs de rois !
vendredi 28 février 2020

Coucou les revoilà ! Qui ? Les faiseurs de rois. Ces conseillers du soir, ces proches de l'ombre, ces hommes d'influence qui font et défont (...)
lire la suite
L’impunité à l’article de la mort ?
jeudi 27 février 2020

Ça sent le crépuscule pour l'impunité. Qui s'en plaindrait ? Qui exprimerait le regret au cas où on l'entonnerait le requiem pour l'impunité ? Qui (...)
lire la suite
L’impunité à l’article de la mort ?
mercredi 26 février 2020

Ça sent le crépuscule pour l'impunité. Qui s'en plaindrait ? Qui exprimerait le regret au cas où on l'entonnerait le requiem pour l'impunité ? Qui (...)
lire la suite
Partage des entreprises : Entre les pour et les contre…
mardi 25 février 2020

Difficile d'avoir une position tranchée sur la désignation des managers des entreprises et établissements publics. Surtout en plein branle-bas-de (...)
lire la suite
Messieurs les Ministres, parlez peu !
lundi 24 février 2020

La parole est d'argent, mais le silence est d'or. Ce dicton va comme un gant ou presque aux membres du Gouvernement. Toutes latitudes confondues. (...)
lire la suite
Le partage des entreprises vaut bien un cessez-le-feu
vendredi 21 février 2020

Rien à signaler sur le front FCC-CACH. Pas de provocation. Zéro couac. Pas l'ombre d'un clash. A la place, un silence assourdissant. Fait rare. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting