Dernière minute :

Seul devant sa conscience
jeudi 6 février 2020

A l'UDPS, la tendance est à présenter le meeting commémoratif du 38ème anniversaire du parti prévu théoriquement ce 15 février, comme un événement couperet. C'est une opinion à respecter. Au-delà de ce parti trentenaire, toute la galaxie tshisekediste en ce compris des situationnistes professionnels- mobutistes pour certains et kabilistes pour d'autres dans un passé tout récent -incite FATSHI à faire table rase de l'ordre politique post-élections. Et donc à franchir le Rubicon. Lequel ? En tout cas, un " Rubicon" qu'eux-mêmes ont tracé. C'est un point de vue à… -entendre ?- .

Reste que Félix-Antoine Tshisekedi a justement cessé d'être un simple chef de parti. Il est devenu Président de la république. Quelle République ? Un pays post-conflit encore fragile. Un pays extraordinairement complexe et au centre des enjeux planétaires.

Du haut de son un an d'exercice du pouvoir suprême, le successeur de Joseph Kabila s'est rendu compte à la fois de l'immensité et de la délicatesse de ses responsabilités. " Pour être Président, il faut être calme ", conseillait Nicolas Sarkozy.

L'ancien Président français savait parfaitement de quoi il parlait. A savoir la grosse marge qu'il y a entre l'activisme politique qui sied au boulot d'opposant et la retenue inhérente au job de chef de d'Etat.

Quoique biberonné, des décennies durant, aux mamelles de l'UDPS, le fils du Commandeur des opposants n'a plus vocation à se draper dans des postures partisanes. Du parti d'abord, il est passé à la patrie d'abord.

Fort de cette ADN de l'intérêt suprême du pays, Félix-Antoine Tshisekedi ne devrait plus être homme à se laisser entraîner par l'instant, par la " mode ". Même par la foule. Du reste, depuis que le monde est monde, celle-ci n'est pas toujours bonne conseillère sur la durée. Jésus lui-même a été livré par la foule. Adorer ce que l'on a brûlé hier et brûler ce qu'on a adoré hier est le propre de l'homme.

C'est donc seul devant sa conscience de Président de la république que Félix-Antoine Tshisekedi devrait cogiter sur son message. De sa parole dépend l'avenir de tout un pays. Et pas seulement de ceux qui, par anti-kabilisme primaire, par fanatisme, par souci de positionnement, par nostalgie de «la belle époque» d'avant FATSHI…, le poussent à renverser la table. José NAWEJ
Le pragmatisme anglo-saxon
lundi 17 février 2020

Chassé- croisé diplomatique vendredi dernier à la résidence de JKK à Gombe. Des missi dominici très anglo-saxons se sont succédés chez " Raïs ". (...)
lire la suite
Pas bon la soustraction et la division.
vendredi 14 février 2020

Les 4 opérations en arithmétique ? Addition, soustraction, multiplication et division. Pas besoin de faire une plongée dans les années "école (...)
lire la suite
Les mauvais signaux chassent les bons
jeudi 13 février 2020

Hier, la très attentiste Amérique s'est signalée par un investissement privé en présence du chef de l'Etat. Bonne nouvelle. Depuis peu, de plus en (...)
lire la suite
Enième retour sur la scène internationale
mercredi 12 février 2020

Pourquoi bouder notre plaisir quand la RDC est élue -par acclamation comme c'est quasiment la règle - à la première vice-présidence de l'Union (...)
lire la suite
La justice, rien que la justice
mardi 11 février 2020

Encore en construction, les sauts-de -mouton mènent déjà aux cours et tribunaux. Trêve de digression de métaphore. La controverse autour de (...)
lire la suite
Le pouvoir judiciaire en question
lundi 10 février 2020

Dans la haute magistrature, une page vient de se tourner. Ou d'être tournée. C'est selon. En tout cas, avec la nomination des hauts magistrats, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting