Dernière minute :
RAJEUNISSEMENT DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE EN RD CONGO
Dix-sept milles agents de la Fonction publique bientôt à la retraite
vendredi 7 février 2020

17.000 agents et cadres de l'Administration publique répondant aux critères légaux, seront mis à la retraite en cette année 2020. C'est ce qu'annonce la ministre de la Fonction publique, Mme Yolande Ebongo, au cours d'une conférence de presse à Kinshasa. Cette mesure, précise-t-elle, s'inscrit dans le cadre des stratégies prises par le gouvernement pour rajeunir l'Administration publique en RD Congo.

Faisant un état des de la réforme de l'Administration publique initiée depuis 2012, Yolande Ebongo postule qu'il y a nécessité de maîtriser les effectifs des fonctionnaires. «Pour y arriver, il va falloir numériser et digitaliser l'administration publique afin de mettre fin, soit aux morts qui sont encore payés, soit aux mineurs trouvés dans le fichier, soit biffer les fictifs», dit-elle.

Dans son argumentaire, la patronne de l'Administration publique en RD Congo souligne le caractère productif d'un agent et cadre du service public. «Le fonctionnaire doit être productif. Pour ce faire, il aura une carte de service biométrique digitale. Il n'est pas normal qu'un agent de carrière qui arrive par exemple à 10h00 et repart quatre heures plus tard, soit payé de la même manière que celui qui travaillé normalement pendant 8heures. Les mécanismes seront mis en place pour savoir ce que fait réellement un agent en poste», promet-Yolande Ebongo.

Loin d'être un simple slogan, le rajeunissement de l'Administration publique en RD Congo, insiste la ministre de la Fonction publique, est une préoccupation à prendre en compte. Son mérite est de combler les vacances qui seront créées à la suite de la mise à la retraite de 17.000 agents. Aussi, la gestion de la carrière pour ceux qui sont encore en cours doit-elle être examinée pour voir comment renforcer leur rendement avec l'essor de nouvelles technologies de l'information et de la communication.

LES DEFIS DE LA DECENTRALISATION

Le numéro 1 de la Fonction publique rappelle que les défis de la Décentralisation ne sont pas à négliger. A ce propos, elle précise que chaque province est appelée à recruter le personnel de l'Etat sur place. Concernant les infrastructures, Yolande Ebongo souligne la nécessité, pour les nouvelles provinces, de construire les bâtiments devant abriter les services de l'Etat là où ils sont inexistants.

Toujours en ce qui concerne la réforme proprement dite de l'Administration publique, la ministre de tutelle est convaincue qu'il est temps de la réexaminer pour la rendre effective. Aussi, Yolande Ebongo insiste-t-elle sur la lutte contre la corruption administrative. A son avis, le combat contre cette antivaleur est un antidote au coulage de recettes dû au Trésor public. C'est ici que la ministre de la Fonction publique accorde un prix au nettoyage du Fichier des agents et fonctionnaires de l'Etat encore actifs. Il s'agit-là, d'un véritable défi que la ministre seule, ne saurait relever. Aussi, le successeur de Michel Bongongo exhorte-t-elle les fonctionnaires de l'Etat à dénoncer le mal autour d'eux. Notamment, les cas des agents fictifs qui continuent à percevoir le salaire mensuel.

POLITIQUE SALARIALE DES FONCTIONNAIRES

En même temps qu'elle annonce la mise à la retraite de près de 17.000 agents et cadres de l'Administration répondant aux critères, Yolande Ebongo avertit la tenue dans les tous prochains jours à Kinshasa, d'un atelier sur la politique salariale de cette catégorie socio-professionnelle. Ces assises auront pour objectif de vider tous les dossiers concernant la perception de l'Impôt sur le revenu professionnel (IPR). Il sera donc question, au cours de cet atelier, de vider la problématique en rapport avec la base réelle sur laquelle l'Eta congolais doit retenir cet impôt à la source.

Pour Yolande Ebongo, cet atelier servira également de cadre de réfléchir sur l'amélioration des conditions de vie des agents et cadres de service public. Toutefois, en ce qui concerne l'IPR, le numéro 1 de l'Administration publique précise que la perception de cet impôt est conforme à la loi des Finances exercice 2020 qui prévoit l'augmentation de l'IPR. Ce, proportionnellement à la tranche barémique de chaque agent de l'Etat.

Par ailleurs, Yolande Ebongo brandit l'Ordonnance n°69/009 du 10 février 1969 modifiée, spécialement en son article 84 relatif aux impôts séculaires sur les revenus. Déjà, le premier alinéa dudit article qui prend en charge les rémunérations des personnes autres que celles visées au paragraphe 3, stipule que l'impôt sur le revenu professionnel est fixé à 1, 3% pour la tranche de revenu de 0 FC à 1.944.000 FC, à 2, 15% pour la tranche de revenu de 1.944.001 FC à 21.600.000 FC.

En outre, la retenue est de 3,30% pour la tranche de revenu allant de de 21.600.001 FC à 43.200.00 FC, contre 4, 40% pour le surplus.

Partant des dispositions de l'Ordonnance sus-évoquée, Yolande Ebongo en arrive à la déduction selon laquelle il n'y a pas de forfait concernant le prélèvement de l'IPR. Ce, avant de souligner que ce prélèvement touche essentiellement le salaire de base et les primes. "Nous voulons être émergents. Nous devons tous le soutenir (ndlr : l'IPR) ". Tout citoyen congolais a l'obligation de remplir son devoir civique», a martèle Yolande Ebongo.

Malgré le chahut entendu dans certains milieux des agents et cadres de l'Administration publique autour du prélèvement de l'IPR, la ministre de tutelle encourage, cependant, tous les employés de l'Etat de son secteur qui ont démontré leurs capacités de contribuer à l'émergence de la RD Congo. Ce, en dépit leurs revenus jugés trop faibles. A l'attendre, le problème qui reste est celui de réfléchir sur des mécanismes de redistribuer des dividendes de ce qui sera récolté.

C'est ici le lieu de rappeler qu'à sa prise de responsabilités à la tête du ministère de la Fonction publique, Yolande Ebongo avait tout de suite élaboré une feuille de route sur la base du programme du gouvernement. Cette boussole définit les axes prioritaires sur lesquels travailler et les défis essentiels à relever au sein de la Fonction publique. Mathy MUSAU
Kongo central : Atou Matubuana a inauguré la maternité de l’hôpital général de Kisantu
lundi 17 février 2020

Le gouverneur de la province du Kongo central, Atou Matubuana a inauguré le 12 février le bâtiment obstétrique de la maternité de l'hôpital général (...)
lire la suite
La Croix-Rouge RDC dote 3 hôpitaux de Kinshasa des dispositifs d’isolement
lundi 17 février 2020

''Mieux vaut prévenir que guérir'', dit-on. Fort de cet adage, la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo a mobilisé des dispositifs (...)
lire la suite
Dénise Nyakeru pour une couverture sanitaire aux artistes comédiens
lundi 17 février 2020

Le bureau de la Première Dame de la République a connu une ambiance chaleureuse le jeudi 13 février 2020. Il y avait du rire, de l'émotion et des (...)
lire la suite
Enregistrement à l’Etat civil : vers le rattrapage des enfants dans les écoles
vendredi 14 février 2020

Les acteurs impliqués dans le projet de renforcement des systèmes de développement humain (PRSDHU) volet appui à la réforme de l'état civil était en (...)
lire la suite
La société Hydrac mobilisée pour le contrôle des déchets des industriels
mardi 11 février 2020

Le ministère de l'Industrie, tient à la préservation de l'environnement et de la santé. Une séance de travail a été tenue avec l'entreprise HYDRAC, (...)
lire la suite
Dix-sept milles agents de la Fonction publique bientôt à la retraite
vendredi 7 février 2020

17.000 agents et cadres de l'Administration publique répondant aux critères légaux, seront mis à la retraite en cette année 2020. C'est ce qu'annonce (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting