Dernière minute :

Enregistrement à l’Etat civil : vers le rattrapage des enfants dans les écoles
vendredi 14 février 2020

Les acteurs impliqués dans le projet de renforcement des systèmes de développement humain (PRSDHU) volet appui à la réforme de l'état civil était en réunion du comité technique des missions d'appui de cette réforme le jeudi 13 février à Kinshasa.

Les résultats attendus au terme de cet atelier sont, entre autres, l'état d'avancement de deux projets, à savoir, la réforme du système congolais de l'état civil et le rattrapage des enfants sans actes de naissance. Il s’agissait aussi des rapports contenant les propositions pour la réforme de l'état civil, validé par les membres du comité technique. Une occasion pour les participants de s'approprier le plan opérationnel de la campagne de rattrapage dans les écoles primaires et maternelles de Kinshasa et des provinces.

A l'ouverture de cette rencontre, le secrétaire général au ministère de l'Intérieur a souligné l'importance de faire l'évaluation des activités menées depuis le lancement du projet et devoir comment rattraper les enfants qui n'ont pas été enregistrés dans le délai légal.

Le chef de projet PRSDHU, Jean Tshikuna, a fait savoir que l'objet de cet atelier était de valider le rapport en proposant un projet de stratégie de réforme de l'état civil et en validant le plan opérationnel de rattrapage à Kinshasa où 800.000 enfants sont déjà enregistrés et dans les provinces.

Selon Jean Tshikuna, la mission du projet est d'appuyer le gouvernement congolais à élaborer une stratégie de réforme des systèmes d'enregistrement des faits de l'état civil et faire la campagne de rattrapage pour les écoles maternelles et primaires. "Nous sommes partis d'un constat au terme d'une étude en 2014, selon laquelle 25 % d'enfants sont enregistrés à l'état civil et 14% seulement ont l'acte de naissance", a-t-il fait savoir.

Après la mise en œuvre de ce projet en 2018, le taux d'enregistrement est passé à 40%.

L'ENREGISTREMENT DES ENFANTS A L'ETAT CIVIL DE 0 A 90 JOURS EST GRATUIT

L'enregistrement d'un enfant à l'Etat civil est un droit reconnu à chaque enfant, a déclaré Jean Tshikuna. A l'entendre, un enfant qui n'est pas enregistré à l'état civil n'est pas reconnu par l'Etat. "Nous lançons un appel à tous les parents que l'enregistrement des enfants à l'état civil est gratuit, mais il faut le faire dans les 90 jours après la naissance, tel que la loi le stipule". Au-delà de 90, les parents doivent passer par le jugement supplétif et c'est payant.

Dans le cadre de la campagne, le projet prend en charge les enfants de 0 à 18 ans gratuitement, a souligné le chef de projet. D'après lui, plus deux millions d'enfants sont ciblés par le projet d'enregistrement à l'Etat civil, à la fin au moins 600.000 enfants auront leurs actes de naissances.

Pour sa part, le chef de mission civipol a indiqué que plusieurs activités ont été réalisées depuis le lancement du projet en 2018. "Nous avons réalisé la cartographie de tous les bureaux de l'Etat civil de la RDC pour faire un état des lieux de l'état civil afin de développer les stratégies pour moderniser les systèmes", a précisé Gérard Yameogo.

Actuellement, a-t-il poursuivi, "nous sommes en phase d'expérimentation dans la commune de Limete et territoire de Mbanza-Ngungu pour tirer des stratégies afin de reformuler les systèmes de l'état civil congolais".

Le système d'état civil est faible pour plusieurs raisons, notamment le cadre juridique qui ne permet pas aux parents d'enregistrer leurs enfants dès leurs naissances, a fait remarquer le chef de Mission de CIVIPOL.

«Ce n'est pas possible dans un pays où 80% de naissances ont lieu dans une formation sanitaire, mais on n'arrive pas à les enregistrer», a déploré Aimé Gérard Yameogo. «Nous allons travailler à créer les bureaux secondaires de l'Etat civil dans les formations médicales, de telle sorte que quand la maman accouche, l'enfant soit directement enregistré».

Financé par la Banque Mondiale, ce projet est exécuté par le Consortium CIVIPOL, UNFPA, TRANSTEC, CARITAS, DIGITEC et IDEMIA. Mathy Musau
L’Union syndicale des vendeurs du Congo menace de traduire Hassan en justice
mardi 16 juin 2020

Des vendeurs du Marché central regroupés au sein de l'Union syndicale des vendeurs du Congo (USVC), menacent de traduire en justice le libanais (...)
lire la suite
A Nzete ekauka, le Cardinal Monsengwo a célébré une messe pour la fin du covid-19
mardi 16 juin 2020

Le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a célébré, le samedi 13 juin dernier, une messe devant une poignée de fidèles catholiques à ''Nzete ekauka'', le (...)
lire la suite
La communauté chrétienne appelée à user de la prière, forteresse pour le combat spirituel
lundi 15 juin 2020

La communauté chrétienne est appelée à utiliser la prière, comme une forteresse pour le combat spirituel face aux dangers permanents qui la guettent (...)
lire la suite
Procès Pascal Mukuna : l’Evêque n’est pas acquitté, son dossier est renvoyé au 17 juin pour les plaidoiries
lundi 15 juin 2020

Plusieurs personnes, à l'exception de Joseph Olenghakoy, sont passées à la barre à l'audience du vendredi 12 juin au procès Mukuna à la prison de (...)
lire la suite
Plus de 750.000 actes de naissance produits
vendredi 12 juin 2020

Le Consortium Civipol-UNFPA-Caritas-Digitech-Idemia-Transtec a déjà obtenu plus de 750 mille actes de naissance qui doivent être remis aux parents. (...)
lire la suite
Bertin Ntumba Bululu interpelle les chrétiens sur l’état de pauvreté de la RDC
vendredi 12 juin 2020

Quel rapport existe-t-il entre l'Amour du pays, la Parole de Dieu et la pratique de la Normalisation et la Métrologie? Bertin Ntumba Bululu répond (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Politiques, déclarez vos salaires !

A l'heure des procès. En voici un autre. D'un genre particulier. Avec la rue comme juges. Il porte sur les salaires des politiques. En commençant par le premier d'entre eux. Les députés ayant (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting