Dernière minute :
INITIATIVE D’UNE ENTREPRISE BELGE
Logements sociaux : 25.000 à 85.000 dollars pour ériger une maison en une semaine
lundi 16 mars 2020

* Ce projet pourra démarrer dans deux mois, annonce son initiateur, l'entrepreneur belgo-congolais Edouard Moukendy

Homme d'affaires belgo-congolais, né à Kinshasa, Edouard Moukendy est au cœur d'un projet ambitieux. A travers son entreprise, il compte offrir aux salariés congolais des logements sociaux à moindres frais, avec le concours du Gouvernement. Cette initiative, qui pourrait prendre corps dans deux mois, donnera l'opportunité à la société d'ériger, pour chaque agent de l'Etat partenaire, une maison en matériaux durables en une semaine. Le coût de chacune de maison oscillant entre 25.000 et 85.000 dollars américains, rassure cet entrepreneur.

Actif en République démocratique du Congo depuis deux ans, cet opérateur économique entend à aider le Gouvernement congolais dans le domaine des infrastructures. Affirmant avoir nourri son projet dix-huit ans durant, Edouard Moukendy se dit aujourd'hui prêt à investir davantage dans la construction des logements sociaux.

En perspective, il projette d'exploiter un terrain spacieux au quartier GB, à Kintambo. Sur le site de ce projet pilote, l'opérateur économique belge envisage construire, de prime abord, une trentaine de maisons à un niveau, susceptibles de gagner en hauteur, à la demande du client.

GENESE DU PROJET

Conçu pour une superficie de 84 m2, chaque logis sera constitué d'un salon, de deux chambres, à coucher, d'une cuisine et des toilettes. Mais à la longue, il pourra abriter un ou deux étages supplémentaires. La réplique de ce projet pilote sera proposée à des projets de la Présidence de la république et du Gouvernement congolais, annonce l'entrepreneur belgo-congolais.

Aux dires d'Edouard Moukendy, tout est parti de la volonté d'aider les couches défavorisées à se doter de logements décents, adaptés à leurs salaires. Allusion faite aux catégories sociales qui n'ont pas suffisamment de ressources. En l'occurrence, les fonctionnaires.

"Généralement, explique-t-il, les fonctionnaires perdent la moitié de leurs salaires ou plus dans le loyer. Car, ils sont souvent contraints de débourser trois ou six mois de garantie, voire plus, pour trouver une maison en location. Difficile donc pour eux de s'épanouir dans ces conditions".

C'est dans cette optique qu'Edouard Moukendy a jugé utile d'initier un projet réaliste, susceptible d'aider les Congolais à sortir de ce cercle vicieux. A travers ce projet, cet homme d'affaires veut aider les bénéficiaires à acquérir des maisons adaptées à leurs revenus.

UNE CENTRALE A BETON MODERNE A KINSHASA

A travers son entreprise, Edouard Moukendy s'engage à construire des maisons durables en béton. Et pour ce faire, pas besoin de recourir aux importations. "Nous n'avons pas besoin d'importer des matériaux de construction de l'étranger. Tout se trouve ici au Congo", nous fait remarquer l'entrepreneur belgo-congolais.

C'est dans cette optique qu'il a fait venir d'Europe des équipements pour l'implantation, à Kinshasa, d'une centrale à béton moderne, capable de produire 1.400 briques par jour.

Ces bétons durables, qui seront vendus à un prix compétitif, permettront certainement à cette entreprise de révolutionner la qualité des édifices, et de laisser des traces indélébiles au Congo. Comme il en est d'ailleurs le cas en Angola, en Afrique du Sud, aux Emirats arabes uni… et en Belgique où Edouard Moukendy s'est fait un renom. Yves KALIKAT

DES EPINES SOUS LES PIEDS D'EDOUARD MOUKENDY

L'opérateur économique belge reconnait toutefois avoir eu du mal à monter ce projet, au regard de l'environnement économique de la RDC. Il constate, par exemple, qu'il n'existe pas localement de vraies banques à proprement parler. Des banques susceptibles de mettre des crédits consistants à la disposition des investisseurs.

Edouard Moukendy s'est buté également à un autre obstacle, lors de l'étude du marché : l'inexistence des hypothèques en RDC. Comme d'ailleurs dans nombre de pays africains. Un véritable frein aux banques qui se proposeraient d'accorder des crédits à des salariés qui souscriraient au projet de construction des logements sociaux.

SORTIR DU CERCLE VICIEUX

Audacieux, déterminé à contourner cet éceuil, l'investisseur belgo-congolais a entrepris alors des négociations avec deux grandes banques qui ont accepté d'accorder aux clients volontaires des crédits sur cinq ans pour la concrétisation de ce projet.

Le bénéficiaire n'aura, dans ce cadre, qu'à fournir un acompte auprès de la banque pour l'achat d'un lopin de terre. Le reste des frais, destiné au préfinancement de la première phase de la construction, sera pris en charge par la banque. Et une fois, la construction de la maison achevée, la banque pourra s'en servir comme hypothèque, afin de permettre au propriétaire de s'acquitter de sa dette.
Pascal Mpia Mena Zambili : « La reprise des enseignements, c’est pour aujourd’hui »
mercredi 8 juillet 2020

Après avoir suivi avec une attention soutenue les réponses de Son Excellence Monsieur le ministre d’Etat, ministre de d’Enseignement primaire, (...)
lire la suite
Mme Muhila Matapisi Garce, victime d’un enlèvement à Kinshasa
mercredi 8 juillet 2020

Communiqué Je dénonce mon enlèvement ce samedi 4 juillet 2020. Au moment de l'enlèvement, je descendais d'un taxi à l'arrêt Kin Mart situé sur le (...)
lire la suite
L’ACOFEPE lance la campagne « Rappel des Gestes barrières » 
mardi 7 juillet 2020

Les cas de Covid-19 continuent à se multiplier à Kinshasa. Aussi pour y faire face, les autorités exhortent la population à respecter les mesures (...)
lire la suite
Le « Marché de samedi », un véritable grenier des gammes de produits made in DRC
mardi 7 juillet 2020

Ouvert depuis un mois à la Foire internationale de Kinshasa (Fikin), « le marché de samedi » poursuit son cours normal à la grande satisfaction des (...)
lire la suite
Le Pcr Kabasele Bea Jonas condamné à 3 ans de servitude pénale principale
mardi 7 juillet 2020

Qu’un policier de circulation routière (PCR) soit arrêté et condamné pour tracasseries routières, les faits rappellent l'époque du général Célestin (...)
lire la suite
Le Japon parmi les plus grands partenaires dans la riposte à travers l’INRB
lundi 6 juillet 2020

"C'est dans le malheur qu'on connaît les amis", dit Ewipide, célèbre dramaturge de la Grèce antique. Et le Japon figure parmi les plus grands (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting