Dernière minute :
APRES L’ANNONCE SUIVIE DU RETROPEDALAGE DE LA CANDIDATURE DE LA RDC AU TEST DU VACCIN ANTI COVID-19
Le Dr Jean-Jacques Muyembe au cœur d’une vive polémique
lundi 6 avril 2020

* L'expert congolais est-il la voix autorisée pour une telle décision ? Aurait-il été en "service commandé" ?

" La République démocratique du Congo pourrait commencer, à partir du mois de mai, à tester un vaccin contre le Covid-19. Nous avons été choisis pour faire ces essais. Le vaccin sera produit soit aux Etats-Unis, soit au Canada, soit en Chine. Nous, nous sommes candidats pour faire les essais ici chez nous", a déclaré le docteur Jean-Jacques Muyembe, figure clé de la lutte contre Ebola et le Covid-19 en RD Congo, au cours d'une conférence de presse vendredi 3 avril à Kinshasa.

" Peut-être que vers le mois de juillet, d'août, nous pourrons commencer déjà à avoir des essais cliniques de ce vaccin ", a ajouté le virologue congolais, qui s'exprimait devant la presse aux côtés de l'ambassadeur américain en RD Congo, Mike Hammer. Une présence qui a davantage aggravé l'hostilité de nombreux Congolais aux propos du médecin directeur de l'Institut national de recherche biomédicale de Kinshasa (INRB). Beaucoup se sont demandé pourquoi cette déclaration n'a pas été faite en présence d'officiels congolais, en l'occurrence le ministre de la Santé.

Sur les réseaux sociaux, les propos du docteur Jean-Jacques Muyembe ont créé un véritable séisme. Des internautes congolais d'ici et d'ailleurs sont allés chacun, de leurs décryptages. Recoupement fait, plus de 80% d'entre ces Congolais s'en sont pris au Pr Jean-Jacques Muyembe, nommé en mars dernier par Félix Tshisekedi, Coordonnateur du Secrétariat technique de la riposte au Covid-19. Dans l'ensemble, disions-nous, les Congolais refusent d'être "cobayes" d'un vaccin fabriqué dans des labos des pays Outre Méditerranée ou Outre Atlantique.

MALGRE LE RETROPEDALAGE...

Même si le virologue congolais a rétropédalé par la suite, déclarant qu'il a été mal compris par ses compatriotes, soutenant également qu'en tant que Congolais, il n'accepterait pas que les siens (ndlr : les Congolais) soient pris pour des cobayes, le mal semble déjà avoir été fait. De manière générale, les propos du docteur Jean-Jacques Muyembe tombent dans un contexte où l'Afrique tout entière dit non à ce vaccin.

Dans cet environnement d'hostilité générale et généralisée des Africains au vaccin anti Covid-19, une opinion de plus en plus persistante présente ce produit comme un complot contre le continent noir, concocté par les Européens et plus généralement par les Occidentaux. Objectif : combattre l'explosion démographique considérée par ces puissances du Nord comme une véritable menace.

POURQUOI PAS L'ITALIE, L'ESPAGNE OU LES ETATS-UNIS ?

Dans le contexte actuel où la pandémie de Covid-19 fait le plus de dégâts en Italie (15.887 morts depuis le début de la maladie), en France (8.078 morts), Espagne (12.418 morts) et aux Etats-Unis (7.400 décès), des voix s'élèvent de plus en plus pour s'interroger sévèrement sur les motivations de la "candidature" de la RD Congo, aux essais du vaccin contre le Covid-19.

Rien qu'à considérer les statistiques de la journée d'hier aux Etats-Unis, les projections renseignent suffisamment que ces chiffres dévoilés au quotidien prouvent à suffisance combien le pays de Donald Trump pourrait être le prochain foyer de la pandémie, avec une progression fulgurante.

Question de bon sens. Pourquoi n'expérimenterait-on pas le vaccin contre le Coronavirus dans ces pays occidentaux où le taux de mortalité et le nombre de personnes détectées positives à cette maladie est plus élevé par rapport à la situation épidémiologique globale des pays africains ? Dans un contexte où il se raconte beaucoup de choses autour de ce vaccin, ne serait-il pas dangereux d'accepter que l'expérimentation de ce produit se fasse en Afrique, notamment en RD Congo ?

EST-CE LA VOIX AUTORISEE?

Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, le docteur Jean-Jacques Muyembe reste la référence de tous les Congolais, en cette période d'insécurité sanitaire mondiale. C'est donc lui, la voix autorisée en ce qui concerne le volet technique de la lutte contre le Coronavirus. Normal, dans la mesure où cet expert local a donné ses preuves dans la lutte contre la 10ème épidémie de la maladie à virus Ebola qui a causé plusieurs milliers de décès en RD Congo.

Cependant, plus d'un analyste note que la lutte contre le Covid-19 n'est pas que technique ou scientifique. Bien au contraire. Elle a aussi un côté politique. Et, pour ce volet, seuls les principaux dirigeants politiques du pays, en l'occurrence les décideurs congolais, peuvent de manière concertée, prendre une décision qui engage toute la nation.

S'agissant précisément de la candidature très controversée de la RD Congo à l'expérimentation des vaccins anti Covid-19, des voix s'élèvent de plus en plus pour chercher à savoir si le docteur Jean-Jacques Muyembe était la voix autorisée pour annoncer une telle décision aux conséquences inimaginables. Le numéro 1 de l'INRB a-t-il donné un avis personnel ? Quand cet expert dit que la RD Congo est candidate aux essais du vaccin contre le coronavirus, d'où tire-t-il ce pouvoir ? Est-ce un ballon d'essai pour jauger, voir comment l'opinion congolaise réagirait à cela ? Le coordonnateur du Secrétariat technique de la riposte au Covid-19 en RD Congo a-t-il été en service commandé? Voilà donc, autant de questions, parmi tant d'autres, restées suspendues sur les lèvres des Kinois pendant tout le week-end.

Bien que divisés sur la pertinence de l'annonce du docteur Jean-Jacques Muyembe, des Kinois de plus en plus nombreux, déduisent que ce dernier a outrepassé ses prérogatives. Les tenants de cette thèse expliquent qu'en matière de lutte contre la pandémie de Covid-19, la RD Congo e a appelé à une task-force plus représentative, tout en respectant les scientifiques dans le violet technique. Mais les aspects politiques de la lutte reviennent de plein droit aux politiques. Comme qui dirait, la science aux scientifiques, la politique, aux politiques.

C'est donc ici l'occasion, pour de nombreux observateurs, de souligner qu'en ce qui concerne justement le vaccin contre le Covid-19, la question doit être discutée entre les institutions du pays (une réunion interinstitutionnelle Président de la République, Gouvernement et Parlement?). Et, in fine, il appartiendra au Parlement, en tant que Représentation du peuple, d'endosser ce qui serait finalement décidé, avant que le Président ou le Parlement ne l'annonce au grand public. En d'autres termes, l'accord préalable des institutions politiques du pays est formellement requis dans ce genre de situation. Moralité, " le Docteur Jean-Jacques Muyembe doit rester à sa place ", encore qu'il faille clarifier dans cette task-force, le rôle de chaque membre. Grevisse KABREL
Le CLC salue le courage des nouveaux responsables du Parquet
vendredi 10 avril 2020

Le Comité Laïc de coordination salue la mise en détention provisoire du directeur de cabinet du chef de l'Etat. Pour cette organisation proche de (...)
lire la suite
Toutes les affaires en instruction renvoyées au-delà de la période d’état d’urgence
vendredi 10 avril 2020

Le premier président de la Cour de cassation, Dominique Ntambwe Wa Kaniki, a décidé de renvoyer en bloc toutes les affaires en instruction au-delà (...)
lire la suite
Le Cardinal Ambongo exhorte les gouvernants congolais à servir plutôt qu’à se servir
vendredi 10 avril 2020

Les gouvernants congolais sont appelés à servir et non à se servir, à l'image de Jésus. Tel est le message principal que l'archevêque métropolitain de (...)
lire la suite
Covid-19 : Donald Trump appelle à l’implication de l’ECC
vendredi 10 avril 2020

Le Président Donald Trump appelle le Président National et Représentant Légal de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), Rév. Dr André Bokundoa-bo-Likabe, à (...)
lire la suite
Le Palais du peuple bientôt désinfecté
vendredi 10 avril 2020

Le Palais du peuple sera bientôt désinfecté pour recevoir le Congrès qui sera organisé très prochainement. C'est en prévision de la tenue de ce congrès (...)
lire la suite
L’Hôtel de ville de Kinshasa en pleine désinfection
vendredi 10 avril 2020

* Cette opération d'assainissement va se poursuivre au niveau de principaux lieux publics de Gombe. Le gouverneur de la ville de Kinshasa, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Les débuts de l’ère Fatshi sous scanner

Procès de l'an I du pouvoir Fatshi ? Cela y ressemble fortement. Des liaisons dangereuses entre nombre d' "incriminés" et certains bonzes de la Présidence de la république ? Des indiscrétions des (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting