Dernière minute :
COVID-19
"La fabrication des masques alternatifs devrait répondre aux normes", conseille la SG de l’ASCOLAB
jeudi 23 avril 2020

Des Kinois produisent localement des masques en tissu afin de les mettre sur le marché pour combattre la propagation du Covid-19. Ces masques sont-ils efficaces ? Constituent-ils réellement une barrière contre la contamination par le Covid-19? Pour la Secrétaire générale de l'Association congolaise des laboratoires (ASCOLAB), Antoinette Kabamba Nsanga, les masques constituent un antidote au manque des masques médicaux importés, même si leur efficacité reste à prouver. Mais elle insiste sur le fait que leur fabrication devrait répondre aux normes.

"L'approche de la fabrication locale des masques en tissu, comme l'on en fabrique déjà à Kinshasa, est une initiative louable dans ce sens qu'ils sont en effet un palliatif à l'insuffisance des masques médicaux importés. Le masque en tissu est donc un écran qui fait barrière aux projections ou gouttelettes émises quand on tousse ou quand on éternue", reconnait d'emblée Antoinette Kabamba Nsanga.

Elle souligne que, pour être efficaces, ils doivent répondre à certaines spécifications qui sont décrites dans des documents normatifs. Ces masques peuvent être confectionnés, soit de manière artisanale (fait maison) ou de manière industrielle.

"Nous savons tous que les masques contribuent avec autres gestes barrières à limiter la propagation du covid-19. Chaque masque importé ou confectionné artisanalement possède ses propres caractéristiques et s'adresse soit au personnel soignant, soit aux malades ou encore à la population d'une manière générale en fonction de leur exposition au virus", note cette consultante et auditeur tierce partie dans la norme ISO 22000.

EFFICACITE DES MASQUES EN TISSUS

D'après Antoinette Kabamba Nsanga, deux tendances se dessinent concernant les masques en tissu. " Mais aujourd'hui, note-t-elle, il existe une grande controverse entre les spécialistes concernant le port des masques en tissu dont l'efficacité est encore à prouver pour lutter contre la propagation du Covid-19. Certains, poursuit elle, affirment que les masques en tissu sont faussement rassurants, car ils ne protègent pas efficacement ni celui qui les portent ni son entourage contre la contamination par le virus. Car ils filtrent les grosses particules de l'air mais pas les virus. Ils sont des microorganismes microscopiques, leur taille variant de 0,02 à 0,3 micromètres (1 micromètre vaut 0,000001 mètre ou 0,001 mm).

Un autre camp d'experts soutient, par contre, que le port d'un tel masque n'est pas dénudé d'intérêt puisqu'il constitue quand même une barrière, en protégeant les autres dans le cas où celui qui le porte est contaminé, et cela en permettant de limiter les projections des gouttelettes.

"Ainsi, l'équivoque entre ces deux camps, au sujet de l'efficacité des masques en tissu, ne peut trouver réponse qu'en les confectionnant dans le respect strict des spécifications édictées dans certains documents normatifs".

LE RECOURS AUX NORMES DES AUTRES : SEULE L'ALTERNATIVE POUR LA RDC

Elle déplore ainsi le retard de la Rd-Congo en ce qui concerne la normalisation qui demeure évidemment une grande préoccupation. " Cela devrait nous interpeller tous, particulièrement en cette période de pandémie", clame-t-elle. En l'absence des normes nationales la seule condition sine quo none reste de se référer aux autres pays: "le recours aux normes des autres reste l'alternative pour permettre la fabrication des masques barrières performants sur le territoire national", souligne-t-elle.

Elle fait allusion à l'Association Française de Normalisation (AFNOR), qui a publié, vers fin mars 2020, un guide des recommandations pour fabriquer le masque en tissu de manière industrielle ou artisanale.

La Secrétaire générale de l'ASCOLAB indique qu'il s'agit du Guide AFNOR Spécification76-001 dans sa version 1 du 27 mars 2020 -.Masques barrières. Ce document propose notamment des exigences minimales pour la fabrication industrielle et artisanale, des tests à réaliser pour s'assurer de la qualité du masque barrière, des conseils pour l'utilisation et l'entretien, des matériaux à privilégier, les dimensions, les types des brides.

Antoinette Kabamba Nsanga fait savoir que "si l'efficacité des masques en tissu est encore à prouver, des Pneumologues estiment qu'en porter un est "mieux que rien" pour ralentir la contamination et c'est une manière de protéger l'ensemble de la population. Elle fait allusion aux propos d'un Pneumologue, Professeur Bertrand Dautzenberg de l'Hôpital de la Salpêtrière de Paris, en France. "Si tout le monde porte un masque en tissu, ce sera aussi efficace que de porter un masque FFP2, car si deux personnes qui se parlent et portent chacune un masque, c'est 90% d'efficacité dans le filtrage des postillons/projections qui contiennent potentiellement le coronavirus soit l'équivalent des masques médicaux performants ".

Pendant que les recherches se poursuivent sur l'efficacité des masques barrières en tissu, c'est le modèle AFNOR qui reste recommandé aujourd'hui en France et à l'international.

"Et pourquoi ne pas recourir à cette Spécification AFNOR pour offrir à la population congolaise des masques en tissu efficace "? Sans oublier d'associer au port du masque en tissu les gestes barrières fondamentales de l'OMS.

Antoinette Kabamba Nsanga éveillé la conscience des Congolaises que "le port des masques barrières ne remplace nullement la pratique des gestes barrières fondamentales édictées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)". Dina BUHAKE
Pascal Mpia Mena Zambili : « La reprise des enseignements, c’est pour aujourd’hui »
mercredi 8 juillet 2020

Après avoir suivi avec une attention soutenue les réponses de Son Excellence Monsieur le ministre d’Etat, ministre de d’Enseignement primaire, (...)
lire la suite
Mme Muhila Matapisi Garce, victime d’un enlèvement à Kinshasa
mercredi 8 juillet 2020

Communiqué Je dénonce mon enlèvement ce samedi 4 juillet 2020. Au moment de l'enlèvement, je descendais d'un taxi à l'arrêt Kin Mart situé sur le (...)
lire la suite
L’ACOFEPE lance la campagne « Rappel des Gestes barrières » 
mardi 7 juillet 2020

Les cas de Covid-19 continuent à se multiplier à Kinshasa. Aussi pour y faire face, les autorités exhortent la population à respecter les mesures (...)
lire la suite
Le « Marché de samedi », un véritable grenier des gammes de produits made in DRC
mardi 7 juillet 2020

Ouvert depuis un mois à la Foire internationale de Kinshasa (Fikin), « le marché de samedi » poursuit son cours normal à la grande satisfaction des (...)
lire la suite
Le Pcr Kabasele Bea Jonas condamné à 3 ans de servitude pénale principale
mardi 7 juillet 2020

Qu’un policier de circulation routière (PCR) soit arrêté et condamné pour tracasseries routières, les faits rappellent l'époque du général Célestin (...)
lire la suite
Le Japon parmi les plus grands partenaires dans la riposte à travers l’INRB
lundi 6 juillet 2020

"C'est dans le malheur qu'on connaît les amis", dit Ewipide, célèbre dramaturge de la Grèce antique. Et le Japon figure parmi les plus grands (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting