Dernière minute :
L’ETAT D’URGENCE ETANT PROROGE JUSQU’AU 20 MAI PROCHAIN
Tout faire pour sauver l’année scolaire et académique 2019-2020
jeudi 23 avril 2020

* En attendant, les parents invitent le Gouvernement à équiper toutes les écoles de matériels de prévention.

Ce n'est un secret pour personne. Après évaluation de la situation épidémiologique du nouveau coronavirus, l'état d'urgence décrété le 24 mars dernier en RDC, a été prorogé pour une durée de trente jours. Une ordonnance présidentielle signée à cet effet, a été rendue publique le lundi 20 avril. Le Chef de l'Etat congolais a justifié ce renouvellement par la croissance exponentielle du nombre de personnes atteintes par cette pandémie qui a occasionné plusieurs milliers de morts à travers le monde.

Face à l'impératif de la sécurité sanitaire collective, Félix Tshisekedi ne pouvait donc pas aller outre mesure. Cependant, les conséquences sont bien réelles. Le durcissement des mesures prises le 18 mars dernier, pour empêcher la propagation rapide du Covid-19 en RD Congo, impacte très négativement l'ensemble des secteurs de la vie nationale. Cas de l'Enseignement en général, où les activités sont calées en fonction d'un calendrier préalablement élaboré.

En ce qui concerne particulièrement l'Enseignement primaire et secondaire, le calendrier annuel prévoit 222 jours de classe. A la suite de l'état d'urgence assorti de plusieurs restrictions, il apparait clairement que ces prévisions scolaires sont perturbées. Après les trente premiers jours (19 mars-19 avril 2020), une nouvelle période de trente jours d'arrêt d'activités a été décrétée au terme de l'ordonnance signée le 20 du mois en cours. Moralité, écoliers, élèves et étudiants auront théoriquement perdu soixante jours calendriers. Deux mois de vacances imposées par le danger universel que représente le nouveau coronavirus. Tout donc, à la décharge des dirigeants du pays.

L'INEVITABLE REAMENAGEMENT

Dans un communiqué signé le lundi 13 avril, le Dr Jean-Jacques Muyembe Tamfum, coordonnateur du Secrétariat technique du Comité multisectoriel de riposte au Covid-19 (CMR-Covid-19), avait renseigné que la pandémie était déjà dans une phase de croissance exponentielle dans la ville de Kinshasa. " Selon les différents modèles de projection de la pandémie au Covid-19, contextualisés à la RD Congo, le moment le plus haut de cette croissance sera atteint entre la première et la deuxième semaine du mois de mai prochain ", avait alerté ce virologue fils maison.

A la lumière de ces prévisions des experts sur la situation épidémiologique du coronavirus, rien n'indique qu'à la quatrième semaine échue de l'état d'urgence, la pandémie sera complètement contenue. Bien au contraire. Si le pire annoncé arrivait effectivement, alors les autorités du pays se verreraient bien obligés de surseoir à la levée de l'état d'urgence. Les mêmes causes produisant les mêmes effets. Sur cette base, nombre de parents à Kinshasa et même en provinces, craignent que l'année scolaire et académique 2019-2020 ne soit déclarée blanche.

Cependant, du coté des experts du secteur, on semble minimiser les risques de perdre l'année scolaire en cours. " Le troisième trimestre ne prévoit qu'un seul mois de cours théoriques. L'état d'urgence nous a rattrapés à une semaine de la fin du second trimestre. Autrement dit, nous avons encore un mois et une semaine. En outre, les vacances de Pâques devraient, en principe, prendre fin le 20 de ce mois. La reprise des cours était prévue pour le 21. Maintenant qu'on a reconduit les mesures de restriction pour trente jours, il appartient aux ministres de tutelle de réaménager le calendrier à tous les niveaux. Et c'est faisable, tant qu'il s'agit d'une situation universelle ", déclare hier à Forum des As, un Inspecteur de l'Enseignement primaire et secondaire (EPS), joint au téléphone.

Dans son argumentaire en faveur d'une année scolaire et académique, certes menacée, mais non encore perdue, ce spécialiste ajoute qu'on devra grignoter sur les deux mois de grandes vacances initialement prévues à partir du 2 juillet.

" Etant donné que les trois quarts du programme ont été enseignés, matériellement, tout n'est pas perdu. On peut procéder à des réaménagements en interne, pour récupérer le temps mort. Par exemple, au lieu de tout arrêter dès le début du mois de juillet prochain, ce qui serait un non-sens, on devrait faire en sorte que les activités scolaires soient prolongées jusqu'au plus tard mi-août. Il est vrai que sur le plan psychologique, la situation actuelle a entamé le moral de nombreux élèves qui ont perdu de l'élan, mais on n'en peut rien. Ailleurs, les établissements scolaires ont quelque peu innové, en organisant des enseignements en ligne. Juste pour occuper les enfants pendant cette période de confinement. Mais, chez nous en RD Congo, on ne saurait pas s'aventurer avec ce mode d'enseignement jugé plus onéreux que le mode traditionnel. Le pays n'ayant pas d'infrastructures adéquates quant à ce ", poursuit le même expert.

L'IMPERATIF DES EQUIPEMENTS DE PREVENTION

Comme dit précédemment, la prochaine levée de l'état d'urgence en RD Congo n'impliquera pas la fin de la pandémie de Covid-19 dans le pays. C'est dire que même après la fin de cette décision conservatoire, la maladie continuera à exister, quand bien même que personne ne le souhaiterait.

A l'hypothèse que les établissements scolaires et universitaires en RD Congo devront rouvrir leurs portes au mois de mai prochain, alors nombre de parents exhortent le Gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter la propagation de la pandémie en milieux scolaires. Ces mesures passent inévitablement par le renforcement des équipements de prévention. Plus concrètement, l'Etat devra doter chaque école de plusieurs kits d'hygiène, comprenant des savons, des lave-mains et autres solutions hydro-alcooliques, préconisés dans les mesures d'hygiène élémentaire contre la contamination au Covid-19

Cette demande légitime des parents d'élèves est motivée par de tristes réalités observées dans la plupart des établissements scolaires de la capitale. Nombreuses sont des écoles qui n'ont qu'un seul robinet où les enfants vont se désaltérer en file indienne pendant leur pause. D'autres n'en ont pas. Et parfois même, dans les écoles où sont placés des robinets, l'eau a cessé de jaillir depuis des lustres.

Dans ces conditions, demander aux tout-petits, même aux grands élèves, de se laver régulièrement les mains pour éviter la maladie, relève d'une hallucination. Sinon, une simple formule protocolaire sans aucun contenu, parce qu'en inadéquation avec la réalité de nos écoles. Dans la plupart des écoles en province, la même situation est vécue comme un véritable drame. Grevisse KABREL
Wilpf/RDC sensibilise les ménages aux gestes barrières
jeudi 25 juin 2020

La Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté section RDC s'est lancée le mercredi 24 juin dans la sensibilisation des ménages aux (...)
lire la suite
Sylvain Mutombo visite un site de 45 ha ou sera construit un cimetière pour militaires
mercredi 24 juin 2020

Le Gouvernement veut enterrer dignement les militaires des FARDC après avoir servi loyalement le pays sous le drapeau. C’est dans ce cadre que le (...)
lire la suite
Kinshasa : le taux de vaccination a baissé suite à la pandémie de Covid-19
mercredi 24 juin 2020

Dans les centres de santé de Kinshasa, les nouveaux-nés sont de moins en moins présents lors des vaccinations de routine. Sur leur garde, les (...)
lire la suite
Les chrétiens invités à s’accrocher au Seigneur, le seul qui écoute et exauce les prières
mercredi 24 juin 2020

Les chrétiens sont invités à s'accrocher à jamais au Seigneur, le seul qui écoute et exauce les prières des Hommes. Tel était le message diffusé à (...)
lire la suite
Naomie Yamba Yamba : « Le PAPAKIN soutient notre jeunesse »
mercredi 24 juin 2020

Le Programme d’appui aux Pôles d’approvisionnement de Kinshasa en produits vivriers et maraîchers (PAPAKIN), financé par le Fonds International de (...)
lire la suite
Les préalables indispensables au programme national de relance agricole
mardi 23 juin 2020

Le monde est confronté à la pandémie de coronavirus qui a fragilisé et paralysé tous les secteurs vitaux de la vie. C'est ainsi que le confinement a (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting