Dernière minute :

A bas les masques !
mardi 26 mai 2020

L'histoire charrie quantité d'ironies. C'est au moment où les Congolais se mettent aux masques -corona oblige- que les sociétaires du FCC et du CACH enlèvent les leurs.

Finie la politique de l'autruche ! Exit une hypocrisie aussi vieille que l'âge du deal entre les deux "partenaires" de l'alternance ! Bref, rideau sur le bal masqué.

A l'image de la confrontation - y compris physique - d'hier à la Chambre, les passagers du navire FCC-CACH n'avancent plus masqués. Comme un bal peut en masquer un autre, celui de chauves n'est plus de saison. Les cheveux repoussent de plus belle. Sans masque, toutes les fausses calvities sont à découvert.

S'il y en avait qui était encore dupes, c'est fini. En tout cas, les masques imposés par Covid-19 ne couvrant pas les yeux, tout le monde a la latitude de voir le cuir chevelu de tout le monde. Les faux chauves sont démasqués. Qui peut encore parier un masque sur "un pour tous et tous pour un" à propos d'une coalition où la mésentente est la règle et l'entente l'exception ?

Le hic, c'est qu'en cas d'explosion en plein vol, personne n'en sortirait vivant. Même les simples passagers qu'est le peuple congolais périrait. Question à un masque : les pilotes, co-pilotes, stewards en sont conscients?

Plus qu'une simple série de jeux de mots, c'est la réalité vraie qui s'impose de plus en plus aux Congolais. Point n'est besoin de revenir sur la litanie de clashes qui rythment les quinze premiers mois du quinquennat. Pour paraphraser René Descartes, la coalition étant en mode : "Nous nous disputons, donc nous sommes". Jusqu'à quand ? Et le peuple dans tout ça ?

C'est à croire que l'objet social de la coalition au pouvoir est la castagne. Le pays compte suffisamment de boxeurs, catcheurs, de lutteurs même façon "libanda" pour applaudir d'autres pratiquants du noble art ou des arts martiaux dans l'Hémicycle.

Biberonnés à la politique politicienne depuis des lustres, les Congolais ont soif du concret et non des accusations du genre "c'est la faute à l'autre" ou "l'enfer c'est l'autre". Des hommes au pouvoir en particulier, ils attendent la matérialisation des tonnes de promesses et non des invectives ou des discours moralisateurs à longueur de journée. Gouverner, c'est agir et non critiquer, se plaindre ou accuser. Des postures qui siéent plutôt à l'opposition. José NAWEJ
Silence, on manifeste outre-Atlantique !
mardi 2 juin 2020

L'actualité aux Etats-Unis d'Amérique ? La success story spatiale, bien sûr. Le bras de fer avec la Chine, évidemment. Les suites du ravage de la (...)
lire la suite
Cap sur le moindre mal
lundi 1er juin 2020

Faut-il rouvrir ou pas les bars , terrasses , restaurants… et autres espaces publics fermés en vue de lutter contre la propagation du coronavirus (...)
lire la suite
Boycotter son propre pouvoir ?
vendredi 29 mai 2020

La politique de la chaise vide ? L'UDPS est coutumier du fait. A l'échelle nationale, le parti tshisekediste en détient même le record. Que de non à (...)
lire la suite
Et si on communiquait sur les morts ?
jeudi 28 mai 2020

Autant le rappeler tout de go. Du fait du caractère sacré de toute vie humaine, la mort n'est pas un sujet banal. Depuis les temps immémoriaux, on (...)
lire la suite
Quel après-Kabund ?
mercredi 27 mai 2020

Comme un parfum de suspense sur la suite des événements. Que va-t-il se passer ? C'est quoi le coup d'après ? Que va faire l'UDPS après la (...)
lire la suite
A bas les masques !
mardi 26 mai 2020

L'histoire charrie quantité d'ironies. C'est au moment où les Congolais se mettent aux masques -corona oblige- que les sociétaires du FCC et du CACH (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting