Dernière minute :
FACE A LA DEGRADATION DU POUVOIR D’ACHAT DE LA POPULATION DUE A LA DEVALUATION CONSTANTE DU FRANC CONGOLAIS
Envol de Sesanga réitère son appel à réduire le train de vie des institutions
jeudi 28 mai 2020

Dans une déclaration hier mercredi 27 mai à la presse, " Envol ", la formation politique chère au député national Delly Sesanga déplore la dégradation du pouvoir d'achat des Congolais. Une situation sociale et économique exacerbée par le dollar qui "flirte" avec les 2000 CDF au taux de 1.950 CDF, en ce temps de crise sanitaire mondiale due à la Covid-19.

" Sur le plan social et économique, l'Envol déplore la dégradation du pouvoir d'achat de la population avec le dollar qui flirte avec les 2000 CDF au taux de 1950 CDF, dans le contexte de la contraction économique projetée à - 2,2% du PIB par le FMI pour 2020, des déficits publics structurels entretenus par le budget 2020 volontairement surévalué par rapport au cadre macroéconomique prévisible, l'érosion des réserves de change en faveur des dépenses politiques et improductives, l'absence des mesures effectives d'accompagnement des populations vulnérables pendant cette période de crise de la COVID-19, la baisse des importations avec la rareté de certains produits de première nécessité, dont la flambée de prix est amplifiée par la spéculation ", analyse l'Envol.

Dans ce contexte, le parti de l'élu de Luiza reformule auprès de l'Exécutif sa demande de " réduction drastique du train de vie de l'Etat. "

Et l'Envol verrait cette réduction du train de vie des institutions commencer par la Présidence de la République et le Gouvernement.

Le parti de Delly Sesanga ne s'arrête pas là. Il préconise également des réformes structurelles conformément à sa vision de l'avènement d'un Etat modeste mais efficace.

A cet propos, l'Envol demande au gouvernement de présenter avant la clôture de la session parlementaire en cours, un programme économique clair, cohérent et réadapté au contexte, ainsi qu'un collectif budgétaire sous-tendu par un recadrage macroéconomique réaliste qui tienne compte de la situation actuelle et qui s'inscrit dans un cadre budgétaire à moyen terme.

Sur le plan politique, l'Envol constate qu'à deux semaines de la fin de la session de mars, les travaux parlementaires tirent à leur fin, "mais sans que les sujets politiques majeurs n'aient été abordés". A savoir : "la relance du processus électoral par l'audition du rapport de la CENI et le renouvellement de ses animateurs ; la réflexion et les indications claires sur la problématique du recensement dans la perspective des élections de 2023 ; l'examen et l'adoption de la loi des finances rectificative pour 2020 ". Le parti de Sesanga alerte sur le risque d'une crise politique majeure à l'horizon faute de ces mesures préventives.

Lire, ci-dessous, l'intégralité de la déclaration politique de l'Envol lue hier à la presse par son porte-parole, Me Nicholas Lenga. Didier KEBONGO

DECLARATION POLITIQUE N° 03-05/ENVOL/SG-PP/2020

" Sortons de la distraction, les congolais souffrent et meurent ! "

I. Le Comité national de l'ENVOL s'est réuni par vidéo-conférence en comité élargi aux Coordinations provinciales, les Samedi 23 mai et mardi 26 mai 2020, aux fins d'évaluer la situation politique du pays dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et de la dégradation de la situation sécuritaire.

1. L'ENVOL réitère ses encouragements à l'équipe de riposte conduite par le Docteur Jean-Jacques MUYEMBE, dont il loue les efforts et ceux du personnel soignant, qui œuvrent inlassablement au chevet des malades nonobstant la précarité de leurs conditions de travail. L'ENVOL en appelle à plus d'engagement du gouvernement dans un accompagnement significatif de ces efforts par une allocation conséquente des ressources nécessaires à la motivation du personnel et à l'amélioration de leurs conditions de travail ;

2. L'ENVOL en appelle aux autorités politiques à reprendre le leadership dans la conduite de la riposte notamment par une communication cohérente et exhaustive sur:

o les mesures dans le cadre de l'amélioration de la prise en charge des malades ;

o l'allocation des appuis financiers reçus et la coordination logistique des appuis divers des partenaires bi et multilatéraux, des particuliers;

o la politique gouvernementale de soutien aux groupes vulnérables les plus affectés aux plans socio-économique par des mesures restrictives liées à la riposte contre la COVID-19.

3. L'ENVOL se félicite de ce que l'initiative de l'Etat d'urgence, avec toutes les mesures de restriction qui l'entourent ait permis, à ce jour, de contenir la propagation de la pandémie en empêchant notamment son extension dans toutes les provinces du pays. En dépit de l'évolution lente de l'épidémie à l'échelle du pays, 2198 cas officiellement enregistrés au 26 mai 2020, l'ENVOL demande au gouvernement de demeurer prudent et à présenter un plan d'adaptation des mesures de l'état d'urgence fondé sur l'état d'évolution de la pandémie de COVID-19, en prenant un maximum de précautions au regard des modes de vie de nos populations.

II. ENVOL tire la sonnette d'alarme, et appelle à la responsabilité des politiques et à la vigilance de la population de ne pas verser dans la distraction face à une situation générale délétère qui se dégrade et dévient progressivement nocive, au risque de conduire à une crise de plus grande envergure :

1. Sur le plan sécuritaire : l'ENVOL déplore la dégradation de la situation sécuritaire à l'échelle du pays marquée par: "la résurgence des violences en Ituri dans les territoires de Djugu, Mahagi et Mambasa ;

o la persistance de l'insécurité au Nord-Kivu dans les territoires de Béni, Lubero, Rutshuru et Masisi, au Tanganyika dans le territoire de Nyunzu;

o la recrudescence de l'insécurité urbaine dans plusieurs villes du pays : Lubumbashi et Goma ;

o l'accroissement des menaces à l'indépendance nationale et à l'intégrité du territoire national particulièrement à nos frontières, l'incursion des armées étrangères (Rwanda, RCA, Sud-Sudan) sur le territoire national et l'occupation des pans du territoire national notamment par la Zambie dans le territoire de Moba groupement de Muliro dans les villages de Kibanga et de Kaluba.

o la démultiplication des groupes armés qui gagnent en efficacité, défiant ouvertement l'autorité de l'Etat et son monopole d'exercice de la violence légitime. Dans le Kasaï, l'ENVOL déplore à nouveau les recrutements des milices pouvant y relancer l'insécurité ;

2. Sur le plan social et économique : l'ENVOL déplore la dégradation du pouvoir d'achat de la population avec le dollar qui flirte avec les 2000 CDF au taux de change de 1950 CDF, dans le contexte de la contraction économique projetée à - 2,2% du PIB par le FMI pour 2020, des déficits publics structurels entretenus par le budget 2020 volontairement surévalué par rapport au cadre macroéconomique prévisible, l'érosion des réserves de change en faveur des dépenses politiques et improductives, l'absence des mesures effectives d'accompagnement des populations vulnérables pendant cette période de crise de la COVID-19, la baisse des importations avec la rareté des certains produits de première nécessité, dont la flambée de prix est amplifiée par la spéculation. Ainsi, l'ENVOL réitère son appel au gouvernement à une réduction drastique du train de vie de l'Etat en commençant par les Institutions : Présidence la République, Gouvernement et préconise des reformes structurelles conformément à sa vision pour l'avènement d'un Etat modeste mais efficace. A cet égard, l'ENVOL demande au gouvernement de présenter avant la clôture de la session un programme économique clair, cohérent réadapté au contexte, ainsi qu'un collectif budgétaire sous-tendu par un recadrage macroéconomique réaliste, qui tienne compte du contexte et s'inscrit dans un cadre budgétaire à moyen terme. Le gouvernement devrait également rassurer sur le plan des mesures concrètes qui balisent le chemin critique pour la réussite du plan de référence en cours avec le FMI, en vue de la conclusion d'un programme formel.

3. Sur le plan politique : l'ENVOL constate qu'à deux semaines de la fin de la session de mars, les travaux parlementaires tirent à leur fin, dans le contexte de l'état d'urgence certes, mais sans que les sujets politiques majeurs aient été abordés. Il s'agit notamment de :

o la relance du processus électoral par l'audition du rapport de la CENI et le renouvellement de ses animateurs ;

o la réflexion et les indications claires sur la problématique du recensement dans la perspective des élections de 2023 ;

o l'examen et l'adoption de la loi des finances rectificative pour 2020.

L'ENVOL attire l'attention de tous les responsables et forces politiques et sociales que faute de ces mesures préventives, le pays court le risque d'une crise politique majeure à l'horizon.

III. Face à cette situation, l'ENVOL engage toutes les forces politiques et sociales à s'investir dans une évaluation de la situation en vue d'élaborer un agenda prioritaire des mesures structurelles à mettre en œuvre pour préserver un minimum de cohésion au plan politique et adapter l'organisation politique, économique et sociale de notre pays dans la période post-COVID19.135 ans après la création de l'Etat congolais et à 60 ans de l'indépendance, cet exercice exigeant de responsabilité s'impose et va au-delà des clivages politiques.

IV. S'agissant enfin d'un texte mal rédigé non autrement désigné sous forme de tribune, attribué à l'Honorable Delly SESANGA, son Président, l'ENVOL fait savoir que Delly SESANGA n'est pas l'auteur de ce texte ordurier tissé d'insultes et d'approximations juridiques, élaboré pour nuire à sa personne et à l'ENVOL par des individus en mal d'inspiration, de sensation et en quête de positionnement. A cet effet, l'ENVOL ainsi que l'Honorable Delly SESANGA vous informent qu'une plainte contre " X " va être déposée afin que les auteurs de ce texte répondent de leur acte lâche et irresponsable devant la justice.

Fait à Kinshasa, le 26 mai 2020

POUR LE COMITE NATIONAL Me Nicholas LENGA

Porte-Parole de l'Envol
Steve Kivwata : "La mort du juge Yanyi n’a aucune incidence sur la poursuite du procès de Kamerhe"
vendredi 29 mai 2020

"La mort de Raphaël Yanyi n’a aucune incidence réelle sur la poursuite de l’instruction du procès de Vital Kamerhe et consort. C’est vrai qu’il faut (...)
lire la suite
Un syndicat de magistrats sollicite une protection spéciale des juges .
vendredi 29 mai 2020

* La famille du maître de céans dans le procès Kamerhe exige, par ailleurs, l'autopsie du défunt La disparition brutale du juge président, Raphaël (...)
lire la suite
Pascal Mukuna à la barre
vendredi 29 mai 2020

Pascal Mukuna sera à la barre ce vendredi 29 mai. Le numéro un de l'Assemblée Chrétienne de Kinshasa (ACK) comparaît pour la première fois au Centre (...)
lire la suite
Le gouverneur UDPS condamne les actes de violences commis par sa base à Mbuji-Mayi
vendredi 29 mai 2020

Comme on le sait, mardi et mercredi dernier, la ville diamantifère de Mbuji-Mayi, capitale de la province du Kasaï Oriental, était à feu et à sang, (...)
lire la suite
AFDC-A : La Haute cour adresse une requête en inconstitutionnalité à l’Assemblée nationale
vendredi 29 mai 2020

On tend vers le dénouement de l'affaire ''dédoublement de l'AFDC-A''. On croit savoir qu'on va vers une décision définitive qui permettra de lever (...)
lire la suite
Le Haut-Uélé rassuré de recevoir bientôt la rétrocession due aux provinces
vendredi 29 mai 2020

Le Caucus des députés nationaux originaires de la province du Haut-Uele a quitté hier la Primature, totalement satisfait. Reçus ce jeudi 28 mai par (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Boycotter son propre pouvoir ?

La politique de la chaise vide ? L'UDPS est coutumier du fait. A l'échelle nationale, le parti tshisekediste en détient même le record. Que de non à ceci et que non à cela ! Que d'invitations (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting