Dernière minute :
ASSEMBLEE NATIONALE
Désignation du Président de la CENI : privilégier les réformes pour éviter les élections dites "chaotiques" du passé !
vendredi 12 juin 2020

On connaît à peu près ce qui s'est passé dans le processus de désignation du nouveau Président de la CENI par les huit confessions religieuses au cours d'une réunion présidée par l'Archevêque de Kinshasa, le Cardinal Fridolin Ambongo. C'est connu qu'il n'y a pas de consensus si bien que les catholiques (CENCO) et les Protestants (ECC) se sont retirés avec leurs candidats laissant libre cours au candidat de l'Eglise Kimbanguiste dont le nom est donné plus tard comme nouveau Président de la CENI en remplacement de l'actuel, Corneille Nangaa. Ce choix des confessions religieuses devrait toutefois être validé par une plénière de l'Assemblée nationale.

Nul doute que ce choix fera couler encore et salive dans la mesure où, dans leur communiqué pour justifier leur retrait de l'Eglise catholique, le Cardinal Fridolin Ambongo a parlé des informations faisant état des cas de corruption. Même s'il reste à produire les preuves de cette accusation.

De fait, par cette désignation du nouveau Président de la CENI voulu par l'Assemblée nationale, celle-ci a mis la charrue avant les bœufs.

En effet, le nouveau Bureau de la centrale électorale qui sera mis sur pied viendra évoluer dans quel système ? Celui qui a conduit successivement au gâchis électoral en 2006, 2011 et 2018 ? Le même sans la moindre innovation.

C'est pourquoi, en cette matière d'organisation des élections, certains analystes estiment que tout passe par des réformes profondes et courageuses de tout le système de fond en comble. Des désignations des membres du Bureau, même compétents et à haute probité morale n'y pourvoirait.

Sans ces réformes, on risque d'arriver lors de prochaines élections de 2023aux mêmes contestations que lors des élections antérieures. Ce qui veut dire que la raison est ailleurs. Pas dans les individus qui nichés à la Centrale électorale mais plutôt dans le système qui sous-tend l'organisation des élections. C'est là où tout le monde doit être mis à contribution pour les réformes de la CENI. Il n'y a pas d'autre voie possible.

Autrement, ce serait laisser se reproduire ce que les Congolais ont connu au cours de tous leurs processus électoraux depuis la première législature de la IIIème République qui a connu son avènement en 2006. Pour ces toutes premières élections démocratiques et multipartites en RDC, le Bureau de la Commission électorale (CEI), de l'époque est présidée par Monsieur l'Abbé Apollinaire Malumalu Muhongolu.

Les résultats de la Présidentielle sont contestés par le candidat du MLC, Jean-Pierre Bemba Gombo qui soutient que c'est bien lui le vainqueur. Au niveau du contentieux électoral, Jean-Pierre Bemba Gombo a saisi la Cour suprême de Justice (CSJ). Mais celle-ci confirme les résultats de la Commission électorale indépendante (CEI) qui proclame Joseph Kabila Kabange, candidat indépendant, vainqueur. Bemba conteste. Ce qui donne lieu à la première guerre de Kinshasa, entre l'Armée régulière et les troupes de Jean-Bemba, vice-Président de la République, avec à la clé des dizaines de mort.

Même chose en 2011 où la CENI du Pasteur Ngoy Mulunda Nyanga débouche sur des élections qualifiées de "chaotiques" proclamant Joseph Kabila vainqueur au détriment d'Etienne Tshisekedi de l'UDPS. Celui-ci conteste et plus encore, s'autoproclame Président de la République en déniant toute légalité et légitimité au vainqueur proclamé par la CENI, Joseph Kabila Kabange.

Aux élections de 2018, c'est exactement le même scénario que celui d'Etienne Tshisekedi en 2011 où ici c'est Martin Fayulu Madidi qui s'autoproclame seul Président de la République élu et légitime contre celui de l'UDPS, Félix Tshisekedi. On voudrait marcher sur les mêmes travers ? Non. Il faut alors réformer la loi électorale, la loi organique sur la CENI et la loi organique sur la Cour constitutionnelle est même inévitable. KANDOLO M.
Aubin Minaku incompris ?
mercredi 24 juin 2020

* L'objectif, derrière, précise l'élu d'Idiofa, n'est autre que de clarifier la teneur du pouvoir d'injonction du ministre de la Justice sur les (...)
lire la suite
Augustin Kabuya au FCC :"Ce n’est pas le moment de s’amuser de cette manière là"
mercredi 24 juin 2020

Le Secrétaire général de l'Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) Augustin Kabuya persiste et signe en tirant la sonnette d'alarme (...)
lire la suite
La coalition à couteaux tirés sur la réforme judiciaire d’Aubin Minaku
mercredi 24 juin 2020

* La " génération des jeunes tshisekedistes " initie une pétition contre ces propositions de lois. Les trois propositions de lois de Minaku et (...)
lire la suite
Réformes parquet : l’honorable JP Tshimanga Buana apporte son soutien aux lois Minaku mais dénonce infox, amalgame et déficit de concertation
mercredi 24 juin 2020

3 propositions de lois sur la réforme de la justice, initiées par l'ex-président de l'Assemblée nationale Aubin Minaku et Garry Sakata, divisent (...)
lire la suite
La NGTF mobilise ses membres à signer la pétition initiée par la NGT
mercredi 24 juin 2020

A l'appel de la Nouvelle génération Tshisekedi (NGT), lancé le 22 juin demandant à signer la pétition contre les propositions de loi initiées par les (...)
lire la suite
UNC : Les fédérations de la diaspora fustigent la condamnation de Vital Kamerhe
mercredi 24 juin 2020

*Dans leur déclaration diffusée hier, elles demandent au Président Félix Tshisekedi de s'impliquer ''pour que la justice soit juste et équitable'' (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Soupçon , quand tu nous tiens !

Inutile de compter le nombre de clashes entre FCC et CACH. Tant ils structurent la coalition pour " mieux" la déstructurer. La tension étant la règle et l'accalmie l'exception. Si l'Académie (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting