Dernière minute :
FACE AU CORONAVIRUS
La RDC devrait changer son modèle économique, estime Déogratias Mutombo
vendredi 19 juin 2020

La pandémie de coronavirus bouscule l'économie mondiale. La RDC n'est pas épargnée. Ce moment difficile qu'impose la crise sanitaire de Covid-19 devrait être une opportunité pour la RDC de changer son modèle économique, en produisant ce que les Congolais consomment et en exportant le surplus, a indiqué le gouverneur de la Banque Centrale du Congo. Il s'exprimait ainsi au terme de la 5ème réunion du Comité de politique monétaire.

Face à cette situation, le patron de l'Institut d'émission demande aux Congolais de soutenir l'effort du gouvernement dans la stabilité et la relance de l'économie nationale.

La crise sanitaire a affecté tous les secteurs de l'économie. Par conséquent, le gouvernement se trouve dans une situation difficile qui demande un élan de solidarité de tous les Congolais pour l'accompagner dans ses efforts, a fait remarquer Déogratias Mutombo Mwana Nyembo.

Malgré cette difficulté, a-t-il rassuré, le gouvernement s'engage dans les mesures de stabilisation et de relance économique. L'une des mesures consiste en l'ajustement budgétaire par le principe de ne dépenser qu'au niveau des recettes mobilisées. En effet, l'autorité monétaire a indiqué qu'en sollicitant le soutien de la population pour la stabilisation et la relance de l'économie, c'est pour le bien-être de tous. Selon lui, la population devrait faire de retenue dans les revendications aujourd'hui qu'elles soient salariales ou sociales.

"Nous sommes en train de prendre en charge les malades de covid-19. Le gouvernement prend en charge toutes les dépenses de prévention pour arrêter la propagation de cette maladie", a mentionné le patron de la BCC.

D'après lui, les dépenses de Santé ont crevé le compte du Trésor en termes de charges. Malgré cela, "nous travaillons avec le Trésor en nous imposant le respect de principe de règle d'équilibre budgétaire", a mentionné le gouverneur.

"Pour relancer l'économie nationale, l'Etat active le volet soutien à la relance de la production agricole. C'est le premier axe qui est en train d'être mise en œuvre. Le soutien à l'agriculture permet d'assurer l'approvisionnement régulier des grands centres urbains en produits alimentaires", a fait remarquer Deogratias Mutombo.

Pour y arriver, les moyens sont en train d'être donnés aux ministères concernés, sur instruction du Chef de l'Etat, a précisé le gouverneur de la Banque Centrale. Cela permet de stabiliser le prix intérieur et de réduire l'importation des produits alimentaires, a-t-il expliqué.

Parlant du projet agricole, le patron de la BCC a fait remarquer qu'il va concerner toutes les provinces. A en croire Déogratias Mutombo, la crise sanitaire actuelle devrait être une opportunité pour la RDC de changer son modèle économique, en produisant ce que les Congolais consomment et en exportant le surplus.

Ainsi, sur le volet économie réelle, le gouvernement vient de mettre cette stratégie de promotion de la production agricole locale. Dans les tout prochains jours, le gouvernement va montrer les premiers sites agricoles qui seront opérationnels et disséminés dans plusieurs provinces. Les visites de ces sites agricoles sont aussi prévues.

De l'avis de Deogratias Mutombo, c'est un projet qu'il faut soutenir, parce que c'est "notre nourriture que nous devons produire". Peut-être, "c'est le moment de changer notre manière de consommer dans notre pays".

"Nous devons consommer ce que nous produisons et exporter le surplus. Parce qu'aujourd'hui, nous produisons ce que nous ne consommons pas et nous consommons ce que nous ne produisons pas. C'est souvent dans le moment difficile qu'on développe le sens de créativité. Ça commence comme ça", a renchéri l'autorité monétaire. Enfin, pour Déogratias Mutombo, le Gouvernement a sollicité l'implication des coopératives agricoles, les promoteurs du secteur, les distributeurs ainsi que les transporteurs locaux. FDA

COMMUNIQUE

Le Comité de Politique Monétaire a tenu, ce mercredi 17 juin 2020, sa 5ème réunion ordinaire sous la présidence de Monsieur Déogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO, Gouverneur de la Banque Centrale du Congo.

Cette réunion a permis aux Membres du Comité de passer en revue les développements récents de la conjoncture économique aux plans extérieur et intérieur ainsi que les facteurs de risque pouvant perturber la stabilité macroéconomique, avant de prendre de mesures idoines en rapport avec la conduite de la politique monétaire et de change.

A cet effet, il convient de relever ce qui suit :

Au plan international,

Les développements économiques récents restent marqués par la crise sanitaire mondiale liée à la Covid-19 et par les effets des mesures d'endiguement de cette pandémie sur l'économie mondiale et sur les économies nationales. Dans les dernières perspectives de l'économie mondiale, le FMI note que plusieurs économies devraient enregistrer des récessions plus importantes, suite notamment à la mesure relative au confinement total ou partiel.

Pour faire face aux perturbations économiques et financières causées par cette pandémie, les gouvernements et les banques centrales ont pris des mesures budgétaire et monétaire discrétionnaires. Cependant, dans un contexte marqué par des taux d'intérêt bas et un niveau d'endettement élevé dans certains pays, le FMI estime que ces mesures discrétionnaires ne vont pas renforcer la résilience des économies face aux prochains chocs et aux récessions futures. A l'inverse, il encourage les gouvernements à envisager la mise en œuvre des mesures de relance budgétaire fondées sur les règles, telles que les transferts monétaires temporaires et ciblés en faveur des ménages à faible revenu lorsque le taux de chômage dépasse un certain seuil. Ces mesures de relance budgétaire seraient plus efficaces et devraient permettre aux dirigeants de se préparer et de réagir à des récessions éventuelles, notamment celles qui seraient causées par la faiblesse de la demande.

S'agissant des cours des matières premières, principalement ceux des produits exportés par la RDC, ils se sont inscrits globalement sur une trajectoire haussière depuis le mois d'avril dernier, à la faveur de la reprise de l'activité en Chine conjuguée au déconfinement progressif des pays. Au mois de mai, les cours du pétrole et du cuivre se sont établis, en moyenne, à 32,6 USD le baril et 5.229,1 USD la tonne, soit des hausses mensuelles respectives de 19,0 % et 4,3 %. Quant au cours du cobalt, il s'est maintenu à 29.500 USD la tonne depuis le 17 mars 2020.

Au plan interne,

Les dernières estimations de croissance, sur base des réalisations de production à fin mars 2020, tablent sur une récession plus sévère de l'activité économique en 2020. En effet, le taux de croissance s'établirait à -2,4 % contre -1,9 % prévu initialement. Cette contraction qui a affecté tous les secteurs d'activité, s'expliquerait principalement par la mesure de confinement des populations aussi au plan interne qu'externe.

Cette situation explique également le pessimisme des chefs d'entreprises quant à l'évolution de la conjoncture économique à court terme. Ainsi, le solde global d'opinions s'est établi à - 25,7 % en mai 2020 contre -22,9 % le mois précédent.

Sur le marché des biens et services, il a été noté une légère accélération du rythme de formation des prix intérieurs attestée par une hausse de 0,1 point par rapport au mois d'avril. En effet, en mai 2020, le taux d'inflation mensuel s'est établi à 2,30 % contre 2,20 % le mois précédent. En cumul et en glissement annuel, l'inflation a été de 6,28 % et 9,25 %, respectivement. Dans ce contexte et à condition inchangée, il est attendu un taux d'inflation de 15,48 % à fin décembre 2020 contre l'objectif d'inflation à moyen terme de 7,0 %.

L'analyse mensuelle des finances publiques révèle un déficit avant financement de 22,4 milliards de CDF, résultant des recettes mobilisées de 484,8 milliards et des dépenses de 507,3 milliards. Toutefois, ce creux a été entièrement couvert par les ressources provenant des émissions nettes des bons du Trésor et de l'appui budgétaire du FMI, lesquelles ont permis du reste à la situation financière de l'Etat d'afficher un solde créditeur de 120,7 milliards de CDF.

Sur le marché de change, après une relative stabilité au premier trimestre et un profond glissement du taux parallèle en avril, le mois de mai a été marqué par des mesures d'ajustement induisant le tassement de la dépréciation au parallèle avec un effet de rattrapage pour le taux indicatif. En effet, à la suite notamment de l'adoption de la gestion base caisse des opérations financières de l'Etat à partir du 1er mai et de la cession, par la BCC, des devises aux banques, la dépréciation mensuelle de la monnaie nationale au parallèle est tombée à 3,3 % venant de 5,6 % en avril. Pendant ce temps, en vertu du principe de la convergence, la dépréciation à l'indicatif a progressé de près de 3,0 points passant de 1,8 % en avril à 4,6 % en mai. Ainsi, le taux de change s'est situé à 1.822,00 CDF et 1.931,17 CDF le dollar, respectivement à l'indicatif et au parallèle, soit des taux de dépréciation cumulés de 8,2 % et 10,6 %, respectivement à l'interbancaire et au parallèle.

Concernant les réserves de change, elles se chiffrent à 923,12 millions de USD, au 29 mai 2020, soit 3 semaines de couverture d'importations. Par rapport à fin avril, il s'observe une baisse des réserves de 57,0 milliards de CDF expliquée en partie par l'intervention de la Banque Centrale sur le marché de change.

Sur le plan de la politique monétaire, la BCC qui suit de près les résultats des dernières mesures prises avec le Gouvernement, a maintenu inchangé son dispositif actuel. Ainsi, le taux directeur demeure à 7,5 % et les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme sont maintenus respectivement à 13,0 % et 12,0 % et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 0 %. Toutefois, dans un contexte d'incertitudes liées à la Covid-19, l'Institut d'Emission qui veille au maintien de la stabilité du cadre macroéconomique, gage notamment de la préservation du pouvoir d'achat de la population, demeure prête à activer ses instruments en cas de besoin.

Aussi, le CPM encourage davantage le Gouvernement à poursuivre avec une gestion saine des finances publiques, tout en veillant à la mise en œuvre effective des mesures prises dans le cadre de la riposte aux effets délétères de la pandémie du Coronavirus sur l'économie nationale.

Fait à Kinshasa, le 17 juin 2020

Déogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO
La BCC propose une discipline budgétaire pour faire face aux financements monétaires de déficits
lundi 13 juillet 2020

"La crise sanitaire qui a perturbé les économies mondiales a fait que ces économies puissent connaitre une contraction de moins 4 %", a fait (...)
lire la suite
Jacques Kyabula en justice contre la firme sud-africaine Invuke sarl
lundi 6 juillet 2020

* Cette dernière est accusée de non-respect de contrat de livraison de maïs signé en septembre 2019 pour un montant global de 2,86 millions USD Le (...)
lire la suite
ANAPI et USAfBC s’engagent à promouvoir les affaires et les échanges commerciaux
lundi 6 juillet 2020

Dans un communiqué daté du 1er juillet, parvenu à Forum des As, l'Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANAPI) fait état de la (...)
lire la suite
Afriland First Bank porte plainte contre Global Witness et PPLAAF pour « pratiques de corruption »
vendredi 3 juillet 2020

« Vol, abus de confiance, chantage, corruption privée, dénonciation calomnieuse, recel, violation du secret bancaire, faux et usage de faux et (...)
lire la suite
Le Gouvernement finance un 2ème lot de sociétés à hauteur de 10,7 millions USD
jeudi 2 juillet 2020

Le Gouvernement Ilunga débloque 10,7 millions de dollars américains pour financer un 2ème lot des societies. Il s’agit de la Congolaise des voies (...)
lire la suite
Eustache Muhanzi : objectif Inga3
vendredi 26 juin 2020

* Les conclusions de ces travaux seront greffées à ceux des derniers travaux organisés avec la collaboration de la BAD Les partenaires au Projet (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting