Dernière minute :

Priorité des priorités : Ronsard Malonda
vendredi 10 juillet 2020

Des marches dans plusieurs villes du pays. Des processions pour plus de transparence et davantage de consensus dans la désignation du Président de la CENI. Vive la démocratie !

Plus qu'un bémol à ce satisfecit : la violation manifeste de l'état d'urgence sanitaire décrété par le chef de l'Etat et des violences sur fond de morts d'hommes et de destructions méchantes . Voilà pour la forme.

Côté fond. On peut tout de même s'interroger sur la hiérarchisation des priorités dans le chef de certains leaders religieux, politiques ainsi que leurs ouailles et bases respectives.

Si vu d'Henri IV Paris valait bien une messe, la croisade contre Ronsard Malonda valait -elle bien une telle débauche de mobilisation assortie de marches ? N'y a -t-il pas, dans le contexte actuel, cause plus importante que la lutte pour le strapontin laissé vacant par Corneille Nangaa, boulevard du 30 juin à un jet de pierre de la place de la Gare centrale ? La réponse est si.

Car, où que l'on tourne le regard, des urgences existentielles tant sociales, sociétales que sécuritaires devraient interpeller l'élite en ce compris les chefs de confessions religieuses. Et devraient occuper la première place sur l'échelle des priorités.

La dégradation continue des conditions de vie ou plus exactement de survie du plus grand nombre. Une détérioration proportionnelle à la descente aux enfers du franc congolais face au " Roi dollar ". Là , se joue le panier de la ménagère, c'est-à-dire le premier des intérêts du " peuple " que tout le monde invoque matin, midi et soir. " Le peuple d'abord " ne veut rien dire d'autre que mobiliser toutes les énergies pour rencontrer les attentes vitales de la majorité silencieuse.

Autre vrai problème qui touche les vraies gens, les tensions intercommunautaires, et l'insécurité qui prennent de l'ampleur dans certaines provinces et qui nécessitent des réponses aussi urgentes qu'appropriées. Sur ce front -là, on perçoit pas non plus le début d'une mobilisation générale à la dimension de celle à laquelle on assiste autour du " cas Malonda ".

Last but not least, les menaces à presque toutes les frontières de la RDC. En plus d'envahisseurs archi connus, nombre de pays voisins ne cachent plus leurs visées sur des pans du territoire rd congolais.

A en juger par leur discrétion sur le sujet, ces atteintes à ce qu'un pays a de plus cher et plus sacré ne semblent pas vraiment intéresser les leaders d'opinion, toutes loges confondues. Aucun appel à manifester. Aucune messe. Aucun culte. José NAWEJ
Le régalien…
lundi 20 juillet 2020

Des ordonnances- fleuve. Sans doute en rapport avec la gravité des sujets. Le régalien. Ce domaine dans lequel le chef de l'Etat décline toutes les (...)
lire la suite
Pas de rupture ? Les actes d’abord
vendredi 17 juillet 2020

Les nuits fraîches de "Brazza la verte", en saison sèche, portent-elles conseil ? La boîte à conseils du "Vieux sage" de l'autre rive du fleuve (...)
lire la suite
Le "virus du vaudeville" à la Haute cour ?
jeudi 16 juillet 2020

On savait la classe politique zaïro-congolaise contaminée par le vaudeville bien de chez nous. Mais, personne n'osait imaginer que ce " virus " (...)
lire la suite
D’un dialogue sans dialogue à un autre
mercredi 15 juillet 2020

Dialogue ? Encore ? Pourquoi faire ? Pour en préparer un autre ? Et perpétuer ainsi la tradition née des années Transition qui veut que le pouvoir (...)
lire la suite
Le réveil d’un revenant
mardi 14 juillet 2020

A la suite de Joseph Staline -homme fort de l'ex-URSS - face au Pape Pie XI, on pouvait se demander non sans pertinence : l'Opposition rd (...)
lire la suite
A qui attribuer les morts sous " l’Etat de droit ? "
lundi 13 juillet 2020

Question d'un observateur après les manifs du jeudi 9 juillet : "après l'Etat de droit est-il égal à avant l'Etat de droit ?" . Dans la mouvance du (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting