Dernière minute :

Et voici "contreseing !"
jeudi 23 juillet 2020

Un mot ne nous est pas né. Ce ne sont pas les bisbilles FCC-CACH qui ont accouché du terme contreseing. Dans l'administration comme en politique, le contreseing est d'usage aussi courant qu'ancien.

Sauf que depuis le "J'accuse" du Premier ministre en rapport avec les nominations au sein de la magistrature et l'Armée, ce terme est au cœur de la polémique. Au point même de voler la vedette à "Malonda ". Le très médiatisé -malgré lui- prétendant à la tête de la CENI peut souffler. Du moins le temps de l'espérance de vie de "contreseing".

Les polémistes professionnels ont trouvé autre chose à se mettre sous la dent. Les voilà qui associent le "contreseing" à toutes les sauces.

Résultat, côté menu, il y en a pour tous les goûts. Les juristes rivalisant de recette à base de "contreseing" selon la chapelle. Faute grave aux yeux des professionnels du droit estampillés FCC, faux problème d'après les juristes battant pavillon CACH.

Dans ce pays où avouer son ignorance dans un domaine précis ou se taire est signe de faiblesse, tout le monde s'empare du sujet. Le mot contreseing est balancé dans tous les sens. Il est même malmené voire mutilé par tout ce que la place de Kinshasa compte d'orfèvres auto-proclamés en tout.

L'essentiel, comme sur d'autres séquences, étant de crier trop fort. Même si au finish, on est plus écouté que compris. Même si on s'auto-convainc plutôt qu'on convainc. Ce qui nous ramène à la caractéristique principale de discussions politiques rd congolaises: plus de chaleur que de lumière.

Dans 24 heures, "contreseing" va sans doute perdre le monopole du centre d'intérêt. Le "procès Kamerhe"- en appel cette fois-ci -va reprendre ses droits.

Science infuse en bandoulière, les commentateurs n'auront pas besoin d'interroger le droit pénal pour livrer la "vérité" sous forme de parole d'Evangile. Ce sera selon la sentence qu'on a déjà décrétée soi-même. Soit la prison pour les anti-Kamerhe par principe ou la libération coûte que coûte pour les pro. Entre les deux positions relevant de calculs politiciens et/ou du nationalisme ethnique, la place de la raison est, certes, ténue. Mais, elle existe.

Qui pour la proclamer de manière audible ? Là est le vrai problème. C'est le même hic pour tous les autres sujets qui alimentent la polémique ambiante. Y compris le désormais célèbre "contreseing ". Sacrée RDC ! José NAWEJ
FCC-CACH à l’épreuve du " corona-social "
jeudi 30 juillet 2020

Pas besoin de se triturer les méninges pour comprendre le mot "crise". Pas la peine non plus de polémiquer sur ce que la majorité silencieuse vit (...)
lire la suite
Réformes électorales : oui, mais…
mercredi 29 juillet 2020

Comme Paris valait bien une messe, les réformes électorales en RD Congo valent bien un consensus ? Cent fois oui. L'appel du 11 juillet de 12 (...)
lire la suite
Gestes barrières : FCC-CACH, un exemple à suivre
mardi 28 juillet 2020

Tour de vis, dès ce mardi 28 juillet 2020, sur le front de l'observance stricte des mesures-barrières. Port obligatoire et correct des masques, (...)
lire la suite
Vous avez dit "visite de compassion" ?
lundi 27 juillet 2020

"Jamais un, sans deux", dit-on. Après le très médiatique et médiatisé Abbé Nshole, voici venu le tour de Néhémie Mwilanya de rendre visite à Vital (...)
lire la suite
A chacun son "peuple" et sa "rue"
vendredi 24 juillet 2020

La rue ? Personne n'en a le monopole. Le "peuple" ? Nul n'en est l'incarnation exclusive. Dans une société démocratique, l'expression populaire est (...)
lire la suite
Et voici "contreseing !"
jeudi 23 juillet 2020

Un mot ne nous est pas né. Ce ne sont pas les bisbilles FCC-CACH qui ont accouché du terme contreseing. Dans l'administration comme en politique, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting