Dernière minute :
A L’OCCASION DU 60EME ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE
Le ministre Bonkulu : "Ma vision est de faire du tourisme une industrie"
jeudi 30 juillet 2020

Le secteur touristique n'est pas assez développé en République démocratique du Congo, malgré d'immenses potentialités dont regorge le pays. Cependant, certains experts soutiennent que le tourisme peut générer des revenus au trésor public. Soixante ans après l'indépendance, quel bilan dresser dans le secteur du tourisme ? Pour en savoir un peu plus. Forum des As, Radio Okapi, Environews et Actualite.cd ont rencontré un panel d'invités dont le ministre du Tourisme, Yves Bonkulu, le professeur Jean-Paul Ramazani et un opérateur économique du secteur.

"Le secteur du tourisme peut contribuer à renflouer les caisses de l'Etat, car selon les statistiques de l'Organisation mondiale du tourisme, ce secteur apporte 10% du PIB mondial et participe à 30% des exportations à travers le monde, assure Yves Bonkulu, appelé à se prononcer sur ce que le tourisme peut apporter au Trésor public 60 ans après l'indépendance.

"Bien qu'en RDC, il y ait encore des difficultés à donner des statistiques fiables étant donné que le tourisme se retrouve dans le secteur des services des marchands, nous estimons à 1,1 ou 1,9% de contribution dans le PIB. Si nous travaillons sérieusement, nous pensons pouvoir atteindre les 10% dans notre pays", atteste le ministre du Tourisme.

LES PREALABLES DU DECOLLAGE DU TOURISME

Pour sa part, le professeur Jean-Paul Ramazani estime qu'il y a des préalables à prendre en compte pour que le tourisme puisse contribuer à l'économie d'un pays. Il faut que le tourisme soit considéré comme un pan à part entière de l'économie, d'autant plus que les investissements dans le secteur doivent tenir compte de certains préalables.

"Le tourisme est une industrie à investissement lourd, à rentabilité lente. Le rendu ne se fait pas du jour au lendemain. Cela peut aller jusqu'à dix ou trente ans. C'est une industrie lourde à financement onéreux. Elle comporte beaucoup de risques, mais peut, au finish, générer beaucoup de recettes", indique le Professeur Ramazani.

Il existe plus de 14.000 sites touristiques à travers la RDC. Les opérateurs privés oeuvrant dans ce secteur sont confrontés à plusieurs difficultés, notamment l'accessibilité aux sites. " Nous sommes confrontés aux problèmes d'accéssibilité au site. Les routes sont en mauvais état. Par conséquent, le réapprovisionnement en produits alimentaires nous prend du temps et nous coute cher et les clients ont du mal à rejoindre le site. Toutefois, l'aménagement de Zongo 2 a permis de réhabiliter le tronçon Kisantu-Zongo. Ce qui a permis une augmentation de visites au site. Un soutien indirect de l'Etat" a reconnu le chargé de communication de Safari Chute de Zongo.

Conscient de toutes ces difficultés, le numéro un du Tourisme a fait savoir que la loi 18/018, qui porte sur les principes fondamentaux du tourisme, prévoit que les pouvoirs publics vont mettre en place un plan directeur pour essayer d'évaluer tous ces écueils. "Nous avons prévu, avec le ministère du Développement rural, la réhabilitation de ces différentes voies pour l'accessibilité des touristes", précise Jean-Paul Ramazani.

LA CREATION D'UNE ACADEMIE DU TOURISME

Abordé sur la vision qu'il a pour son ministère, Yves Bonkulu se dévoile : "Ma vision est de faire du tourisme une industrie. Pour cela, nous avons pensé mettre en place un plan stratégique énuméré en quatre axes. En premier, la normalisation du secteur, c'est-à-dire la mise en pratique des mesures règlementaires qui encadrent la loi et la question de la formation. Car, peu d'établissements forment réellement en tourisme. C'est pourquoi, nous pensons relancer le projet de création d'une académie du tourisme".

"Deuxièmement, poursuit-il, il faudra procédér à la numérisation et la digitalisation du secteur pour vendre la destination et communiquer sur la RDC. Cela nous permettra de récolter les taxes et redevances, car l'Etat ne pourra travailler qu'avec ce qu'il perçoit auprès des opérateurs... Troisièmement nous allons redynamiser la coopération et le partenariat pour des échanges avec différents pays africains, tels que l'Egypte, la Namibie, le Zimbabwe, etc".

Pour matérialiser cette vision, le ministre compte sur le Fonds de promotion du tourisme avec la stratégie de la numérisation. Et aussi sur le soutien du secteur privé pour appuyer les projets, les partenariats publics-privés. "Nous avons renoué les relations avec les partenaires techniques et financiers pour relancer ce secteur tels que le PNUD, la Jica, le WWF, qui nous ont accompagnés à développer le projet de l'écotourisme dans la réserve de Lomako avec l'ICCN", informe Yves Bonkulu.

LA RDC COMPTEE PARMI LES 5 MEILLEURES DESTINATIONS EN 2019

Pour sa part, le professeur Ramazani pense que, pour développer le tourisme, il existe quatre composantes qu'il faut mettre en symbiose. Il s'agit de la restauration, du transport, de l'hébergement, et de l'alimentation. Or, toutes ces composantes ne sont pas gérées par le ministre du Tourisme. C'est pourquoi il est nécessaire de voir comment les autres ministères peuvent prioriser cela.

"De plus, ajoute-t-il, puisque la population n'a pas une culture touristique, il est impératif d'apprendre aux enfants la notion du tourisme. Tout en soulevant le problème de revenu auquel le Congolais est confronté, la révision du barème salarial est nécessaire pour permettre au congolais lambda de faire du tourisme".

Depuis l'indépendance à nos jours, le bilan sur le tourisme en RDC est mitigé. Car, malgré, les difficultés en 2019 le parc des Virunga était placé parmi les cinq premières meilleures destinations. Il nous faut les instruments majeurs notamment la politique nationale de tourisme, le plan directeur élaboré qui fixe pour dix ans les différents investissements et les stratégies à mettre en place pour investir dans le tourisme. Cela permettra d'ici à 2030, de placer la RDC en tête des meilleures destinations", conclut Yves Bonkulu. Fyfy Solange TANGAMU
Godefroid Mayobo met le cap sur la redynamisation du PALU
vendredi 31 juillet 2020

Contacté par Forum des As, le nouveau SP du Parti lumumbiste unifié dit inscrire parmi ses objectifs, le renforcement des capacités matérielles, (...)
lire la suite
Lisanga Bonganga rejette la démarche des 13 signataires et appelle à une table ronde sous la médiation de la SADC
vendredi 31 juillet 2020

Jean-Pierre Lisanga Bonganga, président national du parti la Convention Chrétienne pour la Démocratie (CCD) a dans une déclaration faite hier jeudi (...)
lire la suite
Restes de feu Patrice-Emery Lumumba : Juliana Lumumba saisit Thambwe Mwamba
vendredi 31 juillet 2020

Fille biologique de Patrice-Emery Lumumba, ancien Premier ministre de la RDC Patrice-Emery Lumumba, Juliana Lumumba multiplie des pressions pour (...)
lire la suite
Kasaï-Central : Les forces vives écrivent à Fatshi pour réhabiliter le gouverneur Martin Kabuya
vendredi 31 juillet 2020

Les Forces vives du Kasaï-Central apportent leur soutien au gouverneur Martin Kabuya. Une cinquantaine d'organisations de la Société civile écrivent (...)
lire la suite
Ilunga Ilunkamba et Jean Marc Châtaigner parlent du futur dialogue politique
vendredi 31 juillet 2020

L’ambassadeur de l’Union européenne en RDC, Jean-Marc Chataigner, et le Premier ministre Ilunga Ilunkamba ont échangé sur l'initiative du dialogue (...)
lire la suite
A la recherche de la Société civile…
vendredi 31 juillet 2020

Elle a toujours existé. Tout simplement parce qu'elle constitue le pays réel par opposition au pays légal. Mais, elle s'est particulièrement (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting