Dernière minute :
AU-DELA DE L’AFFAIRE 100 MILLIONS UDS
Halte à une justice sélective !
jeudi 13 août 2020

* Pour nombre d'observateurs, le Pouvoir devrait lever l'option d'un audit général, tous régimes confondus.

La justice congolaise poursuit ses enquêtes sur l'affaire du détournement présumé des 100 millions de dollars américains. Dans son périscope, des personnalités bien ciblées du régime Kabila. Cas de l'ancien argentier Henri Yav Mulang. Ce dernier doit comparaitre ce jeudi 13 août au bureau du Procureur général et Officier du Ministère public près la Cour d'Appel de Kinshasa Gombe. Un mandat de comparution a été signé à cet effet le mardi dernier par le PG Bonheur Luntaka Madi.

Dans ce Pro-justicia, il est dit que l'ancien ministre des Finances du Premier ministre Bruno Tshibala sera entendu sur des faits infractionnels qui lui sont imputés. Même si le document n'a pas explicitement nommé ces faits, d'aucuns pensent qu'il s'agit de l'affaire des 100 millions de dollars américains. Ou, plus exactement, de l'affectation de cette somme.

A l'ère et à l'heure de l'Etat de droit voulu en RD Congo par le Président Félix Tshisekedi depuis la prise officielle de ses fonctions en janvier 2019, tous les Congolais sont d'accord pour une gestion transparente des finances publiques.

En tout cas, sauf hypocrisie de certains d'entr'eux, sinon tous les Congolais conviennent qu'il faille mener une lutte acharnée contre la corruption, l'un des maux qui ont gangrené l'Etat congolais depuis des lustres.

Cependant, une question de bon sens s'invite à la problématique. Doit-on auditer la République ? Si oui, à partir de quel moment ? Une autre question aussi est celle de savoir pourquoi seulement l'affaire des 100 millions, et pas celle de 15 millions ?

HALTE A UNE JUSTICE SELECTIVE !

A la lumière de la problématique posée ci-dessus, d'aucuns pensent que les enquêtes judiciaires actuelles, feraient mieux d'aller au-delà de l'affaire 100 millions. Possible que ce soit l'une de celles où existent des indices sérieux de détournement. Il est aussi possible que ce dossier attire beaucoup plus d'attention, compte tenu des conséquences qui en résultent.

Cependant, nombre d'observateurs postulent que le Pouvoir congolais devrait, sans la moindre ambigüité, se prononcer sur sa doctrine. Sans conteste, personne ne s'oppose à la démarche des autorités actuelles de fouiner dans le passer. Surtout en ce qui concerne le volet Finances publiques. Toutefois, les mêmes observateurs estiment que l'Etat ferait œuvre utile, s'il levait l'option d'un audit général, tous régimes confondus. Y compris le régime du 24 janvier 2019. C'est-à-dire, l'Administration actuelle du pays. Ici, l'intérêt général est d'éviter une démarche pro tempore.

Si en soi, l'exercice consiste à auditer l'Etat congolais, alors il faudrait ouvrir toutes les casseroles. Cela s'entend, fouiller indiscrètement et indistinctement dans les affaires du passé. Et, de tout le passé. En commençant, peut-être à partir, soit de 1960, soit de 1965.

Ici aussi, il faut lever l'option. Autrement, limiter l'audit de l'Etat au seul régime de Joseph Kabila, par exemple, donne à croire que tous les malheurs des Congolais ont commencé à partir de janvier 2001.

Tout donne également à penser que rien ne s'était passé sous toutes les Administrations qui ont précédé celle de Kabila junior. Sinon, que dire du sulfureux dossier des "Biens mal acquis", présenté au cours de la Conférence nationale souveraine (CNS) en 1992 ?

On rappelle que l'affaire des 100 millions de dollars américains, objet des enquêtes judiciaires, remonte en 2015. Cependant, y en a une de plus récente. A savoir, la très "embarrassante" affaire des 15 millions de dollars américains, présumés disparus des comptes du Trésor en septembre 2019.

Dieu seul connaît l'issue de l'enquête ouverte à cet effet. Tout cela montre également que même le régime actuel a ses affaires, susceptibles de faire l'objet d'audit.

S'agissant précisément du dossier des 100 millions de dollars, l'épouse de l'ancien directeur général de la Direction générale des Impôts, Dieudonné Lokadi, dans une lettre ouverte au Président Félix Tshisekedi, renseigne que cet argent est un versement de l'entreprise Mutanda Mining à la Banque centrale du Congo (BCC) en 2015.

Selon elle, la somme avait été empruntée par le Gouvernement pour ses dépenses. Un Protocole d'accord signé à l'occasion explique que cette somme devrait être traitée comme des avances au Trésor à valoir sur les impôts à venir au lieu d'un remboursement.

Tout bien considérée, la démarche judiciaire actuelle gagnerait en neutralité, si elle concernait toutes les affaires de l'Etat. Comme dit précédemment, y compris celles du régime actuel. Ainsi, on éviterait une justice sélective. Grevisse KABREL
Des sénateurs saisissent la Haute Cour
mardi 20 octobre 2020

* En voulant que la Cour Constitutionnelle éclaire leur religion sur la portée de l'article 158, les élus des élus restent dans une logique (...)
lire la suite
Kamerhe, magistrats promus : deux épines dans le pied de Fatshi
lundi 19 octobre 2020

Les trois nouveaux juges récemment nommés à la Cour constitutionnelle par le Président de la République prêtent serment dans les jours qui viennent. (...)
lire la suite
La levée des immunités de poursuites des parlementaires et ministres !
vendredi 16 octobre 2020

* Dans son exposé à la rentrée judiciaire hier jeudi, le président de la Cour de Cassation, David Christophe Mukendi a suggéré qu'à part le (...)
lire la suite
Les pouvoirs législatif et judiciaire aux antipodes
jeudi 15 octobre 2020

* L'ombre des ordonnances présidentielles querellées de juillet va planer sur cette cérémonie. C’est aujourd’hui jeudi 15 octobre qu’a lieu au Palais (...)
lire la suite
Face à Fatshi, Mabunda et Thambwe opposent les textes
mercredi 14 octobre 2020

* "Nous avons simplement dit au Président que nous sommes attachés à la Constitution et aux lois du pays". Revoici la controverse sur les (...)
lire la suite
La promesse de Fatshi de s’installer à Goma, fait polémique sur les réseaux sociaux
mardi 13 octobre 2020

* "Démagogie et serment de trop pour certains internautes, signe de détermination pour d'autres". «Dans quelques semaines, je serai un Gomatracien. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting