Dernière minute :

Mali : deuxième putsch, même question
vendredi 21 août 2020

Paradoxe ou pied de nez à la doxa démocratique ? A Bamako, le coup d'Etat militaire ne semble pas perçu par la rue comme la pire des choses . Symétriquement, la chute d'Ibrahim Boubacar Keita -Président réélu- n'a pas l'air d'être ressentie comme un crime de lèse-démocratie. Signe que sur le Continent, les choses sont plus complexes que ne le pensent certains "spécialistes" autoproclamés et autres donneurs des leçons.

Au Mali comme dans nombre de pays africains, le formalisme pluraliste ne rime pas toujours avec la démocratisation profonde de la société. Le seul fait d'organiser les élections à échéance régulière garantit-il la participation du pays réel dans toutes ses composantes à la gestion et à la jouissance du bien commun ? Poser la question, c'est y répondre. Le fait de bénéficier du parapluie de telle ou telle autre puissance constitue-t-il une assurance-vie ? Sans tomber dans des généralisations abusives ni pécher par des raccourcis forcément réducteurs, le cas malien devrait convoquer les intelligences africaines sur comment rendre les systèmes politiques à la fois représentatifs de toutes les strates sociales et redevables envers celles-ci.

Le reste ? C'est du déjà archi entendu et vu. Un rituel qui va de la condamnation du coup d'Etat militaire à l'appel au retour à l'ordre constitutionnel en passant par la mise au ban des putschistes. Pour le coup, "la communauté internationale" ressemble à un camion anti-incendie. Elle intervient après coup.

Les Maliens ont entendu la même musique il y a 8 ans, lorsque le Président d'alors Amadou Toumani Touré a été déposé par … l'Armée.

Comme quoi, au Mali - pas seulement- la "Grande muette" se tait rarement dans toutes les langues et tous les dialectes. Issu de l'Armée, Amadou "ATT" avait dû constater à ses dépens que ses ex-compagnons d'armes pouvaient sortir de leurs casernes pour arbitrer les conflits politiques. D'autres diront pour mettre fin à la récréation. Ou encore à la chienlit. José NAWEJ
Divorce FCC-CACH : Et le certificat de mariage dans tout ça ?
jeudi 29 octobre 2020

Même le moins curieux de Kinois sait que le couple FCC-CACH est à l'agonie. Et qu'aucun médecin n'envisage de soins intensifs en réanimation. Le (...)
lire la suite
La sempiternelle querelle autour des textes
mercredi 28 octobre 2020

1960 à nous jours : les mêmes textes, des lectures et donc des compréhensions diamétralement opposées. Ce n'est ni une thèse de doctorat, ni un sujet (...)
lire la suite
L’énigme FCC
mardi 27 octobre 2020

Ironie du sort ? Comble de paradoxe ? Un peu de deux à la fois. Pour réaliser l'union sacrée sur le dos du FCC, le Président se doit de percer (...)
lire la suite
Des questions …
lundi 26 octobre 2020

S'il garde encore son cache-nez anti-covid-19, Félix-Antoine Tshisekedi a ôté le masque qu'il portait depuis son " alliance " avec Joseph Kabila. (...)
lire la suite
Fatshi sur une ligne de crête !
vendredi 23 octobre 2020

Rentrer dans la tête de Fatshi ? Très tentant ce vendredi 23 octobre. Mais, comment y parvenir ? Il y a du "béton" partout. Béton armé par-dessus le (...)
lire la suite
Un seul perdant, la RDC !
jeudi 22 octobre 2020

Il en va de la politique comme du sport. Le jour d'après, c'est le résultat qui dicte le commentaire. Les abonnés au manichéisme narcissique très (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting