Dernière minute :

RDC : Engager les PME sur la voie de la croissance inclusive du pays à l’horizon 2030
vendredi 21 août 2020

Le ministre des Classes moyennes, Petites, Moyennes Entreprises et Artisanat, Justin Kalumba Mwana Ngongo a ouvert, hier jeudi 20 août au Cepas, dans la commune de la Gombe, les travaux des Etats généraux des Petites et Moyennes Entreprises sous le thème central : « Quelles PME pour l’émergence de la RDC à l’horizon 2030 ».

Selon Justin Kalumba, le rapport de la FEC fait état de 21 pour cent des Entreprises qui sont en difficulté et 40 pourcent ont perdu les investissements. Ce n’est pas tout. Quelque 89 entreprises dépendant de la DGEE ont fermé, 791 dépendant de la DGI ont également mis la clé sous le paillasson. « Si le pouvoir public que nous sommes n’en tient pas compte alors la situation de nos PME sera catastrophique. Ce contexte nous pousse à rebâtir ce secteur et qui démontre un contexte extrêmement grave qui concerne la vie des entreprises congolaises. Ce qui présage des temps extrêmement difficiles ; non sans savoir quand est-ce que les effets de cette crise vont prendre fin, avec un effet d’entrainement le chômage massif, l’absence des débouchés professionnels, la pauvreté généralisée en RDC», analyse le patron Rd congolais des PMEA.

Organisés par le Secrétariat général aux PMEA, du 20 au 23 août, les participants à ces Etats généraux venus de toutes les provinces du pays vont mener une réflexion avec toutes les parties prenantes capables d’évaluer les aspects importants de l’accompagnement de l’Etat.

Il s’agit d’œuvrer dans le sens que les PME congolaises deviennent la clé de voûte du développement durable et de la croissance inclusive du pays à l’horizon 2030.

Outre les travaux en atelier, il sera également question de faire bénéficier d’une formation managériale, des cadres et agents aussi bien de l’administration centrale que celles provinciales des PME ainsi que les entrepreneurs. Loin de procéder seulement à un état des lieux des PME, ces travaux se pencheront aussi à reformater les participants en matière d’éthique et de déontologie professionnelle. Dans le domaine de la réforme de l’administration publique, il sera question de relever le défi d’une formation optimale aussi bien en faveur des usagers, des entrepreneurs que des agents publics de l’Etat, chargés de réguler le secteur.

Pour le secrétaire général aux PMEA, « sans éthique, déontologie professionnelle et formation optimale, on ne peut connaitre aucune avancée dans l’émergence des PME, aujourd’hui, socle de l’économie congolaise en terme de création d’emplois et de richesses ».

Joseph Lunanga Busanya remercie le coordonnateur du Projet d’appui au secteur privé et à la création d’emploi, PADSP-CE pour son soutien financier pour la tenue de ces Etats généraux dont le projet remonte à 2017. Il a invité les participants à s’inscrire dans la dynamique consistant à inventer des réponses novatrices au bénéfice de la PME congolaise.

Pendant trois jours, les participants aux travaux du Cepas vont aussi échanger sur les mécanismes de création, d’identification, de recensement, d’encadrement et de financement des PME ; enrichir et valider le programme national de développement de l’entreprenariat en RDC (PRONADEC) ; valider le projet de loi sur l’entreprenariat et le projet du Code de l’artisanat en RDC.

Depuis toujours, les PME congolaises ont évolué dans l’informel. Les assises se tiennent en vue de définir une politique claire, souple et adaptée aux réalités de ces PME en vue de faciliter l’opération de leur identification et leur recensement.

Selon Joseph Lunanga Busanya, Secrétaire général aux PMEA et président du comité organisateur, il faut absolument qu’au cours de ces Etats généraux, les participants puissent réfléchir et proposer des mécanismes devant aider les PME congolaises à s’assumer pleinement pour résister aux aléas de conjonctures économico-financière mondiale et plus précisément celle actuelle marquée par la Covid-19.

Pour rappel, au début des années 1990, les Congolais, Zaïrois d’alors, s’étaient déchainés sur les unités économiques industrielles et autres grandes entreprises existantes en les pillant et les détruisant de fond en comble. Plus de trente ans après, les Congolais réalisent, à leur dépens, que ce sont les menus fretins que sont les PME qui constitueraient la trame de l’économie et le dernier rempart de l’espoir de la relance de l’économie de la RDC, ne serait-ce qu’en matière de création d’emplois. En effet, plusieurs centaines de milliers des PME opèrent dans bon nombre de secteurs.

De par leur caractère transversal, elles se recrutent aussi bien dans la production, la transformation, le commerce que les services. Malheureusement, force est de constater qu’elles fonctionnent pour la plupart dans l’informel. Conséquence, malgré leur nombre impressionnant, leur contribution au PIB est faible et cela pour plusieurs raisons.

En effet, depuis sa création par ordonnance N°90-0022, il y a plus de 20 ans déjà, le ministère des PME souffre d’un manque de définition consensuelle, souple et adaptée aux réalités congolaises et opposables à tous. Il est à souligner aussi que le concept de classe moyenne, lui aussi sans définition, reste coller à ce ministère. Pourtant, conformément aux nombreuses ordonnances portant attributions des ministères, il est conféré à celui des PME comme missions, entre autres, le rôle d’organe de régulation, les prérogatives d’identifier et de recenser les PME. Plusieurs études ont été menées pour les diagnostiquer. Certaines ont été validées et coulées dans la stratégie nationale de développement des PME (SNDPME). Depuis, il se dégage l’impression comme si ce vade-mecum élaboré en 2015 pour booster ce secteur semble être le cadet des soucis de différents gouvernements.

Pour Joseph Lunanga, en organisant ces Etats généraux, le Secrétariat général aux PMEA entend participer à la recherche des solutions aux nombreuses interrogations qui accablent la RDC et envisager un avenir radieux à l’économie congolaise. Didier KEBONGO
Que va faire le tandem Mabunda-Thambwe ?
mardi 20 octobre 2020

*Les deux présidents des Bureaux du Parlement vont-ils boycotter cette cérémonie ou seront-ils être présents ? Les trois juges récemment nommés par (...)
lire la suite
"Une pure coïncidence", affirme Ruberwa
mardi 20 octobre 2020

* Le ministre de la Décentralisation revient dans 48 heures devant l'Assemblée nationale. Après un débat houleux à la plénière d'hier lundi 19 (...)
lire la suite
Crise institutionnelle en gestation entre le Président de la République et le Parlement !
mardi 20 octobre 2020

Ce mercredi au Palais du Peuple, le Président de la République reçoit le serment de trois Juges de la Cour constitutionnelle nommés en juillet (...)
lire la suite
Juvenal Munubo : "Il ne s’est rien passé de grave à Minembwe"
mardi 20 octobre 2020

Un des députés présents à la manifestation de Minembwe dans la province du Sud-Kivu, le député Juvenal Munubo a apporté son témoignage pour éclairer la (...)
lire la suite
Affaire Minembwe : Henriette Wamu exige à Azarias Ruberwa un plan de sortie de crise
mardi 20 octobre 2020

La députée Henriette Wamu Ataminia exige a Azarias Ruberwa un plan de sortie de crise "devant permettre aux communautés autochtones de la province (...)
lire la suite
RDC : avec un budget de 6,8 milliards USD pour 2021, les 86 milliards USD promis en campagne électorale "inaccessibles" ?
mardi 20 octobre 2020

(Par Angelo Mobateli) En RD Congo, le gouvernement a adopté un projet de budget de 6,8 milliards USD pour l'exercice 2021, virtuellement en (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting