Dernière minute :

Les limites géopolitiques du "J’accuse " du Dr Mukwege
mercredi 2 septembre 2020

Pas besoin d'un référendum pour savoir si les Congolais seraient favorables à la mise sur pied d'un tribunal pénal international sur la RDC. Aucune personne lésée ne rechignerait à être dédommagée. Or, les victimes des guerres d'occupation, d'agression, de rapine… assorties de rébellions business se comptent par plusieurs millions en terre congolaise. Dr Denis Mukwege peut donc compter sur tout un pays dans sa croisade pro justice dans l'Est de la RDC.

Pour sûr, le célèbre médecin de Panzi sera, certes, entendu à l'international. La voix d'un Nobel, qui plus est de la paix, sonne fort. Très fort même. Un amplificateur gratuit pour la RDC. Un vrai atout pour ce pays quasi muet ou rendu aphone par ceux qui distribuent la parole.

Pas sûr, cependant, que Dr Denis Mukwege soit écouté. Une paire de manches. C'est même, là, le hic de le "J'accuse" du plus médiatisé des toubibs congolais. Revisiter les affres de crimes commis en RDC depuis près d'un quart de siècle reviendrait à faire le procès des auteurs intellectuels des tentatives de balkanisation du pays. Une entreprise qui dépasse largement nombre de sous-traitants régionaux et exécutants locaux.

En clair, un tribunal international sur la RDC ne saurait faire l'économie des enjeux géopolitiques et géostratégiques des guerres et de libération et d'agression. Des opérations conçues essentiellement par des intérêts étrangers en deux phases. La première pour mettre fin au règne du Président Mobutu dont la date de péremption géopolitique était expirée, fin de la guerre froide obligeait. La seconde pour remodeler l'après-Mobutu à l'aune des intérêts des sous-traitants rwandais et ougandais et des multinationales occidentales déçus par "l'indocilité" et "l'imprévisibilité" de Laurent-Désiré Kabila.

Sans tomber dans une espèce de hiérarchisation victimaire, il est impossible de faire l'inventaire des crimes en ne se cantonnant qu'aux avatars de deux grandes guerres, l'une baptisée de libération (1996-1997) et l' autre estampillée d'agression 1998-2002). Les données étant celles-là, on ne voit pas trop comment ceux des pays voisins impliqués et leurs sponsors accepteraient un tribunal susceptible de les éclabousser. Les menaces de Kigali contre Dr Mukwege constituent déjà un coup de semonce. Face à l'étendue du faisceau de complicités, le Rwanda officiel, quoi que " cas emblématique d'agresseur " pour les Rd Congolais, n'est que la partie visible de l'iceberg.

Eu égard aux ressorts et ramifications du drame rd congolais, le tribunal pénal international sur la RDC sera une boîte de Pandore ou ne sera pas. Dans ce vaste monde où seul l'intérêt guide l'action, reste à savoir si le " Nobel du Dr Mukwenge " mérite que les détenteurs du label " communauté internationale" se fassent hara - kiri. José NAWEJ
Ces profs qui débattent masqués
mercredi 9 septembre 2020

Personne ne saurait reprocher à nos chers professeurs debaters de ne pas observer le port de masque. Ils débattent tous masqués. Ce sont des (...)
lire la suite
L’UA salue les efforts du Maroc en réunissant les parties libyennes pour relancer le processus d’une solution politique à la crise libyenne
mercredi 9 septembre 2020

Addis-Abeba - L'Union africaine a salué les efforts du Maroc en réunissant les représentants du Parlement et du Haut Conseil d'Etat libyens en vue (...)
lire la suite
Savoir gérer les effets secondaires du " Printemps judiciaire "
mardi 8 septembre 2020

On ne le clamera jamais assez. Et ce, dans toutes les langues. Et même dans tous les dialectes et patois de l'immense RDC. Bravo pour le (...)
lire la suite
Rebelote pour l’ambassadeur du Rwanda !
lundi 7 septembre 2020

Monsieur "coup pour coup" ? Diplomate polémiste ? Le porte-parole des révisionnistes sur les crimes dans l'Est de la RDC ? Autant de costumes que (...)
lire la suite
Crise de…jalousie ?
vendredi 4 septembre 2020

Un zeste d'humour ! Forcément bienvenu comme antidote à la sinistrose ambiante. Un climat anxiogène amplifié par des tensions politiques parfaitement (...)
lire la suite
Quelle opposition face à quel pouvoir ?
jeudi 3 septembre 2020

La RDC serait-elle encore politiquement un pays sui generis ? Dans l'attente des réponses doctement élaborées par tous ceux que nous comptons (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Les limites géopolitiques du "J’accuse " du Dr Mukwege

Pas besoin d'un référendum pour savoir si les Congolais seraient favorables à la mise sur pied d'un tribunal pénal international sur la RDC. Aucune personne lésée ne rechignerait à être dédommagée. Or, (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting