Dernière minute :
AU COURS DE LA MATINEE DE SENSIBILISATION ORGANISEE HIER PAR L’ANAPI
Les femmes entrepreneures découvrent les avantages à payer les impôts
vendredi 11 septembre 2020

La matinée de sensibilisation des femmes entrepreneures, hier jeudi 10 septembre, a vécu. Organisé par l'Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI) sous le thème " Les réformes de la RDC sur l'indicateur paiement taxes et impôt ", ce forum qui a connu la participation personnelle de Vice-Premier ministre du Plan ainsi que de la ministre d'Etat en charge du Genre, aura permis aux femmes entrepreneures Rd congolaises, dans leur diversité, d'être assez informées.

Ces femmes entrepreneures ont eu droit à plusieurs exposés qui ont le mérite de les sensibiliser aux textes de lois qui encadrent l'entreprenariat, le commerce, bref qui leur permettent d'aller plus loin dans leurs business. Les organisateurs ont estimé que la femme entrepreneure congolaise doit être au fait des différents outils pour lui permettre d'être beaucoup plus performante. La présentation de la Dga de l'ANAPI a édifié l'assistance.

La première à parler, la Vice-Premier ministre, ministre du Plan, a souligné qu'il est nécessaire pour chaque femme, entrepreneure, de connaitre quelles sont ses charges fiscales envers l'Etat pour mieux exercer ses activités économiques et commerciales.

A la suite de la VPM du Plan, la ministre d'Etat en charge du Genre a exhorté les femmes entrepreneures à payer les impôts, et c'est dans leur intérêt de ne pas évoluer dans l'informel. Les mandataires publics des institutions étatiques (ONEM, CNSS, DGI, DGRAD, INPP) invités à cette matinée ont expliqué aux femmes entrepreneures les avantages qu'il y a à enregistrer leurs activités. La Dga de l'INPP a fait savoir que les entrepreneurs affiliés bénéficient des formations gratuites tandis que les autres payent. D'où la Dga de l'ANAPI les a exhortées à se battre, à rentrer dans le formel, à chercher la qualité.

Ce n'est pas tout. Les femmes entrepreneures ont appris par exemple du représentant de la DGI que évoluer l'informel ou dans le formel, l'impôt est dû. Il explique que si celles qui payent sont nombreuses, l'impôt peut baisser compte tenu du principe qui veut que le taux baisse avec l'élargissement de l'assiette. Elles veulent bien payer les impôts mais exigent une contrepartie, celle de travailler dans un environnement moins tracassier, moins asphyxiant.

A noter que les échanges d'expérience étaient mutuellement enrichissants sur fonds des débats très ouverts. Restée jusqu'à la fin de la manif pour écouter les femmes entrepreneures, la VPM a plaidé auprès de l'ANAPI pour désagréger l'atelier au niveau des mamans. Ce qu'a apprécié le DG de l'ANAPI, Anthony Kinzo. Didier KEBONGO

Allocution de son excellence madame la Vice-Premier ministre, ministre du Plan à la matinée de sensibilisation des femmes entrepreneures sur les reformes relatives à l’indicateur « paiement des taxes et impôts »

- Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

- Mesdames et Messieurs les Mandataires des Entreprises et Etablissements Publics ;

- Distingués invités, en vos titres et qualités ;

- Chères Femmes Entrepreneures et Cheffes d’Entreprises ;

C’est un agréable plaisir pour moi d’être ici ce matin, à l’occasion de cette matinée de sensibilisation des femmes entrepreneures sur les réformes mises en œuvre en rapport avec l’indicateur « Paiement des Taxes et Impôts », pour marquer l’engagement du Gouvernement de la République à promouvoir l’entrepreneuriat féminin dans notre pays.

Permettez-moi, tout d’abord, de présenter mes chaleureuses salutations et exprimer toute ma gratitude à toutes les femmes entrepreneures présentes dans cette salle, d’avoir répondu positivement à cette rencontre ; ce qui prouve notre détermination en tant que femmes à œuvrer pour conquérir la place qui nous revient dans le processus de développement.

Qu’il me soit également permis, de rendre hommage à Son Excellence Monsieur Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République, Chef de l’Etat, pour sa détermination à faire avancer la cause de la femme, en faisant de la promotion de l’entrepreneuriat féminin l’une des priorités de son programme de développement.

Aussi, voudrais-je exprimer ma gratitude à l’endroit de Son Excellence Sylvestre ILUNGA ILUNKAMBA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, pour son implication en faveur de la mise en œuvre de l’agenda des réformes sur le climat des affaires dans notre pays.

- Mesdames et Messieurs ;

- Chères Femmes Entrepreneures et Cheffes d’Entreprises ;

Il est parfaitement admis aujourd’hui que l’entrepreneuriat est un vecteur fondamental de l’économie. L’entreprenariat est considéré comme un catalyseur important de la croissance et du développement économique et social dans de nombreux pays. L’activité entrepreneuriale est considérée comme un outil de motivation des jeunes entrepreneurs qu’ils soient hommes ou femmes et un vecteur de création des richesses, d’emplois et de l’innovation.

En effet, depuis la découverte du rôle économique des femmes, l’attention des pouvoirs publics et des organisations internationales est braquée sur les femmes. Celles-ci se trouvent au cœur des programmes d’activités génératrices des revenus et d’entrepreneuriat. Partout au monde, on observe un changement d’échelle des programmes, tenant compte de la place des femmes dans l’économie et le développement.

Pour notre pays, la République Démocratique du Congo, l’entrepreneuriat féminin est considéré comme l’un des leviers importants de la croissance économique, au vu du nombre des femmes qui s’y adonnent. C’est d’ailleurs l’un des piliers importants du programme quinquennal de Son Excellence Monsieur le Président de la République, tel que traduit dans le programme d’actions du Gouvernement et matérialisé dans le Plan National Stratégique de Développement (PNSD).

Cependant, il y a lieu de reconnaitre que malgré ce rôle dans le développement, l’entrepreneuriat féminin congolais reste encore confronté à plusieurs pesanteurs et/ou obstacles, notamment (i) l’accès difficile au marché et au financement, (ii) la faible sécurité juridique et judiciaire dans la pratique des affaires, (iii) les tracasseries de tout genre, (iv) la fiscalité et la parafiscalité lourdes, (v) la difficile conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle pour les femmes entrepreneures mariées, etc. A cela s’ajoutent l’impréparation à l’entrepreneuriat pour certaines femmes, l’absence de formation adéquate en management et en gestion de projets, la non-maîtrise des charges professionnelles et fiscales, etc.

Conscient de cette situation, le Gouvernement a entrepris plusieurs réformes et actions visant à favoriser l’émergence de l’entrepreneuriat féminin, dont la plus importante est la suppression de l’autorisation maritale jadis obligatoire pour toute femme entrepreneure mariée voulant s’adonner à des activités économiques.

S’agissant particulièrement de la fiscalité, la majorité des femmes qui évoluent dans l’entrepreneuriat ne sont pas suffisamment informées sur les réformes ayant fait l’objet de mise en œuvre sur le paiement des taxes et impôts pour assainir cet indicateur.

Par exemple la télé-déclaration d’impôts. Cette situation non confortable fait des femmes entrepreneures des cibles faciles à la merci de diverses tracasseries de la part de certains agents publics véreux. Elles espèrent y échapper en restant dans l’informel sans toutefois réaliser qu’en persistant dans cette voie, elles deviennent plutôt des proies faciles.

La non-maîtrise de la fiscalité et de la parafiscalité constitue une pesanteur de taille à l’éclosion de l’entrepreneuriat féminin. Si de nature, la fiscalité effraye l’opérateur économique, moins maîtrisée elle devient terrorisante.

Voilà ce qui justifie l’organisation de cette matinée, qui vise à vulgariser, auprès des femmes entrepreneures que vous êtes, les différentes réformes mises en œuvre sur l’indicateur « Paiement des Taxes et Impôts », car il est nécessaire pour chaque femme, entrepreneure de connaître quelles sont ses charges fiscales envers l’Etat pour mieux exercer ses activités économiques et commerciales. Les Mandataires Publics des institutions étatiques ici-présents auront l’occasion, dans les minutes qui suivent, de vous entretenir avec plus de détails sur le sujet.

- Mesdames et Messieurs ;

- Chères Femmes Entrepreneures et Cheffes d’Entreprises ;

L’entrepreneuriat n’est pas un fait du hasard, ni un sous-emploi, moins encore une circonstance hasardeuse de la vie. Il se prépare, il se forge, se consolide, et obéit à certaines règles financières, éthiques, déontologiques voire managériales. Il suppose une vision claire et une planification à long terme, un business planning bien élaboré, une confiance en soi, un esprit d’innovation, une détermination et un goût du risque.

Il est donc important, chères femmes entrepreneures, que nous ayons une vision et des objectifs clairs pour arriver à conquérir notre place entant qu’actrices majeures dans le processus de développement de notre pays. Je vous encourage donc à profiter de cette tribune de partage d’expériences pour réfléchir, poser vos problèmes et proposer des solutions durables, afin de faire de l’entrepreneuriat féminin un vecteur incontournable de la croissance économique et du développement de notre pays.

Je ne saurai terminer mon propos sans féliciter l’ANAPI d’avoir pris l’initiative d’organiser cette matinée de sensibilisation, qui va permette, je l’espère, aux femmes entrepreneures, non seulement de comprendre les différentes réformes mises en œuvre par le Gouvernement pour assainir le secteur de fiscalité et de parafiscalité, mais aussi de s’approprier l’ensemble du processus d’amélioration du climat des affaires.

Je saisis cette occasion pour remercier également nos partenaires techniques et financiers traditionnels, en l’occurrence la Banque Mondiale qui a rendu possible l’organisation de l’activité de ce jour, à travers le Projet de Développement des Pôles de Croissance que coordonne la Cellule d’Exécution des Financements en faveur des Etats Fragiles, CFEF en sigle.

Sur ce, je déclare ouverte cette matinée de sensibilisation et vous en souhaite plein succès. Je vous remercie.
Erdogan : "Nous continuons notre chemin avec détermination pour atteindre les objectifs de 2023"
vendredi 30 octobre 2020

Le Président Recep Tayyip Erdogan qui a publié un message vidéo pour la Fête de la République du 29 octobre a félicité la fête de tous les citoyens (...)
lire la suite
Sindika Dokolo est décédé (48 ans) hier à Dubaï
vendredi 30 octobre 2020

L' homme d'affaires, collectionneur d'arts et initiateur du Mouvement citoyen " Les Congolais Debout", Sindika Dokolo est décédé hier jeudi 29 (...)
lire la suite
Aïd Al-Mawlid Al-Nabawi : SM le Roi félicite les Chefs d’État des pays islamiques
vendredi 30 octobre 2020

Rabat - Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, que Dieu Le glorifie, a adressé des messages de voeux et de félicitations à Ses frères (...)
lire la suite
"Mon élection à la tête de la CAVB, une consécration de la position du Royaume en Afrique et un hommage à la femme marocaine et au sport national" (Mme Hajij)
vendredi 30 octobre 2020

Rabat - La nouvelle présidente de la Confédération africaine de volleyball (CAVB), Bouchra Hajij, a estimé que son élection dimanche à la tête de (...)
lire la suite
AVIS A MANIFESTATION D’INTERET
jeudi 29 octobre 2020

N° avis AMI/ 05 /FSRDC/STEP II/10/20 Pays République Démocratique du Congo Source de financement Banque (...)
lire la suite
Exetat 2020/Kinshasa : après 48 jours d’attente, les résultats des options techniques tombent enfin
jeudi 29 octobre 2020

* Dame la pluie s'est invitée à la fête. Les résultats des options techniques de l'Examen d'État (Exetat) 2020 sont enfin disponibles pour la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

L’ombre du mercato… politique

Dans le monde du foot business, le mercato désigne la période de transferts de joueurs. A coup et à coût de millions de dollars, des profs du ballon rond sont achetés, rachetés, vendus ou prêtés. (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting