Dernière minute :

Zerrougui à la bonne porte
lundi 14 septembre 2020

Deux manières d'aborder l'équation politique rd congolaise. La première consiste à y aller avec des a priori qui cachent mal ses propres intérêts. Quitte à fermer les yeux sur la réalité. Quitte à pratiquer la politique de l'autruche. Ou à botter en touche lorsqu'on est gêné aux entournures.

Cette approche aussi nombriliste que "courtemiste " compte ses partisans, voire ses dévots. Au pays comme au sein de la communauté des " puissants " du vaste monde qui ont préempté le label " communauté internationale ".

Pour les tenants de cette ligne, Joseph Kabila ne constitue qu'un problème. Pas l'once d'une solution. Comme à leurs yeux, il n'est que problème, quoi de plus logique que de le déboulonner.

Pas la peine d'un dessin pour comprendre que telle est la dialecte, voire la religion des anti-kabilistes primaires rd congolais et des anti-kabillistes géopolitiques et affairistes outre-Méditerranée et Outre-Atlantique.

L'autre approche consiste à mettre sur la balance le côté " moins reluisant " ou carrément " négatif " de l'ancien Président- en terme de bilan- à l'aune de ce qu'il vaut encore et de la complexité du pays. En clair, lorsqu'on a fini d'égrener le chapelet du passif de JKK, la conclusion n'est pas de le décréter " has been " et de le jeter dans la rivière Nsele en se disant: finis les malheurs de la RDC ! Sans oser certaines comparaisons -comparaison n'étant pas raison- d'autres peuples ont été tentés par cette recette étrangère " clé en mains ". Pas sûr, après coup, qu'ils aient la tête à la fête.

Lorsque la patronne de la Monusco voit, le samedi 12 septembre, le prédécesseur de FATSHI, elle s'inscrit dans le sens du principe de réalité, par opposition au principe de plaisir tel que défini par l'immense psychanalyste Sigmund Freud. Rapporté en politique, cela donne la realpolitik chère à Otto von Bismarck.

Même scruté avec le nécessaire devoir d'inventaire en bandoulière, Joseph Kabila est encore un acteur clé du jeu politique et de l'énigme sécuritaire du pays. En régime semi-parlementaire ou semi-présidentiel qui est le nôtre, qui tient l'Assemblée, tient le pays. Ou presque. C'est le cas de l'autorité morale du FCC. Les accrocs au respect de la Constitution n'ont que leurs yeux pour constater cette réalité politique. Laquelle se prolonge avec le contrôle du Sénat et de la quasi-totalité des assemblées provinciales.

Emanation de l'Armée qu'il a modelée des années durant, Joseph Kabila peu disert ne saurait être muet sur la " Grande muette ". Les enjeux sécuritaires du pays, il en connait les tenants et les aboutissants.

Quand à la veille d'une session parlementaire où l'imprévisible pourrait le disputer au dangereux, le " mieux vaut prévenir que guérir " s'impose. Lorsque le bateau RDC tangue, lorsque le pays bégaie et que la météo annonce une saison pluvieuse pleine d'orage, de rafales, de risque d'inondations, il vaut mieux frapper à la bonne porte. Et à temps.

Le GLM à Gombe ou Kingakati -c'est bonnet blanc et blanc bonnet - est l'une de ces adresses utiles pour conjurer le sort. L'Africaine Leila Zerrougui ne s'est donc pas trompée de porte. José NAWEJ
2023 : Le conseil du "sage"
jeudi 17 septembre 2020

Thambwe 2023 s'installe déjà dans les esprits. Une échéance à la fois lointaine et proche. Mais, dans tous les cas, un rendez-vous hyper budgétivore. (...)
lire la suite
Les réformes électorales - à l’aune de l’énigme parlementaire
mercredi 16 septembre 2020

Réformes électorales ? Tout le monde ou presque en parle. Quantité d'initiatives sont nées à cette fin. La plus médiatisée étant celle pilotée par (...)
lire la suite
Et le budget dans tout ça ?
mardi 15 septembre 2020

A ceux qui l'auraient oublié, un rappel. La session parlementaire de septembre est essentiellement budgétaire. Une session cruciale pour le sort du (...)
lire la suite
Zerrougui à la bonne porte
lundi 14 septembre 2020

Deux manières d'aborder l'équation politique rd congolaise. La première consiste à y aller avec des a priori qui cachent mal ses propres intérêts. (...)
lire la suite
Esprit de " violation "…
vendredi 11 septembre 2020

Requête du week-end aux pasteurs, bergers, prophètes, évangélistes et autres bishops : priez pour chasser "l'esprit de violation" qui hante la RDC. (...)
lire la suite
Et si un opposant à FATSHI nous était enfin né ?
jeudi 10 septembre 2020

Lire la configuration politique post-élections 2018 n'est pas chose aisée. En cause, quantité de " liaisons dangereuses " et de " relations (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Ces profs qui débattent masqués

Personne ne saurait reprocher à nos chers professeurs debaters de ne pas observer le port de masque. Ils débattent tous masqués. Ce sont des docteurs en droit qui éclairent l'opinion sur la (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting